Pour en finir avec l'agroterrorisme - L'atelier

Retour : Accueil

Cette actualité a été publiée le 18/01/2011 à 13h37 par Jacques.


POUR EN FINIR AVEC L'AGROTERRORISME

  • Google+
  • FaceBook
  • Twitter
  • Linked in
  • Tumblr
  • Google+  FaceBook   Twitter
  • LinkedIn  Tumblr
SOMMAIRE de Demain l'Homme - Accès aux derniers articles quotidiens du module principal WikiSurTerre

Premier du genre, un procès laisse entrevoir ce mois-ci la possibilité d'établir une jurisprudence, laquelle offrirait un moyen de recours à tous les riverains vivant à proximité de ce type de champs de cultures intensives dopées de toutes sortes d'intrants chimiques, dont de redoutables pesticides.

Au-delà, il conviendrait d'en arriver à pouvoir engager des poursuites contre tout utilisateur de biocides dont la nocivité ne fait plus aucun doute, y compris sur notre alimentation, le moindre principe de précaution n'étant jamais requis et l'espoir de voir ces substances interdites étant rendu illusoire par la seule mainmise des sociétés phytosanitaires sur les milieux économique et politique.

Des particuliers portent plainte contre des pulvérisations de pesticides

C'est en 2008 dans le Limousin que des particuliers contactent l'association Générations futures pour les aider à se défendre en justice contre des arboriculteurs voisins pratiquant des traitements de biocides à proximité de maisons d'habitations.

Fin 2009, les autorités sont saisies d'une plainte dénonçant plusieurs pomiculteurs pour des pratiques agricoles constitutives d'infractions selon l'arrêté de 2006.

Il s'agit du non-respect des conditions d'épandage de pesticides s'appliquant dans le cas présent aux conditions météorologiques à observer, les relevés météo attestant qu'au moment des épandages le vent était supérieur à 3 sur l'échelle de Beaufort.

La première instance aura lieu ce mois-ci au Tribunal de Brive.

Alors que d'innombrables maladies environnementales alimentent régulièrement la chronique et que bon nombre de médecins, de nutritionnistes, d'agronomes et de scientifiques indépendants nous informent tant de la contamination des sols et des eaux, que de la dangerosité croissante des produits agricoles, le caractère à la fois exceptionnel et anecdotique d'un tel recours en justice ne peut que nous interpeller.

Que la peste soit des pesticides et des pesticidaires !

« On arrête les gangsters, on tire sur les auteurs de hold-up, on guillotine les assassins, on fusille les despotes - ou prétendus tels - mais qui mettra en prison les empoisonneurs publics instillant chaque jour les produits que la chimie de synthèse livre à leurs profits et à leurs imprudences ? » écrivait en 1963 Roger Heim préfaçant la traduction française de l'ouvrage de Rachel Carson Le Printemps silencieux.

« Nous ne faisons plus de la culture en Europe, nous gérons de la pathologie végétale. » déclare aujourd'hui l'agronome dissident Claude Bourguigon. « Savez-vous qu'il y a des pesticides dans la rosée du matin sur les fleurs ? » écrivaient Fabrice Nicolino et François Veillerette dans leur livre Pesticides : Révélations sur un scandale français.

Des pesticides dans la rosée matinale sur les fleurs ?

Et dans l'eau de pluie de toutes les villes, dans les sources, les cours d'eau, les nappes les plus profondes... Et dans les sols, dans toute notre alimentation, jusque dans notre pain quotidien devenu exécrable. Il y a des pesticides dans le sang des nouveau-nés, dans le lait maternel, dans la graisse de nos corps.

Il y en a même dans l'air intérieur de nos maisons ! Les pesticides sont partout, et leurs molécules s'attaquent directement à la vie des humains et de tous les êtres vivants.

Empoisonnement de l'humanité et des animaux domestiques par l'emploi irraisonné de milliers de pesticides, dont nombre sont mortifères à plus ou moins long terme, avec comme seul objectif un enrichissement de l'élite et une mise sous tutelle budgétaire du monde paysan (25 000 suicides de cultivateurs surendettés en Inde) ; contamination de la biodiversité alimentaire ; alimentation non seulement nulle parce qu'exempte de substances nutritives, mais aussi de grande dangerosité ; mort biologique des sols des grandes contrées fertiles dont 30% sont fatigués ou exténués...

Depuis donc une soixantaine d'années, les gouvernements de tous les pays et de toutes les tendances mentent comme des arracheurs de dents et sont complices des transnationales de l'agrochimie, en promouvant une agriculture industrielle hautement toxique, saccageant les valeurs basiques de la planète, exposant la salubrité publique aux pires conséquences, répandant mort et dégénérescence chez les populations.

Les enfants d'agriculteurs présentent deux fois plus de malformations génitales que les autres, mais on nous dit que le cause à effet n'est pas prouvé alors qu'un cocktail de quelque 100 000 molécules de synthèses sont baladeuses dans les sols, les eaux et les airs agri....

Pour lire la suite de cet article, cliquez sur "source"

 

Pour en savoir plus sur la situation planétaire

 

........

 
.
.

Devenez lanceur d'alertes





Auteur : Michel Tarrier

Source : www.notre-planete.info