Pétrole: la Norvège offre 24 licences - L'atelier

Accueil

Cette actualité a été publiée le 17/04/2011 à 12h04 par Fred.

SOMMAIRE de Demain l'Homme - Accès aux derniers articles quotidiens du module principal WikiSurTerre
Pétrole: la Norvège offre 24 licences

 
Le gouvernement norvégien va offrir 24 licences de production d'hydrocarbures, dont la moitié dans la prometteuse mer de Barents, à 29 groupes énergétiques norvégiens et étrangers, parmi lesquels le français GDF Suez, a-t-il annoncé vendredi.

"L'intérêt pour nos eaux du Grand Nord est sans précédent", a noté le ministre du Pétrole et de l'Energie, Ola Borten Moe, dans un communiqué. Les nouvelles licences offertes par ce 21e cycle de concessions sont réparties à parité entre la mer de Norvège et la mer de Barents, soit le plus grand nombre de licences jamais offert dans cette région de l'Arctique.

"Le niveau actuel d'activité en mer de Barents est élevé et continue d'augmenter", a ajouté M. Borten Moe. Face à l'amenuisement continu des réserves de la mer du Nord, les compagnies pétrolières lorgnent de plus en plus sur la mer de Barents encore largement inexplorée.

Parmi les groupes qui se sont vu offrir des licences figurent le champion national Statoil (11 participations dans des licences), le français GDF Suez (3), l'américain ExxonMobil (3), l'italien Eni (2), le japonais Idemitsu (4), l'allemand RWE Dea (2) ou encore le britannique BG (1).

Tirant les leçons de l'accident de la plateforme Deepwater Horizon qui avait provoqué une catastrophe écologique dans le Golfe du Mexique l'an dernier, le gouvernement norvégien a encore durci les conditions pour opérer dans ces eaux fragiles et poissonneuses.

Mais cela n'a pas suffi à apaiser les craintes des défenseurs de la nature.

 


 

"L'industrie du pétrole peut maintenant batifoler dans des eaux vulnérables qui n'auraient jamais dû être ouvertes à la prospection", a réagi Lars Haltbrekken, qui dirige la branche norvégienne de l'ONG Amis de la Terre.

Nouvelle "terre promise" des groupes pétroliers, la région commence à tenir ses promesses. Le 1er avril, Statoil y a annoncé une découverte "majeure" sur le prospect Skrugard (ou Sverdrup) susceptible de contenir jusqu'à 250 millions de barils équivalent-pétrole (bep), précisant que les réserves potentielles pourraient même atteindre 500 millions de bep sur la zone couverte par la licence.

Considéré comme la découverte la plus importante réalisée en Norvège depuis une décennie, il s'agit du troisième gisement important détecté dans les eaux norvégiennes de la mer de Barents après Snoehvit (gaz) déjà en exploitation et Goliat (pétrole) qui doit entrer en exploitation en 2013. Vendredi, le groupe s'est félicité de recevoir de nouvelles licences dans des zones à proximité immédiate du gisement.

Du côté russe de la frontière maritime se trouve l'immense gisement de gaz Chtokman pour lequel une décision d'investissement est attendue dans le courant de l'année. Le projet est dominé par le géant russe Gazprom aux côtés de partenaires minoritaires, Total et Statoil.

Selon l'Institut de géophysique américain (US Geological Survey), l'Arctique dans son ensemble pourrait receler 13% des réserves de pétrole et 30% des réserves de gaz naturel encore non découvertes de la planète.
 

Un article publié par lefigaro.fr

 

Votre aide ? Olala ! C'est pas de refus !

Lance-toi! Deviens vite lanceur d'alerte. Rejoins ceux qui ont la rage!

Le site étrange qui dérange même les anges!

 

Source : www.lefigaro.fr

  • Lire les commentaires
  • Lien utile / source de l'actualité
  • Modifier cette actualité
  • Contacter Fred
  • Recommander cette actualité
  • Imprimer cette actualité
  • FaceBook
  • Twitter
  • Linked in
  • Tumblr
  • FaceBook   Twitter
  • LinkedIn  Tumblr