Paul Watson, le défenseur des baleines en eaux troubles - L'atelier

Accueil

Cette actualité a été publiée le 12/06/2012 à 12h33 par Fred.

SOMMAIRE de Demain l'Homme - Accès aux derniers articles quotidiens du module principal WikiSurTerre
Paul Watson, le défenseur des baleines en eaux troubles

 

Paul Watson, dit « le capitaine », est connu du monde entier pour être le défenseur acharné des créatures marines et notamment des baleines. Récemment, il a été arrêté en Allemagne et risque l'extradition vers le Costa Rica pour avoir stoppé il y a plusieurs année une opération de shark finning.

Paul Watson, de Greenpeace à Sea Shepherd

Né au Canada en 1950, Paul Watson grandit dans un village de pécheurs. Amoureux des animaux, il se prend d'affection pour un castor qui sera tué par des trappeurs. Dès lors, Paul Watson se pose en défenseur des animaux et détruit les collets de la région. Il a 9 ans.

Dans son enfance, il tente de convaincre ses camarades de ne pas tirer sur les oiseaux et perturbe les périodes de chasse. Il s'engage en 1968 dans le corps des Gardes-Côtes canadiens et engrange l'expérience de la mer à bord d'un navire météo.

En 1969, Paul Watson participe au Comité Don't Make a Wave, chargé d'empêcher des essais nucléaires à Amchitka, île au large de l'Alaska. Plusieurs bateaux baptisés GreenPeace se rendent sur les lieux pour empêcher les explosions. Un essai a quand même lieu à quelque miles du Greenpeace Too sur lequel était Paul Watson.

Une polémique éclate et les essais ne sont pas renouvelés en 1971. En 1972, le Don't Make a Wave devient la Fondation Greenpeace et Paul Watson est le membre fondateur 007 ainsi qu'un des directeurs de la fondation.

La défense des créatures marines

C'est en 1974 que Greenpeace organise la première campagne contre la chasse à la baleine. Un an plus tard, aux côtés de John Cormal, Paul Watson s'interpose entre un groupe de cachalots et une flotte baleinière russe. En croisant le regard d'un cachalot harponné prêt à mourir, Paul promet de défendre à tout prix les créatures marines.

Il multiplie alors les campagnes de défense des baleines et des phoques et emmène Brigitte Bardot sur la banquise en 1977. Quelques mois plus tard, face à quelques divergences de priorités, Watson quitte Greenpeace et crée la Sea Shepherd Conservation Society dédiée à "la recherche, l'investigation et à l'application des règles de droits adoptées pour protéger la vie marine".

Paul Watson, la justice et les baleines

Paul Watson aime la planète et est un passionné de la vie maritime. Chaque phoque, baleine, requin tué ou massacré par l'Homme lui est insupportable et il multiplie ainsi les opérations spectaculaires en espérant faire cesser les massacres.

Taxé parfois d'éco-terroriste, il n'hésite pas à se mettre en danger pour arriver à son but. Il a été l'objet d'une tentative d'assassinat en 2008, un événement qui ne l'arrête pas dans sa course à la protection des baleines et des phoques.

 

 

Chasse à la baleine en Norvège

Au début de l'année 2012, la Norvège a à nouveau confirmé les quotas de pêche à la baleine pour l'année. Pas de changement par rapport à l'année précédente, ce qui porte le nombre de baleines pouvant être tuées à 1,286.

Un chiffre qui reste une aberration pour les défenseurs de l'environnement et des créatures marines comme Paul Watson, souvent en guerre contre les chasseurs de baleine norvégiens et japonais.

Car si le quota n'augmente pas cette année (après une augmentation de plus de 40% en 2009), la demande diminue fortement face à la pression internationale. Quel intérêt alors de maintenir ce quota pour assister à une course au massacre quand vient le moment de tenir les comptes ?

Paul Watson face à la justice

En mai 2012, Paul Watson fait à nouveau parler de lui. Il se fait arrêter à Francfort en Allemagne pour une affaire vieille de 10 ans ayant eu lieu au Costa Rica.

En 2002, Ocean Warrior, navire de la flotte du Sea Shepherd se retrouve face au Varadero, un navire pratiquant la pêche illégale de requins et notamment le shark finning qui consiste à trancher l'aileron des requins à vif avant de remettre à la mer l'animal mutilé qui finit par mourir.

Entre les pêcheurs et les défenseurs des requins, une altercation éclate et une fois arrêtés, les pêcheurs accusent Paul Watson de tentative de meurtre. Ces accusations sont ensuite retirées, un nouveau mandat est émis mais expire et finalement est ré-activé.

Le 18 mai dernier, il a été remis en liberté en échange d'une caution de 250 000 euros et essaye aujourd'hui d'éviter l'extradition pour le Costa Rica qui réclame sa présence dans les tribunaux nationaux.

Pour Paul Watson, une extradition signerait son arrêt de mort comme il l'explique à l'AFP : "La mafia de la nageoire de requin a mis ma tête à prix et une prison costaricaine fournirait une excellente occasion pour exercer ce contrat mortel contre moi".

Gageons que Paul Watson parviendra à faire entendre sa voix et continuera à défendre les baleines, phoques et autres créatures marines trop souvent massacrées.

 

Signez la pétition pour stopper l'extradition du Capitaine Watson vers le Costa Rica !

 

Un article de consoglobe.com

 

Lance-toi ! Deviens vite lanceur d'alerte. Rejoins ceux qui ont la rage !

Le site étrange qui dérange même les anges !

 

........

 

Merci de PARTAGER les meilleurs posts partout où vous le pouvez, réseaux sociaux et autres.

 

Source : www.consoglobe.com

  • Lire les commentaires
  • Lien utile / source de l'actualité
  • Modifier cette actualité
  • Contacter Fred
  • Recommander cette actualité
  • Imprimer cette actualité
  • FaceBook
  • Twitter
  • Linked in
  • Tumblr
  • FaceBook   Twitter
  • LinkedIn  Tumblr