Puygouzon : On a mangé «bio» à la cantine. Pour que manger bio devienne naturel - L'atelier

Accueil

Cette actualité a été publiée le 07/04/2010 à 11h09 par Michel WALTER.


PUYGOUZON : ON A MANGÉ «BIO» À LA CANTINE. POUR QUE MANGER BIO DEVIENNE NATUREL

  • FaceBook
  • Twitter
  • Linked in
  • Tumblr
  • FaceBook   Twitter
  • LinkedIn  Tumblr
SOMMAIRE de Demain l'Homme - Accès aux derniers articles quotidiens du module principal WikiSurTerre
Puygouzon : On a mangé «bio» à la cantine. Pour que manger bio devienne naturel

Sous l'impulsion de Thierry Dufour, la cantine municipale s'est associée jeudi dernier à la Semaine du développement durable. Laurence Garcia et Françoise Verdier, les deux cantinières, avaient pour mission de préparer un repas bio pour les quelque 180 enfants de maternelle et du primaire.

Au menu : carottes râpées, poulet des Landes, pennes sauce tomate, carré frais et pommes. Que des produits bios. Les fournisseurs habituels de la cantine se sont mis en quatre pour les trouver. Ils n'ont pas eu trop de difficultés. Car, selon Laurence, « la demande progressant, ils savent où s'approvisionner ».

12h10.Les premiers enfants de la maternelle arrivent. Ceux du primaire les rejoindront peu après. Dans les rangs on parle de Chanel qui a collé un poisson d'avril dans le dos de la maîtresse. Eh oui, ce n'est pas que le jour du bio. C'est aussi celui du poisson... d'avril !

Mais ces joyeux enfants, « affamés » dès que midi sonne, savent-ils ce qu'est un produit bio ? Pour Louis, les carottes sont bios « parce qu'elles sont toutes seules », ce que Tom dit différemment : « Il n'y a pas de produits toxiques ». « C'est naturel », résume Diego, complété par Nathan qui pense que « c'est bon pour la santé ». Florie mange bio tous les jours chez elle. Sa maman y veille.

Alison avoue : « Je n'ai jamais mangé de produits bios ». Pour Vincent pas de problème « bio ou pas, du moment que son assiette est pleine, il s'en moque ».

Les pilons de poulet étaient « top bons ». Les aliments biologiques sont plus savoureux, ont reconnu plusieurs tablées. Trop jeunes pour parler des qualités nutritives des produits bios, ils se souviendront de cette expérience offerte par la mairie. Si l'expérience a un petit coût, la qualité n'a pas de prix, surtout quand il s'agit de sensibiliser les jeunes à de nouvelles habitudes alimentaires.

Source : www.ladepeche.fr

Info recueillie par Mich

Dossier alimentation