PROVOC : Coup de frein gouvernemental sur l'agriculture bio - #WikiSurTerre

Retour : Accueil

Cette actualité a été publiée le 21/12/2010 à 19h42 par Mich.


PROVOC : COUP DE FREIN GOUVERNEMENTAL SUR L'AGRICULTURE BIO

  • Google+
  • FaceBook
  • Twitter
  • LinkedIn
PROVOC : Coup de frein gouvernemental sur l'agriculture bio

Note de l'unité carbone posteuse:

On dirait franchement qu'ils font tout de travers exprès pour qu'on se révolte et justifier ainsi leurs lois sécuritaires et autres réformes nazillardes, qui commencent en effet à nous échauffer sérieusement les oreilles et celles de nos descendants;o)

Le projet de loi de Finances 2011 qui vient d'être adopté par le Sénat réduit de moitié le crédit d'impôts sur les revenus accordé aux agriculteurs convertis à l'agriculture biologique.

Après l'environnement, le bio ça commence à bien faire ?... Accusés de produire des aliments contenant des substances toxiques pour la santé du fait de l'usage intensif de pesticides de synthèse, d'appauvrir la terre par le recours massif aux engrais chimiques pour avoir des rendements de plus en plus élevés, d'assécher les cours d'eau pour irriguer les plantes, et de détruire la biodiversité, beaucoup d'agriculteurs gérant de petites exploitations se sont convertis à l'agriculture biologique, malgré les contraintes règlementaires très importantes, et les risques financiers.

Et ils ont été encouragés dans cette démarche par différentes aides accordées par l'Etat : aides financières à la conversion et au maintien, remboursables, et aide fiscale annuelle sous forme de crédit d'impôts lorsque au moins 40 % des recettes proviennent d'activités relevant du mode de production biologique.

Le montant du crédit d'impôt étant égal à 2 400 euros, majoré de 400 euros par hectare exploité selon le mode de production biologique dans la limite de 1 600 euros, soit un maximum de 4000€.

Ce crédit d'impôts avait été retenu pour remettre un peu de justice dans l'attribution des aides en ciblant surtout les petites structures qui n'en percevaient pas ou très peu.

Ces aides, le Gouvernement avait bien compris qu'elles étaient nécessaires pour développer rapidement l'agriculture biologique, et pour atteindre les objectifs fixés par le " Plan Agriculture bio " lancé en 2007, à savoir la conversion de 6% de notre surface agricole en production bio en 2012, et 20% en 2020.

Et elles ont été relativement efficaces puisque la barre des 20 000 exploitations agricoles bio a été franchie en octobre dernier.

Fin juillet 2010, on comptait 3000 nouvelles exploitations bio par rapport au 31 décembre 2009. Ce qui représentait un rythme de conversion en augmentation de 30% par rapport à la même période de l'année dernière.

Pour autant les terres agricoles bio ne représentent aujourd'hui que 2,5% de la surface agricole française. On est donc encore très loin des objectifs du " Plan Agriculture bio ".

Le développement de l'agriculture biologique est pourtant une nécessité criante. En termes de santé publique bien sûr, car, faut-il le rappeler, le lien entre les pesticides retrouvés dans les produits agroalimentaires et un nombre croissant de maladies, dont le cancer, ne fait plus aucun doute.

En termes d'environnement aussi car la biodiversité est, on le sait, gravement menacée par l'utilisation des produits chimiques. En termes d'emplois encore car dans les 15 prochaines années, 40% des agriculteurs vont partir à la retraite.

Or les jeunes ont besoin de motivation pour prendre la relève. Et pour beaucoup d'entre eux l'agriculture biologique représente un espoir, un travail noble, et une véritable mission qu'ils ont envie de mener. Enfin en termes économiques, le développement de l'agriculture bio est indispensable car la demande en produits bio ne cesse d'augmenter.

Et il est évidemment préférable d'encourager la production agricole bio sur nos terres riches et abondantes, plutôt que d'importer massivement des produits dont, par ailleurs, la certification bio n'est pas toujours garantie, du fait d'une réglementation beaucoup plus laxiste dans nombre d'autres pays, y compris de la Communauté Européenne, comme l'a démontré une enquête publiée par notre confrère L'Expansion.

Lire : Produits bio importés : faut-il les boycotter ?

Des économies qui vont nous coûter cher

Ce n'était donc vraiment pas le moment de réduire l'aide fiscale accordée aux agriculteurs bio car nul doute que cette mesure va décourager beaucoup de candidats à la conversion et peut être même en amener d'autres à arrêter le bio.

Ce coup de rabot fiscal, qui va affecter essentiellement les petites exploitations, et qui ne rapportera à l'Etat que l'équivalent de 16 millions d'euros, risque en fin de compte de coûter beaucoup plus cher qu'il ne rapportera.

José Vieira

Deviens lanceur d'alertes

SOS-planete, le site géant qui déchire!





Auteur : José Vieira/Bioaddict

Source : www.bioaddict.fr

  • Mots clés déclenchant une recherche interne :  
  • bio - 
  • sarkozy - 
  • taxe