Le monde n'est pas forcément tel qu'on le voit. L'illusion est même à chaque coin de rue. La preuve!

Pourquoi l'Amérique aime les OGM et pas nous - Demain l'Homme

Accueil

Cette actualité a été publiée le 14/04/2013 à 13h06 par Tanka.

SOMMAIRE de Demain l'Homme - Accès aux derniers articles quotidiens du module principal WikiSurTerre Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager par mail
Pourquoi l'Amérique aime les OGM et pas nous

 

Dans le monde, 160 millions d'hectares de terres sont cultivées en plantes transgéniques. Les organismes génétiquement modifiés ont envahi les champs et ne cessent d'enflammer le débat public. Pourtant, tous les pays ne regardent pas les OGM avec les mêmes (bons ou mauvais) sentiments.

Certains chercheurs nous garantissent l'innocuité de cette avancée technologique, d'autres assurent qu'elle est potentiellement dangereuse, et le public est bien démuni face à ces informations contradictoires.

Alain-Michel Boudet, professeur émérite de biologie végétale à l'université Paul-Sabatier, explique que le discrédit de la science dans l'opinion publique favorise cette confusion : "Le scientifique aujourd'hui n'a plus le prestige et l'aura qu'il possédait auparavant. Il est urgent que les politiques jouent un rôle dans sa revalorisation." Le maïs BT ou Mon810 fabriqué par Monsanto, qui n'apporte aucun bénéfice direct au consommateur, n'a par exemple rien à voir avec le "golden rice", ce riz doré enrichi en bêta-carotène qui permettrait de réduire la mortalité infantile liée aux carences en vitamine A.

De fortes divergences culturelles

Malgré l'évolution de la recherche, l'Europe reste fortement opposée aux OGM. En France, 75 % des personnes interrogées refusent d'en voir dans leur assiette. En Amérique du Nord, au contraire, la population semble ne pas beaucoup se préoccuper de savoir si elle mange des OGM ou pas. En avril 2013, aux États-Unis, un amendement a été introduit dans une loi budgétaire pour l'agriculture : la justice américaine ne pourra désormais plus s'opposer à la mise en culture d'organismes génétiquement modifiés, même si leur homologation est contestée.

Pour François Houllier, directeur de l'Inra (Institut national de la recherche agronomique), "notre comportement vis-à-vis de l'innovation est tout à fait différent de celui des États-Unis, surtout en ce qui concerne la prise de risques". "En France, nous sommes adeptes du risque zéro", confirme le professeur Boudet, qui souligne, en outre, l'importance de notre rapport à l'alimentation. "La question a une valeur beaucoup plus profonde qu'aux États-Unis. On s'identifie à ce qu'on mange. Nous établissons une relation étroite entre alimentation et santé. Tout ce qui pourrait attenter à la qualité de ce que nous mangeons est banni."

Des modèles économiques distincts

François Houllier le concède, "les OGM sont adaptés pour des cultures sur des grandes surfaces, très exigeantes en capital et pas forcément en main-d'oeuvre". Non à une agriculture plus familiale. Au Brésil, du reste, il existe deux ministères de l'Agriculture. L'un est consacré au secteur agro-industriel, et l'autre - le ministère du Développement agraire - se charge de l'agriculture familiale. Environ 11,5 millions d'hectares de soja, de maïs et de coton transgéniques sont cultivés dans le pays, 18 millions en Argentine. Des surfaces en constantes expansions.

Cette biotechnologie ne pose donc pas seulement une question éthique, elle recoupe des choix industriels et politiques que Stéphane Le Foll, ministre de l'Agriculture, résume en une phrase : "C'est toute la question du modèle agroalimentaire que l'on veut pour l'avenir qui est posée." Une stratégie que le consommateur ignore souvent au moment de choisir ses légumes ou son morceau de viande...

 

Un article de Jeanne Longué, publié par lepoint.fr et relayé par SOS-planete

 

Ce post vous est transmis grâce au dispositif mis en place par l'équipe bénévole des lanceurs d'alerte de  

SOS-planete

 

 

Le site étrange qui dérange même les anges !

 

      

 

Auteur : Jeanne Longué

Source : www.lepoint.fr

  • Lire les commentaires
  • Lien utile / source de l'actualité
  • Modifier cette actualité
  • Contacter Tanka
  • Recommander cette actualité
  • Imprimer cette actualité
  • FaceBook
  • Twitter
  • Linked in
  • Tumblr
  • FaceBook   Twitter
  • LinkedIn  Tumblr

Commentaires des internautes

Laisser un commentaire sur cette actualité

Aucun commentaire n'a encore été déposé sur cette actualité.