Plus on est riche, plus on émet de gaz à effet de serre - #WikiSurTerre

Retour : Accueil

Cette actualité a été publiée le 19/06/2010 à 12h06 par Tanka.


PLUS ON EST RICHE, PLUS ON ÉMET DE GAZ À EFFET DE SERRE

  • Google+
  • FaceBook
  • Twitter
  • LinkedIn
Plus on est riche, plus on émet de gaz à effet de serre

La mise en place avortée de la taxe carbone a été très mal vécue par les défenseurs de l'environnement.

Mais les débats enflammés, l'an dernier, sur cette contribution climat-énergie ont aidé le public à prendre conscience de l'importance de leurs comportements.

Les statistiques publiées hier par l'Insee sur la structure des émissions de CO2 françaises en 2005 montrent que le chauffage et les déplacements des ménages induisent directement un tiers des émissions de CO2 (130 millions de tonnes) émises sur le sol français. Elles correspondent pour moitié au carburant brûlé par les automobilistes pour se déplacer, et au fioul et au gaz naturel utilisés pour se chauffer et cuisiner.

Mais, pour refléter la responsabilité directe du consommateur, il faut y ajouter une estimation des émissions de CO2 correspondant à ce qu'il a acheté (nourriture, vêtements, biens de consommation) et qui a été fabriqué dans l'Hexagone, mais aussi celles induites par les produits importés. Dans le cas d'un ordinateur, il faut ainsi comptabiliser les émissions liées à la fabrication du produit en Asie, celles liées aux matériaux en amont et au transport jusqu'au domicile du consommateur.

Les résultats de ces évaluations sont certes théoriques mais pas moins spectaculaires : les quantités de CO2 induites à l'étranger de nos importations sont de 339 millions de tonnes, soit un montant supérieur de 20 % aux émissions induites par l'activité productive dans l'Hexagone (280 millions de tonnes). Et celles liées à nos exportations se montent à 205 millions de tonnes (95 millions sur notre territoire et 110 millions émises à l'étranger du fait du contenu en importations de ces exportations).

Les célibataires aussi

Résultat, si, en théorie, chaque Français a émis directement 6,4 tonnes de CO2 en 2005 sur le territoire du fait de l'activité économique, notre demande finale représente en réalité l'émission de 9 tonnes par an et par habitant (60 % dans l'Hexagone et 40 % à l'étranger).

Les responsables politiques devraient étudier de près ces chiffres avant de réclamer une taxe carbone aux frontières pour les pays qui ne se seraient pas engagés dans le cadre d'un accord international, parce que certains pourraient être amenés à leur demander de prendre en compte les émissions cachées des achats des Français.

Au-delà des débats sur la responsabilité de chacun des pays dans la lutte contre l'effet de serre, les chiffres de l'Insee et du ministère de l'Ecologie dont est issue cette étude montrent que les ménages aisés émettent deux fois plus que les plus modestes.

« Les 20 % des ménages les plus aisés induisent, via leurs achats, 29 % des émissions de CO2, alors que les plus modestes n'en induisent que 11 % », affirme l'étude. Encore plus étonnant, rapporté à la taille de la famille, un célibataire émet respectivement 8,6 tonnes de CO2 tandis qu'un couple avec trois enfants ou plus se contente de 4,1 tonnes par personne.

Pour en savoir plus sur la situation planétaire

.





Auteur : JULIE CHAUVEAU

Source : www.lesechos.fr

  • Mots clés déclenchant une recherche interne :  
  • GES - 
  • pollution