Protection animale : aider les chiens et les chats errants de Biélorussie - #WikiSurTerre

Retour : Accueil

Cette actualité a été publiée le 25/08/2009 à 21h24 par Phil.


PROTECTION ANIMALE : AIDER LES CHIENS ET LES CHATS ERRANTS DE BIÉLORUSSIE

  • Google+
  • FaceBook
  • Twitter
  • LinkedIn
Protection animale : aider les chiens et les chats errants de Biélorussie

Information sélectionnée par Phil', qui vous demande de bien vouloir soutenir One Voice de quelque manière que ce soit.

Plus de 70 000 chiens et chats errants sont tués de façon cruelle chaque année en Biélorussie.

En l'absence de campagnes nationales de stérilisations, leur population ne diminue pas et les massacres continuent.

One Voice demande au président de ce pays d'adopter une loi de protection des animaux.

En Biélorussie, le contrôle des populations de chiens et de chats errants est particulièrement cruel et inefficace. Il repose sur leur capture puis leur euthanasie.

Chaque année, plus de 70 000 chiens et chats sont ainsi exterminés mais leur nombre ne diminue pas en l'absence de campagnes nationales de stérilisations.

A Minsk, la capitale, les animaux capturés sont emmenés à l'unique fourrière du pays, où ils sont gardés 5 jours puis tués par injection intracardiaque d'un produit euthanasiant, sans anesthésie, ce qui provoque une souffrance importante.

Les conditions de vie dans cette fourrière sont déplorables. Les chiens et les chats sont exposés au froid et développent des infections. Il n'y a pas de ventilation et pas assez de nourriture.

En province, les animaux errants sont tués sur place, principalement par arme à feu ou par tir de flèches contenant un toxique qui les tue lentement et de façon douloureuse.

D'autres techniques sont aussi utilisées comme l'électrocution. Le gouvernement biélorusse n'incite pas les propriétaires à limiter la reproduction de leurs animaux.

Les médias abordent rarement le sujet des animaux errants. Quand ils le font, c'est surtout pour donner une image négative de ces animaux, présentés comme une nuisance et un danger.

Alors que la Biélorussie n'a pas de fourrières municipales, les autorités utilisent l'argent des contribuables pour construire des hôtels pour les animaux de certains riches propriétaires.

Le pays ne consacre pas d'argent pour protéger ses animaux. Il n'a pas de loi de protection animale et a supprimé la responsabilité criminelle pour les personnes coupables de mauvais traitements sur des animaux.

Il existe aujourd'hui dix associations de protection animale en Biélorussie.

Des défenseurs des animaux biélorusses tentent de mettre en place des programmes de soins, de stérilisation et d'adoption des animaux errants, avec l'aide de sponsors et leurs propres moyens.

Relayant la demande des associations biélorusses de protection animale, One Voice souligne la nécessité et l'urgence pour le gouvernement biélorusse :

* d'adopter enfin une loi pour protéger les animaux ;
* de mettre en place un contrôle de la reproduction des chiens et des chats ;
* de créer un réseau de refuges ;
* d'adhérer aux principes humanistes adoptés par les pays civilisés pour gérer les populations d'animaux errants et d'une manière générale, de ne plus tolérer les actes de violence et de barbarie sur des animaux, dont on sait aujourd'hui qu'ils sont précurseurs ou contemporains d'actes de violence sur des humains ; ceci est particulièrement important dans l'optique d'un futur rapprochement de ce pays avec l'Union européenne.

Source : OneVoice
2009-08-25