Pendant la campagne électorale, les pesticides continuent de tuer - #WikiSurTerre

Retour : Accueil

Cette actualité a été publiée le 13/04/2012 à 10h31 par Tanka.


PENDANT LA CAMPAGNE ÉLECTORALE, LES PESTICIDES CONTINUENT DE TUER

  • Google+
  • FaceBook
  • Twitter
  • LinkedIn
Pendant la campagne électorale, les pesticides continuent de tuer

 
Marine Le Pen rêve de jeter à la mer six millions de mauvais Français.

Nicolas Sarkozy fait des risettes au Front National et présente la principale mesure de son éventuel second quinquennat : faire passer le permis de conduire au lycée.

François Bayrou plonge dans la piscine avec une grosse femme énervée par la maladresse des centristes.

François Hollande esquive et « retient son humour » pour ne pas accabler le sortant.

Jean-Luc Mélenchon se prend pour « le bruit et la fureur », mais peine à démontrer qu'il est le Jupiter foudroyant de la « révolution par les urnes ».

Les « petits » candidats attendent leur minute de parole à la télé. Eva Joly traite des vrais problèmes, mais tout le monde regarde ses lunettes.

Pendant ce temps, la situation globale évolue gentiment vers le désastre. Prenons les pesticides : tout le monde s'en moque, puisque le « bio » est réputé « bobo ». Or, ces produits chimiques sont conçus pour donner la mort – même si les firmes qui les vendent voudraient qu'on les nomme « phytosanitaires ». « Médicaments des plantes »...

Les pesticides envoient en enfer (ou à ce qui en tient lieu pour les athées), non seulement les « mauvaises » herbes, les champignons « parasites » ou les insectes « nuisibles » (Marine Le Pen adore les trois adjectifs), mais les agriculteurs qui les répandent et les consommateurs qui les mangent. Sans oublier les abeilles, qui sont le symbole d'une planète riche de mille fleurs parfumées – mais qui disparaissent à une vitesse épouvantable.

Une équipe de l'Institut National de la Recherche Agronomique (Inra), dirigée par le Pr Mickaël Henry, vient de prouver ce que tout le monde savait, mais que les fabricants de « phytosanitaires » ont toujours farouchement nié : les pesticides constituent bel et bien la cause essentielle de l'effondrement des populations de butineuses. Même si les acariens varroas, les frelons asiatiques, le réchauffement climatique et d'autres facteurs jouent leur rôle...

En équipant les abeilles de puces électroniques miniaturisées, et en leur faisant absorber une dose (bien inférieure à la dose létale) des trop fameux pesticides Gaucho ou Cruiser, les scientifiques ont expliqué par quel mécanisme pervers ces poisons chimiques tuent les ouvrières : ils affectent leur cerveau et leur font perdre le sens de l'orientation.

Les butineuses s'envolent, mais ne retrouvent pas leur ruche. Elles tombent au sol et meurent. Si vous aimez les abeilles, les fleurs, les fruits, le miel et la gelée royale ; si vous préférez les équilibres écologiques aux mixtures de la chimie ; si vous en avez par-dessus la tête des engagements souffreteux d'au moins neuf candidats sur dix à la présidentielle, alors faites un saut chez votre libraire.

Achetez le dernier Jean-Marie Pelt, intitulé Cessons de tuer la terre pour nourrir l'homme !, et sous-titré « Pour en finir avec les pesticides » (chez Fayard). Vous y apprendrez pourquoi les pesticides sont néfastes pour les êtres vivants quels qu'ils soient, à commencer par les abeilles et nos enfants. Vous y lirez comment on pourrait, grâce à la science écologique, inventer une nouvelle agriculture aux rendements excellents.

Vous y découvrirez que les plantes s'entraident et se respectent ; que les unes nourrissent les autres ; et qu'elles se défendent très bien toutes seules contre leurs ennemis. Vous aurez encore la surprise d'y découvrir que les végétaux ont une sensibilité ; et que, d'une certaine façon, les fleurs « écoutent » la musique du vent ou celle des hommes...

Jean-Marie Pelt incarne à la fois l'écologiste outré par la folie productiviste de notre société, et le savant capable de nous suggérer des solutions sensées, pour le coup vraiment durables.

Nous n'avons nul besoin de pesticides.

Nous avons besoin de Jean-Marie Pelt. C'est un sage et un homme bon. Un poète, aussi. Je suis fier d'être son ami, et de contribuer modestement, par ce billet, à faire connaître son dernier ouvrage.

En s'y ébrouant, ceux qui vont voter pourront au moins butiner autre chose que les fleurs trop vite fanées des promesses électorales.
 

Un article d'Yves Paccalet, publié par Altermonde-sans-frontiere
 

Lance-toi ! Deviens vite lanceur d'alerte. Rejoins ceux qui ont la rage !

Le site étrange qui dérange même les anges !

Merci de PARTAGER les meilleurs posts partout où vous le pouvez, réseaux sociaux et autres.

 





Auteur : Yves Paccalet

Source : www.altermonde-sans-frontiere.com