Panique à la grippe A en Ukraine : "une abominable récupération politique" - L'atelier

Accueil

Cette actualité a été publiée le 02/11/2009 à 23h28 par Jacques.


PANIQUE À LA GRIPPE A EN UKRAINE : "UNE ABOMINABLE RÉCUPÉRATION POLITIQUE"

  • FaceBook
  • Twitter
  • Linked in
  • Tumblr
  • FaceBook   Twitter
  • LinkedIn  Tumblr
SOMMAIRE de Demain l'Homme - Accès aux derniers articles quotidiens du module principal WikiSurTerre
Panique à la grippe A en Ukraine : "une abominable récupération politique"

Information alternative sélectionnée par Jacques

Selon de nombreux médias d'Ukraine, la grippe A (H1N1) aurait fait sombrer le pays dans la psychose. Les Ukrainiens se seraient jetés sur les masques et les médicaments à tel point que l'on n'en trouverait plus dans le pays. Pour nos Observateurs sur place, la panique est toute relative, et il s'agit surtout d'une instrumentalisation politique de l'épidémie.

Le président ukrainien, Viktor Iouchtchenko, a avancé le chiffre faramineux de 150 000 personnes infectées. Un bilan qui inclut en réalité toutes les formes de grippe. Son Premier ministre, Ioulia Timochenko, a quant à elle fait dans le mélodrame, appelant ses concitoyens à confectionner leur propre masque...

Elle a ensuite ordonné la fermeture de tous les établissements scolaires, l'annulation des rassemblements publics dans tout le pays pour trois semaines et l'interruption du service militaire. Des mesures sans précédent en Europe. Le pays a même demandé une aide d'urgence à l'Europe, aux Etats-Unis et à l'Otan.

"C'est une abominable récupération politique"

Christian Carrer est médecin à l'hôpital pédiatrique de Kiev.

J'étais aujourd'hui au service de pneumologie et aucun cas anormal n'a été signalé. Rien de plus que les années précédentes. Quand le gouvernement parle de 67 morts [chiffre avancé au départ par les médias locaux, le chiffre officiel est de quatre morts, ndlr], c'est pour créer une panique artificielle. C'est une abominable récupération politique dans la perspective de l'élection présidentielle de janvier 2010.

Le gouvernement n'a jamais rien fait dans le domaine de la santé et il essaie de se rattraper en inventant cette crise. Aujourd'hui, les hôpitaux sont en ruine, ils touchent 20 centimes par lit et par jour.

Les autorités ont dit que le virus arriverait lundi, des gens blaguaient en disant "Il arrive en train ou en avion ?" On n'a jamais programmé l'arrivée d'un virus, c'est insensé. La seule conséquence de tout ça c'est que l'Ukraine plonge davantage dans la crise car les gens évitent les magasins. S'il y a une maladie dont il faut s'occuper aujourd'hui, c'est de la tuberculose. Il y a plus de 100 000 cas dans le pays."

"La vie continue dans la capitale"

Ruben Landsberger travaille dans le marketing viral. Il habite à Kiev depuis un an. Il tient le blog Kiev Culture.

J'ai fait cette vidéo pour montrer que toute l'Ukraine n'a pas cédé à la panique comme les médias ont tendance à le dire. Certes, j'ai vu quelques personnes sur Krychiatik, l'équivalent des Champs-Elysées à Kiev, avec des masques. Mais il faisait beau et les gens jouaient de la guitare et continuaient à draguer.

Dans l'Ouest, la situation est apparemment beaucoup plus grave. J'ai entendu dire qu'il n'y avait plus de citrons et de vitamine C dans les magasins. Et les docteurs ne se déplacent plus à domicile. Si l'épidémie arrive ici, j'ai des masques et des vitamines. Au pire, je resterai chez moi."

Pour en savoir plus sur la situation planétaire