Pigeons : les amis des animaux sont indignés - #WikiSurTerre

Retour : Accueil

Cette actualité a été publiée le 30/11/2011 à 12h37 par Tanka.


PIGEONS : LES AMIS DES ANIMAUX SONT INDIGNÉS

  • Google+
  • FaceBook
  • Twitter
  • LinkedIn
Pigeons : les amis des animaux sont indignés

 
L'invasion des pigeons est un véritable fléau en ville. Mais les campagnes de stérilisation sont dénoncées par les associations de défense des oiseaux.

L'association Rassemblement pour le droit à la vie des oiseaux (RDVO) vole dans les plumes de la mairie de Toulouse. Elle reproche à la municipalité de « continuer l'ancien système » dans sa lutte contre l'invasion des pigeons.

Un système qui consiste à capturer et à euthanasier les volatiles au gaz carbonique pur et à en prendre quelques-uns pour les stériliser chirurgicalement et les relâcher.

Le contrat qui lie la mairie de Toulouse à la société Sacpa chargée de la régulation des populations de pigeon (1 200 pigeons stérilisés en 2010) arrive à son terme.

Seulement voilà, il y a un peu plus d'un an, les associations avaient dénoncé des excès et demandé à la mairie de développer des techniques plus douces comme celle des pigeonniers contraceptifs pour limiter la population. Or cette technique ne figure pas dans la description du nouvel appel d'offre qui parle de la capture des pigeons par la technique de filet projeté ou des cages à trappe, de l'euthanasie et de la stérilisation chirurgicale des oiseaux. « Nous avons pourtant donné tous les outils à la mairie pour qu'elle puisse prendre sa décision et travailler sur des méthodes alternatives mais ce n'est pas stipulé dans l'appel d'offre », raconte Alexandre Pommier, président du RDVO. « Il y a un an, j'avais représenté les associations sur ce sujet, nous avions alors demandé à la mairie de changer de politique environnementale, ajoute Maire-Pierre Capdevielle, médecin généraliste et comportementaliste. Ils devaient mettre en place des pigeonniers contraceptifs. Cela fait deux ans qu'ils en parlent, mais nous n'avons aucune nouvelle ».

De son côté, Jean-Michel Fabre, adjoint au maire en charge de l'animal dans la ville explique : « Nous avons en effet une réflexion sur les pigeonniers contraceptifs. Nous allons faire un test en rénovant un ancien pigeonnier situé à La Reynerie qui permettra de fixer les populations et d'agir directement sur les oeufs. Cette méthode ne figure pas sur l'appel d'offre puisque ce pigeonnier serait géré en direct par les services de la ville et non pas par une entreprise ».

Par ailleurs, l'adjoint au maire travaille sur d'autres pistes : « Nous envisageons d'utiliser des faucons pour effrayer les pigeons. Nous commençons à prendre des contacts. C'est une autre façon de faire qui permettrait de trouver un équilibre et de stabiliser la population ». Mais, « en attendant, les cages pièges vont être placées partout... », déplore Marie-Pierre Capdevielle.
 

Un article publié par La Dépêche
 

Lance-toi ! Deviens vite lanceur d'alerte. Rejoins ceux qui ont la rage !

Le site étrange qui dérange même les anges !

Merci de PARTAGER les meilleurs posts partout où vous le pouvez, réseaux sociaux et autres.

 





Source : www.ladepeche.fr