Pourquoi les grands patrons français sont obnubilés par les gaz de schiste - L'atelier

Accueil

Cette actualité a été publiée le 11/06/2013 à 22h25 par Jacky.


POURQUOI LES GRANDS PATRONS FRANÇAIS SONT OBNUBILÉS PAR LES GAZ DE SCHISTE

  • Google+
  • FaceBook
  • Twitter
  • Linked in
  • Tumblr
  • Google+  FaceBook   Twitter
  • LinkedIn  Tumblr
SOMMAIRE de Demain l'Homme - Accès aux derniers articles quotidiens du module principal WikiSurTerre
Pourquoi les grands patrons français sont obnubilés par les gaz de schiste

 

Lobbying intense à Bruxelles, recommandations à répétition auprès de l'Elysée, opérations séduction vers les médias : plusieurs groupes français déploient des efforts considérables pour plaider la cause des gaz de schiste.

Pourquoi une telle insistance ?

Qui sont les acteurs de cette guerre d'influence ?

On y retrouve Total bien évidemment, mais pas seulement. Les gaz de schiste cachent de puissants intérêts, qui refusent toute transition énergétique.

C'est un véritable rouleau compresseur qui s'est mis en branle en faveur de l'exploitation des gaz de schiste. Le groupe de travail patronal franco-allemand sur la « compétitivité » et la « croissance » en Europe, mis en place sous l'égide du Medef et de la Fédération allemande des industries (BDI), en a fait une de ses propositions phares. « L'Europe doit oeuvrer en faveur du développement des compétences industrielles et d'un cadre d'action pour le secteur des gaz non conventionnels (dont les gaz de schiste, ndlr) », suggère-t-il, dans leur liste de 32 revendications patronales remises à François Hollande et Angela Merkel le 30 mai.

A l'automne dernier, un plaidoyer « pour que la recherche sur les techniques d'exploitation des gaz de schiste soit poursuivie », figurait déjà parmi les 22 propositions du rapport Gallois sur la compétitivité française.

La proposition faisait déjà écho à « l'appel des 98 PDG », publié fin octobre par Le Journal du Dimanche (groupe Lagardère) qui, eux aussi, insistent pour « se donner les moyens d'explorer et d'exploiter nos ressources nationales comme les gaz de schiste ».

Sans oublier la succession de déclarations gouvernementales ambiguës et la salve d'éditoriaux ou d'articles (Le Monde, Le Point,Challenges...) qui, entre juillet et septembre 2012, appelaient à rouvrir le débat.« Profitons de la richesse du sol français en gaz de schiste ! », lançait Claude Perdriel, patron du groupe Nouvel Observateur, dans une tribune publiée par Challenges du 12 juillet. « Le débat n'est pas tranché », expliquait le Premier ministre Jean-Marc Ayrault un mois plus tard (lire notre article).

Exploiter les gaz de schiste permettrait de faire baisser le prix de l'énergie, créerait des emplois, rendrait la France moins dépendante des coûteuses importations d'hydrocarbures, contribuerait à la croissance et renforcerait notre « compétitivité » au même titre que « la baisse du coût du travail ».

A croire que les énergies renouvelables, elles, ne contribueraient à rien de bien intéressant.

Bruxelles assiégée par les lobbyistes pétroliers

Le « débat » sur les gaz de schiste agite également Bruxelles. Total fait aussi partie de ces firmes déployant un lobbying intensif pour tenter de « minimiser les dégâts écologiques et sociaux de la production de gaz de schiste » et « faire passer le gaz pour une option énergétique favorable aux climats dans un avenir moins carboné. » Exemple : ce voyage de presse financé par le pétrolier, qui avait donné lieu à une série d'articles et d'éditoriaux défendant la cause des gaz de schiste dans Le Monde.

En France, cette offensive industrielle et médiatique se heurte pour l'instant à un obstacle de taille : la fracturation hydraulique. (...) C'est cet obstacle que s'évertuent à lever le sénateur UMP de l'Orne Jean-Claude Lenoir et le député PS du Nord Christian Bataille (1). (...)

Le CAC 40 plébiscite les gaz de schiste

Ils considèrent que la fracturation hydraulique est « une technique ancienne qui évolue aujourd'hui rapidement sous l'effet de considérations environnementales de plus en plus partagées ». (...)

Total amasse les concessions

Total, GDF-Suez et la compagnie pétrolière franco-britannique Perenco exploitent de nombreux gisements de gaz de schiste hors de France. Le géant français amasse les concessions à l'étranger. (...)

Schlumberger et la « fracturation intelligente »

N'en déplaisent aux deux élus en quête de « techniques alternatives à la fracturation hydraulique », ni Total, ni GDF Suez ne semblent encore en mesure d'en proposer. (...)

Vallourec : des forages « sans nuisance aucune »

Vallourec a aussi massivement investi aux États-Unis. L'entreprise est aujourd'hui l'un des principaux fournisseurs de tubes de forage profond pour l'extraction des gaz de schiste. Son PDG, Philippe Crouzet, espère des« productions massives de gaz de schiste » en Europe d'ici 2017.« Il faudra d'abord rendre acceptable, par l'opinion publique, l'exploitation des gaz de schiste d'un point de vue environnemental », prévient-il. (...)

Le secteur du BTP est également concerné : Lafarge, leader mondial des matériaux de construction, fabrique des ciments spéciaux pour les puits de forage nord-américains, à la fois pour les gisements conventionnels et pour la fracturation hydraulique.

Saint-Gobain fournit des matériaux de fracturation, notamment des billes en céramique de la taille d'un grain de sable qui, injectées dans les failles rocheuses, font office de soutènement pour améliorer le taux de récupération des hydrocarbures.

Technip, spécialiste des infrastructures pétrolières et gazières, mais aussi du raffinage et de la pétrochimie, a également redirigé une grande partie de ses investissements stratégiques – 225 millions d'euros – vers les États-Unis pour profiter des retombées du gaz de schiste.

Sans oublier l'industrie chimique, comme Solvay, et sa filiale française Rhodia, qui dépendent de l'achat d'hydrocarbures pour une partie de leur production. Ils figurent parmi les principaux défenseurs du gaz de schiste, dans lequel ils voient une promesse de réduction de leurs coûts.

La fracturation hydraulique, source de profits pour Veolia et Suez

Pas de fracturation de la roche sans de l'eau en abondance. Veolia et Suez environnement ont trouvé là le moyen de compenser leurs pertes de marché dans l'approvisionnement en eau potable, dont la gestion privée est de plus en plus contestée. (...)

Cette utilisation massive des ressources en eau provoque tensions et conflits avec les agriculteurs, notamment aux Etats-Unis ?

Qu'importe. Jean-Michel Herrewyn, directeur général de Veolia Eau, évoque les « très beaux projets » de son entreprise dans « les mines, le pétrole ou les exploitations de schistes bitumineux, tous énormes consommateurs d'eau ».

(...)

Une coalition anti-transition énergétique ?

Ce modèle d'influence se retrouve dans tous les pays dont les sous-sols recèlent des gisements potentiels de gaz de schiste, de la Pologne à l'Argentine. Et semble désormais se propager dans toute l'Europe, et gagner la France. Cet engouement et ces investissements font-il sens, alors que les gaz de schiste pourraient connaître leur pic de production – le moment où la production commence à décroître, faute de ressources – aux alentours de 2017 ? Les gaz de schiste permettront de maintenir artificiellement des systèmes industriels périmés, car basés sur l'usage intensif d'énergies fossiles à un coût relativement bas. Et ensuite ?

Face à cette offensive d'ampleur, « une petite poignée d'organisations de la société civile exprime ses inquiétudes, fait pression pour une interdiction de la fracturation ou, au minimum, pour un cadre réglementaire strict », décrit le CEO. Les partisans d'une transition énergétique vers moins d'énergies fossiles feront-ils le poids face à cette impressionnant cartel de multinationales ? La bataille s'annonce rude.

 
(1) Note de Jacques : ces deux députés se font probablement les porte-paroles
des lobbyistes, technique notamment employée par les laboratoires pharmaceutiques pour faire annuler des articles de loi gênants !

(...)

 

Pour lire l'article en entier, cliquer ICI
 

Un article de Ivan du Roy et Olivier Petitjean, publié par blogapares.com et relayé par SOS-planete

 

 

Post qui fait le buzz : "Il est déjà trop tard" : l'espèce humaine devrait s'éteindre ce siècle

Notre page officielle Facebook - Nos actualités sur votre mobile via Twitter

Le site étrange qui dérange même les anges !

 

........

  Lundi, 5887 visiteurs !!!

 





Auteur : Ivan du Roy et Olivier Petitjean

Source : www.blogapares.com