Poissons d'élevage : stress, maladies et crises sanitaires au menu - L'atelier

Retour : Accueil

Cette actualité a été publiée le 23/08/2009 à 19h47 par Isabelle.


POISSONS D'ÉLEVAGE : STRESS, MALADIES ET CRISES SANITAIRES AU MENU

  • Google+
  • FaceBook
  • Twitter
  • Linked in
  • Tumblr
  • Google+  FaceBook   Twitter
  • LinkedIn  Tumblr
SOMMAIRE de Demain l'Homme - Accès aux derniers articles quotidiens du module principal WikiSurTerre
Poissons d'élevage : stress, maladies et crises sanitaires au menu

Information sélectionnée par Isabelle

L'élevage intensif des poissons peut-être aussi intensif que les élevages que l'on trouve sur la terre ferme.

Aujourd'hui, bon nombre de saumons proviennent de ces élevages, et notamment d'Ecosse et de Norvège.

Jusqu'à 50 000 saumons sont confinés dans chaque cage en mer.

Ils sont élevés au large des côtes, et chaque saumon se voit royalement offrir environ 75 cm ou l'équivalent d'une baignoire d'eau.

Très entassés, les saumons parcourent des cercles incessants autour de la cage, tout comme les animaux dans les zoos qui secouent constamment la tête de haut en bas.

Les nageoires et la queue s'abîment parce que les poissons se frottent contre la cage ou les uns contre les autres.

Du fait du confinement et des densités d'élevage trop élevées, les poissons peuvent souffrir de stress et devenir ainsi plus exposés aux maladies.

Les crises sanitaires qui se sont succédées du fait de maladies, ont conduit à la mort de millions de saumons d'élevage.

Le taux moyen de mortalité reconnu par l'industrie piscicole est alarmant.

Les statistiques officielles indiquent que les taux de mortalité lors de l'élevage en mer atteignent 10% à 30%, un taux qui amènerait à ce que soit tirée la sonnette d'alarme pour n'importe quelle autre espèce animale d'élevage.

Les yeux des poissons sont particulièrement sensibles au stress.

Bon nombre de saumons d'élevage souffrent de cataracte, à un point si critique que parfois les yeux saignent et les poissons deviennent aveugles.

Pour lire la suite de cet article, cliquez sur "Lien utile" ci-dessous.