Piégés dans l'Arctique, des pesticides sont relâchés - L'atelier

Accueil

Cette actualité a été publiée le 15/08/2011 à 23h59 par Annie Kasperek.


PIÉGÉS DANS L'ARCTIQUE, DES PESTICIDES SONT RELÂCHÉS

  • Google+
  • FaceBook
  • Twitter
  • Linked in
  • Tumblr
  • Google+  FaceBook   Twitter
  • LinkedIn  Tumblr
SOMMAIRE de Demain l'Homme - Accès aux derniers articles quotidiens du module principal WikiSurTerre
Piégés dans l'Arctique, des pesticides sont relâchés

 

Selon une étude parue le 24 juillet dernier dans la revue scientifique Nature Climate Change, les polluants organiques persistants (POP), dérivés de pesticides, sont relâchés dans l'atmosphère en région Arctique. Et ce en raison de la fonte des glaces provoquée par le changement climatique. Les responsables de l'étude s'inquiètent du fait que ce phénomène menace de réduire à néant les efforts déployés à l'échelle internationale pour réduire l'exposition à ces substances toxiques.

L'arctique, qui subit de plein fouet les effets du réchauffement climatique, libérerait des Polluants Organiques Persistants, ces POP issus de pesticides ou de l'industrie chimiques... mais aussi des PCB (polychlorobiphényles) ou DDT (dichlorodiphényltrichloroéthane), largement utilisés jusque dans les années 70 et nocifs pour les êtres vivants.

Ces molécules, qui ont la faculté de se disperser à des distances très importantes et loin des concentrations humaines, s'y étaient accumulées, capturées par les glaces. Leur dépôt dans cette région y était en effet facilité par la faible température qui y prévaut.

Désormais, comme l'explique une équipe de chercheurs ayant effectué des mesures au Canada et en Norvège, on enregistre une hausse importante de la concentration atmosphérique de ces substances dans la région, due à l'élévation de la température.

Et Hayley Hung, experte en qualité de l'air pour Environnement Canada, prend la mesure du danger de la situation en indiquant qu'il faudra dorénavant «déterminer avec précision le taux de concentration des POP en Arctique tout en calculant le taux et la vitesse de leurs émissions».

Si les animaux de la région étaient à des degrés divers déjà contaminés par ces substances toxiques, c'est au tour des Inuits d'être directement menacés du fait de leur alimentation. Et chez ces derniers, les toxines menaceraient d'engendrer des problèmes neurologiques et des cancers.
 

Un article publié par CareVox

 

Vous aimez notre travail ? Alors merci de nous soutenir

Lance-toi ! Deviens vite lanceur d'alerte. Rejoins ceux qui ont la rage !

Le site étrange qui dérange même les anges !

 

........

 

Merci de transmettre les meilleurs posts sur Facebook et autres réseaux sociaux.

 





Auteur : CareVox

Source : www.carevox.fr