Pôle Nord 2012. Le retour de la douche et des fruits frais - L'atelier

Accueil

Cette actualité a été publiée le 26/04/2012 à 18h01 par Fred.


PÔLE NORD 2012. LE RETOUR DE LA DOUCHE ET DES FRUITS FRAIS

  • Google+
  • FaceBook
  • Twitter
  • Linked in
  • Tumblr
  • Google+  FaceBook   Twitter
  • LinkedIn  Tumblr
SOMMAIRE de Demain l'Homme - Accès aux derniers articles quotidiens du module principal WikiSurTerre
Pôle Nord 2012. Le retour de la douche et des fruits frais

 

Dimanche matin, Julien Cabon et Alan Le Tressoler ont quitté la banquise, au terme de l'expédition Pôle Nord 2012. Ils devraient fouler le sol breton samedi, pas mécontents de retrouver un peu de confort.

Notre dossier

Au terme de trois semaines de séjour au Pôle Nord, Julien Cabon et Alan Le Tressoler ont dit adieu à la banquise dimanche matin. Les deux Brestois ont embarqué à bord d'un Antonov, direction le Spitzberg, pas mécontents de retrouver la terre ferme, après cette longue dérive sur un océan de glace.

« Ma peau est un peu cramée et j'ai une perte de sensation au bout des doigts, mais ça revient peu à peu, témoigne Julien Cabon. Alan, lui, va sans doute perdre deux ongles, mais rien de bien grave... ».

Jusqu'à la fin de la semaine, le tandem d'explorateurs va tranquillement se réacclimater à des températures moins extrêmes que les - 30 º auxquels ils avaient presque fini par s'habituer.

« Nous sommes un peu dans un sas de décompression. Le plus agréable, c'est de retrouver la douche et les fruits frais. On avait un peu oublié... ».

Mais pas question de se tourner les pouces : « Nous traitons peu à peu la centaine de prélèvements scientifiques de neige, de plancton, d'eau, etc. que nous avons réalisés sur place. Jeudi (demain), on redécolle vers la Norvège pour une dernière étape avant d'atterrir à Paris vendredi, vers 13h, et de retrouver la Bretagne samedi, dans la journée ».

« Au bout de notre projet »

À l'heure de dresser un premier bilan de l'expédition Pôle Nord 2012, Julien Cabon et Alan Le Tressoler se déclarent d'abord satisfaits d'être « allés au bout de notre projet et de ne pas avoir travaillé pour rien pendant deux ans », conscients d'avoir « eu de la chance de pouvoir vivre une expédition pareille ».

Julien se déclare aussi « plus convaincu que jamais de la nécessité d'agir pour préserver la Planète sur laquelle nous vivons. Quand on pense que la banquise sur laquelle nous nous trouvions a perdu, en trente ans, 50% de son épaisseur (trois mètres en 1980 contre 1,50 mètre aujourd'hui) et 40% de sa surface, ça en dit long... ».

 

Un article de Patrice Le Berre, publié par letelegramme.com

 

Lance-toi ! Deviens vite lanceur d'alerte. Rejoins ceux qui ont la rage !

Le site étrange qui dérange même les anges !

 

........

 

Merci de PARTAGER les meilleurs posts partout où vous le pouvez, réseaux sociaux et autres.

 





Auteur : Patrice Le Berre

Source : www.letelegramme.com