Pied à Terre : il était une fois... l'Homme ! (Humour ?) - WikiSurTerre

Retour : Accueil

Cette actualité a été publiée le 02/07/2017 à 20h30 par colibrix.


PIED À TERRE : IL ÉTAIT UNE FOIS... L'HOMME ! (HUMOUR ?)

  • Google+
  • FaceBook
  • Twitter
  • Google+  FaceBook  Twitter
Pied à Terre : il était une fois... l'Homme ! (Humour ?)

 

Mise à jour du samedi 26 octobre 2013 à 23h47

 

Version audio réalisée par Fred, colibri pour SOS-planete
(durée 10:51 - Enceintes à donfff !!!)






 

Pour un usage modéré du bouton ON/OFF, cliquez ICI ;o)

Pour commencer, il est vivement recommandé
de positionner le curseur-booster
sur 20% des capacités offertes

 

 

Ceci est la suite 13588812...

Mais une autre suite arrive déjà !!!

 

L'appât d'Homme
qui avance
à pas d'homme

 

Il était une fois...

Donc

 

 

Il était une fois

l'Homme !

 

 

L'Homme avait un bocal et des pieds, comme la plupart des bêtes.

Mais pas de plumes et presque pas de poils !

Sauf sur la tête, où les cheveux de l'Homme poussaient
de 0,7 à 2 centimètres par mois.

 

 

Soudain, dans sa tête, sous sa toison,
l'Homme eut une Illumination :

L'Illumination disait : Avançons de trois pas en avant,
histoire de voir du paysage !

L'Homme fit donc trois pas en avant

Avec ses pieds

Puis il s'arrêta net et s'interrogea
(l'Homme avait des questions)
:

« Mais où aller ?
Et qu'y faire ?

Bon ! J'ai le choix.
Je suis libre !!!

Toujours ça de gagné !!! Ouf !

J'ai le choix entre aller de l'avant,
aller à droite, à gauche
et je peux même reculer

 

L'Homme sourit à l'idée d'être pourvu
de... la marche arrière !!!

 

 

Le Soleil était haut dans le ciel. Mais on aurait dit qu'il tombait lentement vers l'horizon.

L'Homme, curieux de nature, voulût donc savoir si, une fois au sol, le Soleil allait continuer à avancer. En effet, il était difficile de marcher sur Terre sans les pieds.

L'Homme voulait bien voir ça :

Comment le Soleil allait-il s'y prendre pour marcher sur Terre sans les pieds ?

Il voyait bien que le Soleil était une boule, mais une boule, posée sur du plat, ça ne roule pas, ça ne bouge pas, ça ne peut faire trois pas...

A moins qu'on ne la pousse !

L'Homme se dit à l'intérieur du bocal, situé à son sommet :
«Et si le Soleil, une fois au sol, ne bougeait plus, s'il s'immobilisait, je pourrais donc me réchauffer, de jour comme de nuit.
Je n'aurais plus jamais froid à poils, enfin sans les poils.
Ce serait... le pied !!! »

C'est ainsi que l'Homme suivit le Soleil

 

 

Il fit ainsi plus de trois pas.
Il en fit cent, mille, cent-mille.
L'Homme vit du paysage

C'est bien simple :
Il y avait du vert partout !

Les arbres majestueux le saluaient sur son passage

 

 

Les bêtes poilues le regardaient passer

 

 

en se demandant tout de même qu'est-ce qui était en train de passer...

une comète et sa longue chevelure ? (1)

 

 

Les bêtes à plumes, quant à elles, riaient à belles dents.
Bien sûr, les volatiles n'avaient pas de dents
(Mon$anto n'ayant pas encore été inventé ;o)

 

 


Les oiseaux étaient naturellement équipés de becs,
mais cela ne les empêchait pas de rire...

L'Homme vit ainsi toutes sortes de bestioles,
plus ou moins rigolotes et pas du tout dangereuses

Il vit du paysage

Il vit du paysage, lui, l'Homme de passage...

 

 

Au bout de quelques millions d'enjambées, il remarqua que le Soleil -enfin !- allait se poser en douceur sur la Terre.

Le Soleil était en train d'atterrir...

L'Homme n'allait plus être obligé de s'affubler de fourrures. A poils, il allait avoir tout le temps chaud. Même la nuit !

Puis, il lui sembla que le Soleil se posait derrière une colline proche. L'Homme continua donc à avancer pour le rejoindre.

Mais il avait beau marcher, marcher, marcher, il dût bien vite se rendre à l'évidence :

le Soleil avait DIS-PA-RU !!!

Derrière la colline, il avait dû se faire pousser des pieds et carrément se mettre à courir, à courir mais... alors vraiment vite !

La nuit tomba lentement

Comme chaque soir

 

 

Ainsi, l'Homme resta là, en définitive planté sur ses deux pieds. Et il ne fit plus aucun pas. Difficile de faire des pas une fois la nuit venue !

Et, en plus, pour aller où dans le noir ?

Il s'assit donc sur son derrière.
Car il en avait un, comme toutes les autres bêtes !

 

 

Et forcément, il commença à grelotter

Difficile, en effet, de ne pas grelotter sans les poils et, bien sûr, il n'avait pas pris sa doudoune, tant il était sûr que, là où il se rendait, il n'en aurait plus aucune espèce d'utilité.

Les étoiles commençaient à envahir le ciel. Mais les étoiles, ça ne sert à rien, enfin ça ne chauffe pas...

 

 

Ainsi l'Homme réfléchit.
Il savait réfléchir dans son bocal, sous ses cheveux, alors il cogita.

Mais franchement, il ne voyait pas !

Que faire ?

Rebrousser chemin dans les ténèbres ?

Il avait des pieds et une marche arrière : il pouvait le faire !

Il le pouvait !

C'est ainsi que l'Homme, après avoir avancé, sur ses pieds, vers le Soleil couchant, c'est ainsi que l'Homme se mit à marcher à l'envers.

Oui à l'envers, en l'An vert, dans la nuit noire...

 

 

L'Homme !

Qui subitement se mit... à marcher sur la tête !

 

Pourquoi ?

Que celui qui sait pourquoi lève le doigt ?

 

 

Vous là-bas au fond :

"C'est un peu tiré par les cheveux !

- Ah bon !!! Vous trouvez ?"

 

Tout de même, ça fatigue de marcher
que ce soit en avant ou en arrière
à l'endroit ou à l'envers
sur les pieds ou sur la tête
de jour comme de nuit
alors l'Homme s'endormit... en sursaut ;o)

Et il fit un drôle, un vraiment drôle de rêve !!!

 

 

L'Homme se vit en train de marcher...
sur la Lune !

Ce n'était qu'un rêve mais -tout de même !- Il marchait sur la Lune et même Il y bondissait comme un cabri

De là-haut, Il vit le Soleil posé sur la Terre

Non : l'astre du jour n'avait pas pris la tête à son cou, comme l'Homme le croyait dans son bocal.
Le luminaire était bel et bien une boule qui chauffait sans aucune interruption...

Quelqu'un d'invisible devait la pousser;o)

Quelqu'un ?

Mais qui ?

 

 

Olala !!!

Brusquement, forcément, l'Homme fut réveillé
par le bourdonnement du Soleil
qui -on aura tout vu !-
revenait derrière

(...)


C'est ainsi que l'Homme passa la suite de sa vie,
assis sur son propre derrière,
sans plus jamais poser son pied nulle part
et en se demandant,
tout en haut,
dans le bocal,
si on ne lui jouait pas un de ces tours !

 

C'est ainsi que l'Homme arracha une plume à un oiseau

Pour écrire :

 

 

Il était une fois... soit !

Mais il y en eut plein d'autres...

 

Il était une autre fois donc...

Mais ceci est une tout autre histoire !

 

(A suivre)

 

(1) En une vie, nous pouvons en théorie produire environ 10 m de cheveux. Mais en réalité, un homme ou une femme dont les cheveux poussent de 1,5 cm par mois, et dont les cycles capillaires sont de sept ans, pourraient se retrouver, sans coiffeur, avec une chevelure de 1,26 m.

 

 

Un jet express du Mich, dit Main dans le Feu,
avec colibris-unités carbone@ssociés
et rédigé durant le vol Air France.
Ce jet est édité par © SOS-planete

 

D'autres suivent

L'inverse est IMPOSSIBLE !!!

Pas de fin ;o)

 

Note du Président :

En d'autres termes

Chacun cherche ailleurs
ce qui réside en lui-même

 

 

Une vieille légende Hindouiste raconte
qu'il fut un temps où tous les hommes étaient des dieux.

Comme ils abusèrent de ce pouvoir,
Brahma, le maître des dieux,
décida de le leur retirer
et de le cacher dans un endroit
où il leur serait impossible de le retrouver.

Oui, mais où ?


(...)

 

Pour lire la suite, cliquer ICI

 

Le trésor est en nous ?

Ouuuhhh quel pied !!!

5 orteils ;o)

 

 

Si tu tends trop la corde, elle se casse
Si tu ne la tends pas assez, elle ne sonne pas !

Un maître de musique à son élève dans Little Bouddha

 

Venez voir le fou dans sa cage
Entrée libre !
(Cacahuètes interdites ;o)

 

Module "Tabac" des Anciens

 

 

Siddhartha dit :


Tiens, mon bon Govinda,
voici une des pensées que j'ai trouvées :

La sagesse ne se communique pas.

La sagesse qu'un sage cherche à communiquer
a toujours un air de folie.

- Tu veux rire ? demanda Govinda.


- Pas du tout. Je te dis ce que j'ai trouvé.

Le Savoir peut se communiquer,
mais pas la Sagesse.

On peut la trouver,
on peut ensuite vivre,
on peut s'en faire un sentier,
on peut, grâce à elle, opérer des miracles,
mais quant à la dire et à l'enseigner,
non, cela ne se peut pas.


C'est ce dont je me doutais parfois
quand j'étais jeune homme
et ce qui m'a fait fuir les maîtres.

 

Siddhartha de Hermann Hesse

 

 

 

Nous ne défendons pas la Nature...
Nous SOMMES la Nature qui se défend !
M. T.


Toute prise de conscience implique des changements ! TS

 

L'Actualité vraie sur votre mobile du site étrange qui dérange même les anges !

 

Ne quittez pas ;o)
Le canal est ON !

 

 

Clef biologique

Parmi les 94 éléments chimiques
existant, à l'heure actuelle, naturellement sur Terre,
25 sont utilisés par le Vivant terrestre
(masses atomiques des plus légers jusqu'aux plus lourds) :

1 - 3 - 5 - 7 - 8
9 - 12 (structurateur carbonates) - 12 - 14 (structurateur silicates) - 15
16 - 17 - 19 - 20 - 23
24 - 25 - 26 - 27 - 29
30 - 34 - 38 - 53 - 79

Hydrogène - Lithium - Bore - Azote - Oxygène
Fluor - Carbone (structurateur carbonates) - Magnésium - Silicium (structurateur silicates) - Phosphore
Soufre - Chlore - Potassium - Calcium - Vanadium
Chrome - Manganèse - Fer - Cobalt - Cuivre
Zinc - Sélénium - Sodium - Iode - Or


Et pas l'Argent $$$

 

 

Matrice

Racine : 1 - 3 - 5 - 8 - 8 - 8 - 12

Le monde ne se refait pas.
Il se transforme et évolue...

 

"... les figures et les formules du Jeu des Perles de Verre composaient dans une langue mondiale, nourrie de tous les arts et de toutes les sciences, une architecture, une musique et une philosophie dont le jeu et l'ambition étaient également d'approcher de la perfection, de l'être pur, de la réalité pleinement accomplie. "Réaliser" était une expression que les joueurs aimaient, et leur activité leur apparaissait comme un cheminement du devenir à l'être, du possible au réel."

Hermann Hesse dans "Le jeu des perles de verre"

 

 

"...il y a toujours là une bravade, un héroïsme, un esprit chevaleresque et l'accent d'un rire surhumain, d'une gaieté immortelle. C'est cela qui doit vibrer aussi dans nos jeux de Perles de Verre, dans toute notre vie, dans nos actes et dans nos souffrances."

Hermann Hesse dans "Le jeu des perles de verre"

 

 

Légende amérindienne :
la part du colibri, pour un monde plus humain

 

L'objectif est, avec la participation amicale, joyeuse,
désintéressée, intuitive, inventive, ingénieuse
et effective du plus grand nombre,
par des actes réfléchis, divers et variés
et par des états d'être positifs quotidiens,
locaux, sociaux, solidaires, équitables et globaux,
l'objectif est de jouer et de déjouer,
tout en favorisant le réveil de nos consciences
presque toutes englouties par le trou noir innommable,
abrutissant
mais -oufff !!!-
seulement de passage

 

Chacun fait le peu qu'il peut !
Pas plus, sinon c'est trop lourd !

 

Rendons à l'Homme sa Dignité.
Dehors la culpabilité !
Reprenons confiance en nous,
malgré l'étendue du dé$a$tre,
dont le seul respon$able est
le profit à tout prix.

 

 

Carpe diem :
faisons de chaque instant une bénédiction
Ne suivons ni vessies, ni lanternes
Pour y voir, avivons plutôt notre flamme intérieure

Soyons simplement nous-même

 

 

Nous valons quelque part mieux que ce que nous avons été,
sommes ou serons...

A l'image des cellules vivantes de notre corps,
redevenons acteurs-créateurs-spectateurs associés

Oui : souvenons-nous

Tout est en nous !

Tout est en Tout...

 

 

Etre Soi :
Jet d'un humain qui croit en l'Homme,
malgré l'asservissement ambiant

Bientôt une version audio en provenance de la Belgique...

 


Vue d'artiste

 

Voici maintenant les premiers détails
d'une probable découverte incroyable,
faite par notre ami ©Robocop,
une trouvaille qui devrait vite bouleverser
la physique contemporaine

Pour en savoir plus, cliquer ICI

 

Je ne fais pourtant de tord à personne en suivant les chemins qui ne mènent pas à Rome (George Brassens)

 

Un autre visage de l'écologie
ou la place du vert dans l'arc en ciel

 

Vue d'artiste





Auteur : © Mich, dit Main dans le Feu, avec colibris-unités carbone@ssociés

Source : www.terresacree.org