Pierre Rabhi : agent d'insurrection à Metz - #WikiSurTerre

Retour : Accueil

Cette actualité a été publiée le 21/02/2010 à 22h15 par Tanka.


PIERRE RABHI : AGENT D'INSURRECTION À METZ

  • Google+
  • FaceBook
  • Twitter
  • LinkedIn
Pierre Rabhi : agent d'insurrection à Metz

Pierre Rabhi : «Aujourd'hui, j'ai l'intention d'organiser des choses à résonance humaine. La racine du problème est en nous : pourquoi je souffre ? Pourquoi j'ai du ressentiment ? Comment éradiquer l'oppression qui est en nous ?»

Ecouter Pierre Rabhi, c'est tourner le dos à notre société de consommation. Car il va au-delà, bien au-delà. Le 1er mars, il expliquera au centre des congrès à Metz comment le monde peut cesser de courir à sa perte.

Pierre Rabhi est un homme à plusieurs casquettes. Fondé sur le réel et l'actualité, son discours aborde tous les domaines. Pour se bâtir sur un seul terme : l'urgence d'un nouvel humanisme. Ce qu'il traduit par un appel à «l'insurrection des consciences ». Les Messins s'en apercevront d'eux-mêmes le 1er mars, au centre des congrès. Ce soir-là, invité par Jean-Marie Pelt et la mairie de Metz, il expliquera comment sortir de la crise.

L'humain aliéné

Il y a le Pierre Rabhi de l'agroécologie. Celui qui propose depuis quarante ans dans sa ferme de l'Ardèche des voies pour cultiver autrement, dans le respect de la Nature et des hommes. Des centaines de paysans viennent apprendre chez lui des techniques pour nourrir les populations du Sud, leur assurer l'autonomie. Ces jours-ci, il développe un nouveau programme : «Un hectare, une famille, un toit. » Lui travaille toujours la terre de son jardin, «ce qui permet à mon discours de ne pas être séparé de mon expérience réelle ».

Il y a le Pierre Rabhi ex-candidat à la présidentielle de 2002. En deux mois, il avait réuni 182 signatures. Un tremplin sur lequel il ne rebondira plus : son mouvement Colibri est parti de là, il essaime très bien depuis. «Je ne vais pas entrer dans le débat politique en tant que tel. Pour moi, aujourd'hui, on a la politique qu'on mérite. La crise, c'est celle du citoyen plus que du politique. »

Il y a le Pierre Rabhi radical. Lui saisit le paradigme économique dominant, celui d'une croissance permanente, et l'émiette pour le réduire à rien. L'agriculture intensive ou la consommation, c'est pareil. «Derrière l'alibi du progrès, on a ouvert la voie à une vision erronée de notre planète Terre comme un gisement de ressources à exploiter jusqu'au dernier arbre. Notre société a beaucoup généré de misère. Il y a aujourd'hui une disparité énorme entre 1/5 du monde, les nantis, dont je fais partie, et les 4/5 dérangés par la modernité. Ce modèle de production a éradiqué une multitude de cultures, d'habitats diversifiés, un héritage légitime de toutes les communautés humaines. Ce modèle a aliéné l'être humain en lui supprimant toute identité. »

Il y a enfin le Pierre Rabhi philosophe spirituel. Cette dimension-là, cette identité, il la développe aujourd'hui. «Aujourd'hui, les gens sont mal à l'aise. Ils ne savent pas à quoi ils appartiennent. Hors du travail, ils vivent un exil intérieur. Je ne sais pas ce qu'il y a après la mort, mais je ne sais pas non plus ce qu'on appelle vivre.

Aujourd'hui, nous sommes incarcérés dans un système qui prétend nous libérer. » Lui remet tout en cause, au nom d'autre chose qu'il laisse chacun libre d'identifier. «Il y a dans mon discours une dimension spirituelle implicite. Mais elle est totalement libre, elle n'est reliée à rien ni à personne. Mais quand je regarde la beauté du monde et le miracle de la vie, c'est ça qui nourrit ma spiritualité. Aujourd'hui, on peut se faire du bien à soi et aux autres, sinon l'homme sera éradiqué. »

Par Olivier JARRIGE - Source : republicain-lorrain.fr

Information recueillie par Tanka

Pour en savoir plus sur la situation planétaire