Pour changer les pratiques alimentaires - L'atelier

Retour : Accueil

Cette actualité a été publiée le 09/10/2009 à 17h55 par Michel WALTER.


POUR CHANGER LES PRATIQUES ALIMENTAIRES

  • Google+
  • FaceBook
  • Twitter
  • Linked in
  • Tumblr
  • Google+  FaceBook   Twitter
  • LinkedIn  Tumblr
SOMMAIRE de Demain l'Homme - Accès aux derniers articles quotidiens du module principal WikiSurTerre
Pour changer les pratiques alimentaires

Information recueillie par Michel

Le Cempama, centre de formation et d'expérimentations pédagogiques de l'enseignement agricole, intégré à l'Agrocampus de Rennes, met en place des actions de formation et de recherche au sein des établissements agricoles, pour une meilleure prise en compte du développement durable dans les pratiques alimentaires.

L'alimentation représente environ 30 % de l'empreinte écologique (voir encadré) d'un Français. Avec plus de 3,7 milliards de repas servis chaque année en France, la restauration collective est un acteur-clé pour offrir un régime sain pour soi et pour la planète. L'équipe «
Vers des systèmes alimentaires durables » a lancé le projet Repas-RC (Repères pour l'évolution des pratiques alimentaires en restauration collective).

Les acteurs de la restauration collective (cuisiniers, gestionnaires, chefs d'établissements) ont ainsi reçu un outil de suivi environnemental pour comprendre les enjeux de la durabilité alimentaire, évaluer les priorités et les alternatives, et suivre les changements mis en oeuvre.

Une phase expérimentale a démarré en 2007 au sein de l'équipe de restauration collective du Lycée agricole de Merdrignac (Côtes d'Armor) qui réunit sur un même site formation et production horticole. Elle a conduit au calcul de l'empreinte écologique brute des matières premières utilisées pour les repas, à l'évaluation de l'empreinte écologique liée au transport des aliments et à la simulation de plusieurs scénarios de repas.

Moins de protéines animales, plus de produits locaux

L'étude a permis d'évaluer la part en empreinte écologique des aliments composants un menu-type, et de quantifier notamment le poids déterminant de la viande et du poisson : ceux-ci représentent moins de 20 % des aliments consommés (en poids), mais contribuent à plus de 70 % à l'empreinte écologique du repas. Les calculs ont aussi montré l'intérêt d'un approvisionnement local et de saison pour réduire de façon drastique l'empreinte écologique due au transport. Et qu'un repas contenant moins de protéines animales et plus de produits locaux peut être, à budget égal, à la fois plus sain et plus écologique.

L'outil « Repas-RC » est progressivement testé dans d'autres restaurations collectives. A l'horizon 2009, il devrait être mis en ligne sur Internet.

Le projet a reçu l'appui de partenaires scientifiques (Agrocampus de Rennes, Angenius), financiers (conseil régional Bretagne, ministère de l'agriculture) et locaux (Maison de l'agriculture biologique du Finistère, Civam, Réseau agriculture durable)

(Source : WWF)