Oubliez la nanotechnologie, voici le temps de la bionanotechnologie - L'atelier

Accueil

Cette actualité a été publiée le 12/05/2014 à 14h07 par Fred.


OUBLIEZ LA NANOTECHNOLOGIE, VOICI LE TEMPS DE LA BIONANOTECHNOLOGIE

  • Google+
  • FaceBook
  • Twitter
  • Linked in
  • Tumblr
  • Google+  FaceBook   Twitter
  • LinkedIn  Tumblr
SOMMAIRE de Demain l'Homme - Accès aux derniers articles quotidiens du module principal WikiSurTerre
Oubliez la nanotechnologie, voici le temps de la bionanotechnologie

 

Aujourd'hui, les progrès accomplis en biologie vont-ils nous permettre de réaliser certains des rêves de la nanotechnologie ? Cela semble de plus en plus le cas, ainsi qu'en témoignent les récents progrès en bionanotechnologie.

(...)

Un commodore 64 dans un cafard

Avec la biologie synthétique, pourtant, le rêve des nanorobots est ressuscité. La technologie la plus prometteuse dans ce domaine est sans doute l'origami ADN. Cette méthode, rappelons-le, consiste à utiliser l'ADN, non comme porteur du code génétique, mais comme un fil de construction, qu'on peut plier comme on le désire pour lui faire adopter toutes les formes et, ainsi, créer des objets au niveau nanométrique.

C'est en utilisant ce procédé qu'une équipe israélienne a pu mettre au point un groupe de “nanorobots” capable de circuler à l'intérieur du corps d'un cafard ! Un tel nanorobot est en fait une “boîte” générée à partir d'origami ADN, à l'intérieur de laquelle se trouve un produit (par exemple un médicament) qui peut être délivré quand la boîte s'ouvre. Certaines des structures ont été conçues pour interagir avec des protéines se trouvant dans l'organisme de l'insecte, ou avec d'autres protéines qui pourraient provenir d'un de leurs congénères robots.

(...)

Quel avenir pour l'industrie biologique ?

(...)

 

Pour lire la totalité, cliquer ICI

 

Un article de Hubert Guillaud, publié par blogs.lesechos.fr et relayé par SOS-planete

 

 

L'Actualité vraie sur votre mobile du site étrange qui dérange même les anges

 





Auteur : Hubert Guillaud

Source : blogs.lesechos.fr