Plates-formes off-shore : leurres mortels pour les oiseaux migrateurs - #WikiSurTerre

Retour : Accueil

Cette actualité a été publiée le 24/03/2011 à 13h30 par Tanka.


PLATES-FORMES OFF-SHORE : LEURRES MORTELS POUR LES OISEAUX MIGRATEURS

  • Google+
  • FaceBook
  • Twitter
  • LinkedIn
Plates-formes off-shore : leurres mortels pour les oiseaux migrateurs

 
Selon l'association Robin des Bois, en Mer du Nord, les plates-formes off-shore ont un lourd impact sur les oiseaux migrateurs.

On estime, en effet, que 50 millions d'oiseaux migrateurs franchissent deux fois par an la Mer du Nord. Or, au moins sept espèces sont sévèrement perturbées par les flux de lumière artificielle émis par les plates-formes off-shore, le dérangement s'intensifiant lorsque le ciel nocturne est nuageux.

En effet, désorientés, les oiseaux se mettent à tourner pendant plusieurs heures autour de cette fausse constellation que constitue une plate-forme off-shore la nuit.

Selon le rapport présenté par les Pays-Bas aux autres Etats-membres de la convention OSPAR (1) pour la protection de l'Atlantique du Nord-Est, une plate-forme peut, à elle seule, être responsable de la mort par collision de 60 000 oiseaux par an.

Les espèces concernées incluent les merles, les grives musiciennes, les grives mauvis, les litornes, les alouettes des champs, les rouge-gorges et les eiders communs. Illustrant ce phénomène, sur une plate-forme allemande, 442 oiseaux de 21 espèces différentes ont été retrouvés morts sur les caillebotis et dans les coursives entre octobre 2003 et décembre 2004.

Toutefois, d'après les éléments fournis dans le rapport, le nombre d'oiseaux morts suite à des collisions avec les parties aériennes des installations ou d'épuisement est beaucoup plus important. Mais ils se perdent en mer.

En prévision de la réunion du Comité Off-shore de la Convention OSPAR à Barcelone, tenue du 7 au 11 mars, au cours de laquelle cette problématique devait être abordé, Robin des Bois avait fait remarquer le désistement de la France sur cette question. De fait, en marge des projets de Total et d'autres compagnies en Arctique et des projets d'éoliennes off-shore sur la façade atlantique, celle-ci se cantonne à recommander de poursuivre les études. Au contraire, pour l'association, il est urgent de réduire dès à présent l'intensité lumineuse des plates-formes off-shore.

 

Nous aider

Lance-toi! Deviens vite lanceur d'alerte. Rejoins ceux qui ont la rage!

Le site étrange qui dérange même les anges!

 





Auteur : Cécile Cassier

Source : www.univers-nature.com