Protégeons nos communes, départements et régions - Déclarons les hors TAFTA ! - L'atelier

Accueil

Cette actualité a été publiée le 27/03/2014 à 21h49 par Jacky.


PROTÉGEONS NOS COMMUNES, DÉPARTEMENTS ET RÉGIONS - DÉCLARONS LES HORS TAFTA !

  • Google+
  • FaceBook
  • Twitter
  • Linked in
  • Tumblr
  • Google+  FaceBook   Twitter
  • LinkedIn  Tumblr
SOMMAIRE de Demain l'Homme - Accès aux derniers articles quotidiens du module principal WikiSurTerre
Protégeons nos communes, départements et régions - Déclarons les hors TAFTA !

 

Les régions d'Ile de France et PACA ainsi que les villes de Besançon et de Niort l'ont déjà fait !

Stop TAFTA ! non aux accords de libre-échange entre les USA et l'UE.

 
Plus d'infos

A l'été 2013 ont débuté des négociations secrètes entre la Commission Européenne et les États-Unis sur l'accord fr libre-échange : le TAFTA, pour Transatlantic Free Trade Agreement (aussi appelé PTCI ou TTIP).

Ce projet, négocié avec et pour les multinationales, est une menace extrêmement grave pour nos droits sociaux, écologiques et démocratiques, car il donnerait aux grands groupes privés des droits extravagants pour exploiter les peuples et la nature.

Quelles conséquences pour nous, élus et habitants des territoires ?

Opacité

Nous sommes et demeurerons dans la désinformation la plus totale. Pour l'heure, le mandat de la commission européenne n'a pu être connu que grâce à une fuite.

Il est impossible à l'heure actuelle de connaître les dispositions tant du côté européen que du côté américain, au fur et à mesure des négociations et quel que soit le sujet.

Sans forte réaction de l'ensemble des citoyens et des élus, l'opacité des négociations restera la règle.

 

 

Un véritable rapt du pouvoir des collectivités locales

les négociations du TAFTA risquent de conduire à l'ouverture des marchés publics en Europe aux entreprises des États-Unis et les lobbies d'affaires pourraient s'en prendre à tout programme visant a la relocalisation des activités.

Dans les appels d'offre ouverts aux multinationales, les collectivités locales ne pourraient plus le faire aux conditions qui leur conviennent.
Là où les luttes ont permis une re-municipalisation de l'eau, pourront-elles conserver ce statut ?

Des règles strictes (fin des aides publiques) ne leur permettraient plus de favoriser les entreprises, emplois locaux (et donc le développement local), ni d'adopter des normes environnementales ou sociales élevées.

 

Dans nos assiettes, des aliments normés et sans étiquetage

Selon une étude réalisée par le Parlement européen, il existe des risques importants d'affaiblissements des procédures d'autorisation des OGM importés en Europe, menaçant d'élargir considérablement la liste des variétés autorisées à l'importation – une cinquantaine actuellement – Enfin les les lobbies industriels comptent affaiblir l'obligation européenne d'étiqueter tout produit, en particulier les non OGM.

Comment vérifier ce qui arrivera dans l'assiette de nos enfants dans les cantines ?

Comment une collectivité pourra-t-elle se fournir ailleurs qu'auprès de la transnationale qui aura emporté le marché ?

 

Et quid du gaz de schiste ?

Par la remise en cause des protections et des régulations écologiques, la loi Jacob qui interdit le fracturation hydraulique en France, risquerait fort d'être annulée.

Il n'y aura plus aucun recours juridique possible pour empêcher les "Gaziers et Pétroliers" de venir forer sur nos territoires pour y chercher du "gaz et du pétrole de schiste".

(...)

 

Pour lire la suite et signer la pétition cliquer ICI

 

Un article de cyberacteurs.org, relayé par SOS-planete

 

L'ignorant n'est pas celui qui manque d'érudition, mais celui qui ne se connaît pas lui-même. Jiddu Krishnamurti, philosophe

Une start-up américaine veut créer "un ordinateur qui pense comme une personne"

Puissant moteur de recherche sur tout le site (BDD 1999-2014) : ENQUÊTER, RECHERCHER, GRANDIR EN CONSCIENCE...

 

 

L'Actualité vraie sur votre mobile du site étrange qui dérange même les anges !

 





Auteur : Rédaction cyberacteurs.org

Source : www.cyberacteurs.org