Pêche : alerte aux poissons pollués - #WikiSurTerre

Retour : Accueil

Cette actualité a été publiée le 30/11/2011 à 19h11 par Tanka.


PÊCHE : ALERTE AUX POISSONS POLLUÉS

  • Google+
  • FaceBook
  • Twitter
  • LinkedIn
Pêche : alerte aux poissons pollués

 
L' Agence régionale de santé a demandé l'interdiction de la consommation du poisson sur plusieurs cours d'eau du département. En cause, la pollution aux PCB, mais aussi aux métaux lourds, mercure, cadmium ou arsenic. Les arrêtés préfectoraux sont en cours de publication.

La dernière session du Coders, conseil départemental de l'environnement et des risques sanitaires, a entériné une conclusion que beaucoup redoutaient, en l'occurrence un arrêté préfectoral interdisant la consommation, la vente et le transport des poissons pêchés dans un certain nombre de plans d'eau du département. Cet arrêté préfectoral, en cours de publication, fait suite au rapport de l'Agence régionale de santé, qui a livré des résultats d'analyses plutôt inquiétants.

« Il est donc proposé d'interdire pour l'instant, précise le rapport de l'Agence régionale de santé, la consommation du poisson pêché, sans distinction d'espèce ou de taille, sur les canaux de la Robine et du Tauran du fait de la contamination marquée au cadmium, et dans la retenue de l'Estrade (la Ganguise), du fait de la contamination au mercure.

[...] Concernant le bassin Adour-Garonne, il a été décidé d'interdire la consommation du poisson pêché sur l'Hers. » Et les mauvaises nouvelles pourraient ne pas s'arrêter là. En effet, l'ARS rajoute : « Les résultats des pêches réalisées en 2011 dans le fleuve Aude (NDLR : les analyses sont toujours en cours) permettront éventuellement de compléter ces mesures dans ce cours d'eau si une contamination marquée des poissons était mise en évidence. »

Une décision qui ne fait pas, l'on s'en doute, le bonheur des pêcheurs, qui voient leur zone de loisir se restreindre et des doutes planer sur des secteurs en cours d'analyse comme l'Aude à Pomas, où une pollution au mercure est suspectée. Paul Paraire, le président de la Fédération départementale de pêche, voit arriver cet arrêté préfectoral avec une certaine amertume: « On ne peut pas aller à l'encontre d'un arrêté préfectoral, mais Montesquieu disait qu'il ne faut par interdire ce que l'on ne peut pas empêcher.

Les pêcheurs pourront toujours continuer à pratiquer dans ces zones-là, mais il leur faudra relâcher le poisson. Il faut maintenant s'interroger sur les causes de ces pollutions et agir pour les résoudre ». Pour la Fédération naturaliste Aude Claire, Bruno Le Roux ne dit pas autre chose: « Les résultats connus sont inquiétants, mais les résultats à venir pourraient l'être plus encore. Il faut identifier très précisément les pollueurs et leur faire payer la remise en état du milieu naturel ».
Sources connues... ou inconnues

Si certaines sources de pollution sont connues, l'ARS pointe par exemple les rejets de l'ancienne société Micron Couleur dans le canal de la Robine (cadmium, zinc cuivre), ou l'activité minière de Salsigne sur l'Orbiel (arsenic); d'autres, c'est plus inquiétant, ne sont pas identifiées.

En ce qui concerne la Ganguise, on pense qu'il peut s'agir d'une conséquence du relèvement du niveau du barrage (?), mais les traces de mercure relevées dans l'Aude à partir de Pomas sont plus mystérieuses. À moins qu'elles ne révèlent un effet retard de l'activité industrielle de Quillan ou Limoux, plus en amont, auquel cas un secteur plus grand encore serait touché.
 

Un article de Didier Babou, publié par La Dépêche
 

Lance-toi ! Deviens vite lanceur d'alerte. Rejoins ceux qui ont la rage !

Le site étrange qui dérange même les anges !

Merci de PARTAGER les meilleurs posts partout où vous le pouvez, réseaux sociaux et autres.

 





Auteur : Didier Babou

Source : www.ladepeche.fr