Pourquoi un ordinateur dure-t-il en moyenne quatre ans ? - L'atelier

Retour : Accueil

Cette actualité a été publiée le 02/06/2012 à 17h14 par Mich.


POURQUOI UN ORDINATEUR DURE-T-IL EN MOYENNE QUATRE ANS ?

  • Google+
  • FaceBook
  • Twitter
  • Linked in
  • Tumblr
  • Google+  FaceBook   Twitter
  • LinkedIn  Tumblr
SOMMAIRE de Demain l'Homme - Accès aux derniers articles quotidiens du module principal WikiSurTerre
Pourquoi un ordinateur dure-t-il en moyenne quatre ans ?

 

D'après le cabinet WiPro Product Strategy and Services, la durée de vie idéale d'un PC en entreprise est de seulement trois ans. Au-delà, il coûte plus cher de l'entretenir que de le changer. Pour les ordinateurs particuliers, la durée d'utilisation généralement constatée est de trois à quatre ans pour un portable, de cinq à six ans pour un fixe.

Des logiciels à mettre à jour

La vieillesse d'un ordinateur se manifeste surtout par des problèmes de lenteur. Ils viennent en général du système : trop de fichiers inutiles et fragmentés, infection par un virus, système devenu instable, etc.

Par ailleurs, « certains modèles nécessitent une puissance minimale pour être mis à jour, note Edouard Barreiro, directeur des Etudes à l'UFC-Que choisir. C'est une sorte d'obsolescence programmée, car même s'ils fonctionnent toujours, vous ne pouvez pas bénéficier des dernières versions des logiciels ». Il est alors nécessaire de le changer.

Baisse de la qualité

Les portables sont plus souvent remplacés que les fixes. Selon l'assureur américain SquareTrade, 31% d'entre eux tombent en panne durant les trois premières années d'utilisation, 21% pour un problème matériel et 10% pour un accident.

« Un portable grand public n'est prévu que pour fonctionner deux à trois heures par jour, au-delà il chauffe et s'abîme vite », précise Thomas Bérard, fondateur de l'entreprise de réparation l'Atelier du portable. Pour une utilisation plus intensive, il faut se tourner vers les séries professionnelles, plus chères.

Car le prix des machines est déterminant : tant pour les fixes que pour les portables, il a été divisé par deux en dix ans. Or, « quand un prix baisse, c'est qu'on tire sur les coûts », rappelle Edouard Barreiro.

Fini les usines au Japon, la quasi-totalité du parc est assemblée en Chine, avec des matériaux de moins bonne qualité. « Aujourd'hui, la fragilité des modèles se sent au toucher : une coque en plastique ne vaut pas une coque en aluminium », témoigne Thomas Bérard.

Les constructeurs poussent à l'achat

Enfin, « hors garantie, les constructeurs ne veulent pas réparer », dénonce Edouard Barreiro. Prétextant une panne très chère — la classique « carte mère qui a grillé » — ils incitent le consommateur à acheter un nouveau modèle. Et évitent de fournir des pièces détachées aux réparateurs indépendants.

Dommage car les pièces les plus fragiles sont des pièces faciles à changer (disque dur, lecteur CD, ventilateur). Malgré les évolutions technologiques, il faut rappeler que le parc actuel est capable de répondre aux besoins basiques des utilisateurs. Un PC de dix ans en état de marche permet toujours de taper un texte ou de lire des mails.

 

Un article de Morgan Bourven, publié par leparisien.fr

 

 

Emission de France 2 édifiante pour en savoir vraiment plus sur ce scandale industriel.

 

FRANCE 2 – La chaîne a diffusé ce soir, à 22h15, le magazine Cash Investigation présenté par Elise Lucet. Ce nouveau magazine d'investigation « vous fait découvrir les méthodes difficilement avouables de certaines multinationales ». Ce soir, Cash Investigation s'intéresse aux techniques de l'obsolescence programmée.

Le magazine est divisé en deux parties, une longue enquête de 60 minutes et un portrait de 26 minutes d'un « lanceur d'alerte », nom utilisé pour désigner ces personnes qui prennent tous les risques pour alerter la population sur certains dangers.

L'émission de ce soir, intitulée La mort programmée de nos appareils, enquête au sein de grandes marques d'électroménager, de téléphonie ou d'ordinateurs. Des marques (comme Samsung, HP...) qui s'arrangent pour limiter la durée de vie de leurs appareils afin que les consommateurs en achètent davantage. Pour finir, le magazine retrace le parcours de Pierre Meneton qui se bat depuis quatorze ans contre l'utilisation excessive du sel dans les aliments.

 

Pour voir l'émission de France 2 (Cash) en replay (1:30), cliquer ICI

 

Autre vidéo d'Arte sur l'obsolescence programmée

 

Lance-toi ! Deviens vite lanceur d'alerte. Rejoins ceux qui ont la rage !

Le site étrange qui dérange même les anges !

 

........

 

Merci de PARTAGER les meilleurs posts partout où vous le pouvez, réseaux sociaux et autres.

 





Auteur : Morgan Bourven

Source : www.leparisien.fr