Pollutions aux PCB : quelles responsabilités ? - #WikiSurTerre

Retour : Accueil

Cette actualité a été publiée le 22/02/2012 à 21h41 par Tanka.


POLLUTIONS AUX PCB : QUELLES RESPONSABILITÉS ?

  • Google+
  • FaceBook
  • Twitter
  • LinkedIn
Pollutions aux PCB : quelles responsabilités ?

 
200 vaches et chèvres abattues en Saône et Loire en 2002, 2000 vaches abattues et 42 communes contaminées dans le département de la Loire en 2008... c'est aujourd'hui une petite ville de Mayenne, Grez-en-Bouère, qui fait les frais d'une pollution aux polychlorobiphényles (PCB).

Derrière ce nom barbare se cachent 209 molécules classées comme « probablement cancérigènes » pour l'homme, en raison des effets chroniques qu'elles entraînent sur le foie, la reproduction et la croissance. Très peu biodégradables, les PCB s'accumulent dans la chaîne alimentaire après rejet dans l'environnement et se retrouvent après transfert dans tous les milieux, mais aussi dans les plantes, les animaux ou chez l'homme.

Lorsqu'une pollution est constatée, il est parfois très difficile de déterminer son origine. Aprochim, une filiale du groupe Chimirec, se trouve aujourd'hui au coeur de cette question de responsabilité. Implantée en Mayenne depuis 1988, l'entreprise est spécialisée dans le retraitement des matériaux souillés aux PCB. Ceux-ci ont en effet été largement utilisés dans l'industrie pour leurs qualités d'isolation électrique, de lubrification et d'inflammabilité avant l'interdiction de la mise sur le marché d'appareils en contenant depuis 1987.

Suite à une directive européenne, un plan national d'élimination des PCB a été lancé en 2001 pour organiser la décontamination des appareils les plus polluants, notamment les transformateurs électriques, avant le 31 décembre 2010.

Ceux-ci ont donc été acheminés vers les 5 centres spécialisés de traitement européens, dont Aprochim.

Si la responsabilité de la société ne peut pas être exclue, et celle-ci se dit d'ailleurs prête à dédommager les agriculteurs dont la production de lait et de viande ne peut plus être commercialisée, il est toutefois possible que d'autres causes soient à l'origine de la contamination que connait aujourd'hui Grez-en-Bouère : mauvaise condensation de chaudières au fioul de particuliers, brûlage d'emballages de produits agricoles...

Suite à plusieurs plaintes déposées par des riverains inquiets pour leur santé et par des associations locales de protection de l'environnement, une information judiciaire a été ouverte en décembre dernier pour « faits de pollution et mise en danger de la vie d'autrui ».
 

 
Aprochim n'est peut être pas le seul responsable dans cette contamination, mais cette affaire intervient alors qu'une autre affaire est portée devant le tribunaux : d'anciens collaborateurs de l'entreprise accusent Jean Fixot, le Président de la société-mère Chimirec, et six cadres d'avoir éliminé de façon illégale des déchets en diluant des huiles contaminées aux PCB avec d'autres qui ne l'étaient pas et d'avoir falsifié des contrôles.

Le procès s'ouvre en mai prochain au tribunal correctionnel de Paris.
 

Un article de Marion Gautier, publié par Durable
 

Lance-toi ! Deviens vite lanceur d'alerte. Rejoins ceux qui ont la rage !

Le site étrange qui dérange même les anges !

Merci de PARTAGER les meilleurs posts partout où vous le pouvez, réseaux sociaux et autres.

 





Auteur : Marion Gautier

Source : www.durable.com

  • Mots clés déclenchant une recherche interne :  
  • Pollutions - 
  • PCB