La Théorie du complot a été inventée par des milliardaires, pour détourner l'attention des peuples

Poissons toxiques : ok, mais deux fois par semaine maximum - Demain l'Homme

Accueil

Cette actualité a été publiée le 13/07/2013 à 14h15 par kannie.

SOMMAIRE de Demain l'Homme - Accès aux derniers articles quotidiens du module principal WikiSurTerre Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager par mail
Poissons toxiques : ok, mais deux fois par semaine maximum

 

L'Agence de sécurité alimentaire (Anses) recommande de consommer deux portions de poisson par semaine. Seulement ? Oui, car au-delà, il y a risques de contamination au mercure ou aux PCB.

On ne saura bientôt plus à quel plat se vouer. Riche en oméga 3, en phosphore, en magnésium, en vitamines B... mais aussi en substances plus toxiques comme le mercure ou le PCB.

Dans un avis rendu public lundi, l'Agence de sécurité alimentaire (Anses) alerte sur les risques d'une surconsommation de poisson et préconise de n'en manger que deux portions par semaine. De préférence, l'une des deux portions devra être un poisson gras comme le saumon, la sardine, le maquereau, le hareng ou la truite fumée.

En cause, la toxicité des eaux de mers et de rivière par des produits toxiques, qu'ils s'agissent d'hydrocarbures ou de métaux lourds.

Selon une étude publiée en janvier dernier, la déforestation dans le monde a entraîné une pollution importante des lacs et des rivières avec quelque 260 tonnes de mercure, auparavant retenues dans les sols, déversées dans les eaux. Par ailleurs, le mercure contenu dans les 100 premiers mètres de profondeurs des océans a doublé en 100 ans.

 

 

Enfants, femmes enceintes ou allaitantes concernés

La consommation des poissons d'eau douce dits bio accumulateurs, comme l'anguille, le barbeau, la brème, la carpe ou le silure est même limitée à deux fois par mois et à une fois tous les deux mois pour les femmes en âge de procréer, enceintes ou allaitantes.

Les enfants de moins de trois ans, les petites filles et les adolescentes sont aussi concernés par ces recommandations.

Dans le collimateur de l'Anses également pour ce dernier groupe de population, les poissons prédateurs sauvages comme la lotte, le bar, la bonite, l'anguille, le grenadier, le flétan, le brochet, la dorade, la raie, le sabre ou le thon. L'espadon, le marlin, le siki et le requin sont aussi à proscrire en raison d'un risque de contamination au mercure.

Et ce n'est pas tout?: l'Agence alerte aussi sur une contamination de certains produits de mer par des micro-organismes d'origine humaine ou animale. Ces produits sont consommables dès lors qu'ils sont bien cuits.

Poissons crus et coquillages sont donc à éviter. En ce qui concerne la cuisson, l'Anses précise encore qu'il est nécessaire de cuire le poisson de mer frais "à coeur" et qu'il faut "éviter la consommation de coquillages s'ils ne proviennent pas d'une zone d'élevage autorisée et contrôlée".

Amateurs de sushis faits maison, sachez qu'il est vivement conseillé de congeler le poisson utilisé "pendant 7 jours afin de détruire les parasites potentiellement présents".

 

Un article de Thomas Roure, publié par metronews.fr et relayé par SOS-planete

 

Arsenic, plomb, dioxines... : nos aliments contaminés !

Le plomb, plus toxique qu'on ne le pensait

 

 

Les hyper buzzz de SOS-planete en ce moment sur la Toile ;o)

Retrouvez toute l'actualité sur votre mobile

Le site étrange qui dérange même les anges !

 

      

 

Lundi, 5491 visiteurs

 

Auteur : Thomas Roure

Source : www.metronews.fr

  • Lire les commentaires
  • Lien utile / source de l'actualité
  • Modifier cette actualité
  • Contacter kannie
  • Recommander cette actualité
  • Imprimer cette actualité
  • FaceBook
  • Twitter
  • Linked in
  • Tumblr
  • FaceBook   Twitter
  • LinkedIn  Tumblr

Commentaires des internautes

Laisser un commentaire sur cette actualité

Aucun commentaire n'a encore été déposé sur cette actualité.