Pollution au mercure en Guyane : un bilan inquiétant - #WikiSurTerre

Retour : Accueil

Cette actualité a été publiée le 19/04/2010 à 13h26 par Tanka.


POLLUTION AU MERCURE EN GUYANE : UN BILAN INQUIÉTANT

  • Google+
  • FaceBook
  • Twitter
  • LinkedIn
Pollution au mercure en Guyane : un bilan inquiétant

Une étude de douze ans, entre 1994 et 2005, a mesuré le « taux d'imprégnation » au mercure de la population guyanaise. Son bilan vient d'être publié et montre un réel effet de la pollution au mercure, avec huit cas de malformations congénitales et une disparité entre les populations, les Amérindiens étant les plus touchés. Et la situation se dégrade.

Selon le dernier bulletin épidémiologique hebdomadaire (BEH) de l'INVS, la population guyanaise – et plus particulièrement sa composante amérindienne – présente des concentrations anormalement élevées en mercure. En cause, une alimentation trop riche en poissons dont certaines espèces sont fortement contaminées à la suite de pollutions.

La contamination environnementale par le mercure en Guyane est connue. Elle résulte des activités d'orpaillage, essentiellement développées à la fin du XIXe siècle et en recrudescence dans les années 1990. Cette pollution au mercure pose depuis longtemps un problème majeur de santé publique : atteintes graves des systèmes nerveux et reproducteur, malformations congénitales...

Selon une étude menée en Guyane pendant 12 ans, huit cas de malformations congénitales majeures ont été observés. « Cette situation doit conduire à agir sans tarder, d'autant que depuis 10 ans la situation vis-à-vis de l'exposition se dégrade progressivement, soulignent les rédacteurs du BEH. La principale mesure de santé publique est donc la prévention ciblée auprès des femmes en âge de procréer. »

Pour rappel, la plus grande catastrophe liée à la pollution au mercure s'est déroulée à Minamata, une petite ville côtière du Japon. A partir de 1932, les responsables d'une usine de pétrochimie n'avaient pas hésité à déverser des tonnes de mercure en mer et ce jusqu'en 1966. Résultats, entre 1946 et 1966, près de 900 décès ont été enregistrés suite à la consommation de poisson contaminé. Aujourd'hui la ville de Minamata détient le triste privilège de porter le nom d'une maladie neurologique provoquée par les activités de l'Homme...

Source : futura-sciences.com


Information recueillie par Tanka

Pour en savoir plus sur la situation planétaire