Ouagadougou favorable au Protocole de Kyoto à la COP 15 - L'atelier

Accueil

Cette actualité a été publiée le 12/10/2009 à 16h26 par Michel95.


OUAGADOUGOU FAVORABLE AU PROTOCOLE DE KYOTO À LA COP 15

  • FaceBook
  • Twitter
  • Linked in
  • Tumblr
  • FaceBook   Twitter
  • LinkedIn  Tumblr
SOMMAIRE de Demain l'Homme - Accès aux derniers articles quotidiens du module principal WikiSurTerre
Ouagadougou favorable au Protocole de Kyoto à la COP 15

Information recueillie par Michel95

Ouagadougou, la capitale du Burkina Faso a abrité du 9 au 11 octobre 2009 le VIIe Forum mondial du développement durable sous le thème “Changements climatiques : quelles opportunités pour un développement durable ?”.

La réunion de haut niveau, qui a eu lieu à cet effet, s'est soldée par une déclaration dite de Ouagadougou, laquelle appuie la décision de l'Union africaine préconisant le maintien des acquis de la Convention et du protocole de Kyoto.

A deux mois de la Convention cadre des Nations unies sur les changements climatiques (COP 15) prévue à Copenhague (Danemark) en décembre prochain, l'Afrique s'arme pour parler d'une même voix.

En effet, à la faveur du VIIe Forum mondial sur l'environnement et le développement durable tenu à Ouagadougou (Burkina Faso) du 9 au 11 octobre 2009 sous le thème “Changements climatiques : quelles opportunités pour le développement durable ?”, les chefs d'Etat africains, leurs ministres et des experts de tout bord ont adopté une position commune à défendre à Copenhague.

La déclaration dite de Ouagadougou, qui rend compte de cette position, a été peaufinée pendant deux jours de travaux d'abord par les experts puis les ministres.

Elle a été validée dimanche 11 octobre 2009 au cours du Segment de haut niveau.

La déclaration de Ouagadougou, forte de vingt-six décisions, situe les Africains par rapport aux actions à entreprendre face aux changements climatiques dans le sens d'assurer un réel développement du continent.

A Ouagadougou, les chefs d'Etat et de gouvernement se sont alignés sur l'option déjà arrêtée par l'Union africaine.

Il s'agit “d'appuyer la position africaine qui plaide pour une reconstitution substantielle du Fonds pour l'environnement mondial (FEM) et préconise fortement le maintien des acquis de la Convention et du Protocole de Kyoto, surtout sur les engagements chiffrés de réduction des émissions de gaz à effet de serre des pays développés et l'appui aux pays en développement pour l'adoption, l'atténuation, l'accès à l'énergie propre, le transfert de technologie, le renforcement des capacités et les financements à travers des projets et des actions concrètes”.

Pour lire la suite de cet article, cliquez sur "Lien utile"