Plaintes contre Copwatch, le site qui surveille la police - L'atelier

Accueil

Cette actualité a été publiée le 03/10/2011 à 13h13 par Kannie.


PLAINTES CONTRE COPWATCH, LE SITE QUI SURVEILLE LA POLICE

  • Google+
  • FaceBook
  • Twitter
  • Linked in
  • Tumblr
  • Google+  FaceBook   Twitter
  • LinkedIn  Tumblr
SOMMAIRE de Demain l'Homme - Accès aux derniers articles quotidiens du module principal WikiSurTerre
Plaintes contre Copwatch, le site qui surveille la police

 

Le ministère de l'Intérieur accuse de diffamation le site Copwatch qui publie des photos de policiers assorties de commentaires peu flatteurs.

Depuis quelques semaines, Copwatch est parti en guerre contre les violences policières. Animé par un collectif d'anonymes et hébergé aux Etats-Unis, ce site publie des photos de policiers et de gendarmes qu'il soupçonne d'avoir un comportement illicite, en communiquant parfois leur nom et en les accompagnant de commentaires qui pourraient être jugés diffamants.

Le système s'inspire des « Copwatch » nés aux Etats-Unis dans les années 1990 pour dénoncer les violences policières pendant les émeutes touchant certaines villes américaines.

Mais cette déclinaison française utilise un ton bien souvent outrancier. « Nous considérons ces institutions [la police et la gendarmerie, NDLR] comme la fosse commune de l'humanité, le charnier de l'évolution, la mise à mort quotidienne de la déontologie et de l'éthique. »

Sans surprise, Copwatch s'est attiré les foudres du syndicat de policiers Alliance, qui dénonce le fichage illégal et les dénonciations calomnieuses de ce « site antiflics ». Des dizaines de policiers auraient déjà déposé plainte, annonce le syndicat.

Des photos qui ne sont pas illégales

Mercredi 28 septembre 2011, le ministère de l'Intérieur (Claude Guéant) annonçait qu'il allait à son tour déposer deux plaintes en diffamation. « Ces commentaires portent gravement atteinte à l'honneur ainsi qu'à la réputation de fonctionnaires de police et de militaires de la gendarmerie », a justifié le ministère, selon des propos rapportés par l'AFP.

De son côté, Copwatch rappelle que le fait de filmer ou photographier des forces de l'ordre en mission dans un lieu public n'est pas interdit en soi. Il estime que la publication de ces clichés « permettra à chacun [...] d'identifier en cas de violence, d'humiliation, de mutilations et d'insultes, ces policiers, qui, protégés par loi se permettent des excès quotidiens de par leur fonction [...] ».

Reste les commentaires diffamants. Là encore, Copwatch se défend de laxisme et indique en ligne que les « informations qui nous seront communiquées seront vérifiées scrupuleusement et confrontées à d'autres témoignages si nécessaire avant d'être diffusées ».

Ce sera bientôt à la justice d'en juger.

 

Un article publié par 01net.com

 

Notre Association défend les droits de l'Homme et de toutes les espèces vivantes. Elle est APOLITIQUE !

 

Lance-toi ! Deviens vite lanceur d'alerte. Rejoins ceux qui ont la rage !

Le site étrange qui dérange même les anges !

 

........

 

Merci de PARTAGER les meilleurs posts partout où vous le pouvez, réseaux sociaux et autres.


 





Auteur : 01 Net

Source : www.01net.com