Pénurie de terres rares - #WikiSurTerre

Retour : Accueil

Cette actualité a été publiée le 27/03/2011 à 13h46 par Tanka.


PÉNURIE DE TERRES RARES

  • Google+
  • FaceBook
  • Twitter
  • LinkedIn
Pénurie de terres rares

 
Titre original :
Pénurie de terres rares : une aubaine pour l'économie circulaire ?

 
Selon le Wall Street Journal, la pression s'accentue sur le marché des « terres rares ». Les terres rares sont un groupe de métaux de 17 éléments utilisés dans des applications technologiques et industrielles très variées.

Indispensables pour fabriquer les batteries, LED, écrans plats, téléphones et autres ampoules basse consommation, ces métaux sont extraits à 97% en Chine. Or, après avoir restreint ses exportations au premier semestre 2010 pour alimenter son marché intérieur, la Chine vient à nouveau de baisser de 35% ses quotas à l'export et annonce un possible arrêt de l'exportation de certaines d'entre elles à l'horizon 2014-2015.

A l'image des Etats-Unis, les pays grands consommateurs de ces métaux dénoncent un abus de position dominante. D'autant que la Chine compte maintenir le niveau bas : officiellement pour réduire les impacts environnementaux négatifs de ces mines à ciel ouvert, officieusement pour faire grimper les cours et bloquer des concurrents potentiels sur des applications promises à un bel avenir comme la voiture électrique (moteurs électriques à base d'aimants utilisant du néodyme - terbium-dysprosium) et les générateurs des grosses éoliennes offshore ne peuvent s'en passer.

Cette guerre économique souligne, encore une fois, à quel point les stocks de ressources non renouvelables s'épuisent vite. Certes, la Chine ne possède que 30% des réserves de terres rares. Et les Etats-Unis et leurs alliés (Australie notamment) ont des stocks importants. Mais leur exploitation en dehors de Chine ne manquera pas de faire grimper les cours. En effet, la main d'oeuvre américaine n'est pas payée au même taux horaire que les salariés chinois et les normes environnementales ne sont pas aussi souples.

Même si ce n'est pas son objectif, la Chine contribue à l'émergence de l'économie circulaire. Pour éviter la pénurie, un pays très dépendant comme le Japon, commence déjà à recycler les terres rares contenues dans les DEEE.

Des chercheurs de l'Institut des Sciences Industrielles de l'université de Tokyo ont trouvé un procédé permettant de recycler la néodyme, contenue dans des aimants utilisés dans des moteurs de voitures hybrides et dans des disques durs.
 

Nous aider

Lance-toi! Deviens vite lanceur d'alerte. Rejoins ceux qui ont la rage!

Le site étrange qui dérange même les anges!

 





Auteur : Frédéric Bordage

Source : ht.ly