Peine capitale dans le monde : l'abolition progresse (lentement) - L'atelier

Accueil

Cette actualité a été publiée le 22/10/2011 à 09h33 par Kannie.


PEINE CAPITALE DANS LE MONDE : L'ABOLITION PROGRESSE (LENTEMENT)

  • Google+
  • FaceBook
  • Twitter
  • Linked in
  • Tumblr
  • Google+  FaceBook   Twitter
  • LinkedIn  Tumblr
SOMMAIRE de Demain l'Homme - Accès aux derniers articles quotidiens du module principal WikiSurTerre
Peine capitale dans le monde : l'abolition progresse (lentement)

 

En 1981, la France a été le 35e État au monde à abolir la peine de mort, le dernier en Europe de l'Ouest. Aujourd'hui, 58 pays continuent les exécutions.

Depuis dix ans, 31 pays ont aboli la peine de mort

En dix ans, 31 États ont aboli la peine de mort : dernier en date, le Bénin. D'autres régimes (au Mali, en Guatemala, en Mongolie...) s'interrogent et travaillent sur des projets de loi abolitionnistes. La Lettonie, par exemple, se prépare à rayer totalement la peine de mort de son code pénal.

34 pays sont abolitionnistes en pratique, après au moins dix ans sans exécutions.

L'an dernier, 23 pays ont exécuté des condamnés à mort. C'est trop, mais moins qu'en 2008 (26), qu'en 2002 (31), qu'en 1998 (37)... « Un monde sans peine de mort n'est pas seulement possible, il est inéluctable, estime Salil Shetty, le secrétaire général d'Amnesty International. La question est de savoir combien de temps cela prendra. »

Pourtant, « en dépit de cette dynamique positive », comme le note Amnesty International, près de la moitié de l'humanité (notamment dans les pays les plus peuplés comme la Chine, l'Inde, les États-Unis) demeure toujours « sous la menace de la peine capitale ».

Des raisons de poursuivre le combat

Deux régions sont responsables de la plupart des exécutions dans le monde : l'Asie et le Moyen-Orient. À ces deux zones s'ajoutent l'Afrique (en particulier de l'est et du nord) et les États-Unis (37 exécutions déjà en 2011 et 1 271 depuis 1977, date de la reprise des exécutions).

Le rapport annuel d'Amnesty International pour 2010 met en lumière plusieurs reculs constatés en 2010, six pays et territoires ayant procédé à des exécutions après avoir observé un répit, et un État (la Gambie) ayant étendu le champ d'application de la peine de mort.

Ce rapport montre aussi, et encore, du doigt, l'Arabie saoudite, les Émirats Arabes Unis, l'Iran, le Pakistan et le Soudan qui ont prononcé des condamnations à mort contre des personnes âgées de moins de 18 ans au moment de la commission des crimes.

Il épingle aussi l'Arabie saoudite, la Chine, l'Égypte, les Émirats Arabes Unis, l'Indonésie, l'Iran, le Laos, la Libye, la Malaisie, la Thaïlande et le Yémen qui ont sanctionné par la peine capitale des infractions à la législation sur les stupéfiants.

La Chine, triste reine de la peine de mort

La Chine reste le plus mauvais élève. La Chine aurait exécuté des milliers de prisonniers en 2010, mais garde le secret absolu sur son application de la peine de mort. Cette année, en février, la peine capitale a été étendue aux trafiquants d'organes.

La Chine devance, sans aucun doute, l'Iran (279 exécutions en 2010), le Yémen (53), l'Arabie saoudite (27), la Syrie (17)...

Quatre pays d'Afrique subsaharienne ont procédé à des exécutions en 2010 : le Botswana (1), la Guinée Équatoriale (4), le Soudan (au moins 6) et la Somalie (au moins 8).

 

Un article publié par ouest-france.fr

 

Notre Association défend les droits de l'Homme et de toutes les espèces vivantes. Elle est APOLITIQUE !

 

Lance-toi ! Deviens vite lanceur d'alerte. Rejoins ceux qui ont la rage !

Le site étrange qui dérange même les anges !

 

........

 

Merci de PARTAGER les meilleurs posts partout où vous le pouvez, réseaux sociaux et autres.

 





Auteur : Ouest-France

Source : www.ouest-france.fr