On peut nourrir 9 milliards d'habitants - #WikiSurTerre

Retour : Accueil

Cette actualité a été publiée le 20/12/2010 à 10h32 par Tanka.


ON PEUT NOURRIR 9 MILLIARDS D'HABITANTS

  • Google+
  • FaceBook
  • Twitter
  • LinkedIn
On peut nourrir 9 milliards d'habitants

Pour Luc Guyau, président de la FAO, l'agence des Nations unies chargée de l'agriculture, de l'alimentation et de la pêche, la faim n'est pas une fatalité.

Quel goût la faim laisse-t-elle dans la bouche ? Une amertume, et puis des crampes à l'estomac. Chaque matin, 925 millions de personnes se lèvent sans savoir si elles auront suffisamment à manger au cours de la journée.

Très loin des objectifs ambitieux qui avaient été fixés par la communauté internationale en 1990. L'Organisation des Nations unies (Onu) s'était engagée à ramener, d'ici à 2015, le nombre de personnes souffrant de la faim de 800 millions à 500 millions.

Premier paysan à présider la FAO (l'agence des Nations unies pour l'agriculture, l'alimentation et la pêche), le Vendéen Luc Guyau a fait de ce combat une priorité. « On peut nourrir le monde, insiste-t-il. Encore faut-il le vouloir. »

Tout, selon lui, contribue à faire de l'agriculture l'une des questions centrales du XXIe siècle. Les paysans vont devoir nourrir une humanité plus nombreuse : 9 milliards d'habitants en 2050 contre 6,7 milliards aujourd'hui.

Ils seront aussi au coeur des enjeux liés au réchauffement climatique. Stocker, par exemple du carbone, grâce aux prairies, gérer au mieux les questions liées à l'eau. Mais aussi gérer de façon plus responsable les terres agricoles. Ne plus les gaspiller. Encadrer aussi les achats massifs de terres qui se multiplient.

Parmi les acteurs de ce grand Monopoly, on retrouve la Chine. « Elle représente 22 % de la population mondiale mais dispose de seulement 8 % des terres arables. »

Gaspillage

Une vraie bataille. « Construire du consensus, tout est là », insiste Luc Guyau. « À la FAO, c'est un pays, une voix. À la Banque mondiale, c'est un chèque une voix. »

Convaincre, ça lui va bien. Lui, l'ancien militant de la Jeunesse agricole chrétienne (Jac), président de la FNSEA de 1992 à 2001. Pour relever ce défi, il parie sur la réforme de la gouvernance de la FAO, ainsi qu'un travail de concertation plus étroit mené en concertation avec les autres agences de l'Onu : le Programme alimentaire mondial (Pam) et le Fonds de développement international pour l'agriculture (Fida).

Les marges de manoeuvre ne manquent pas. Aujourd'hui, 30 à 40 % des récoltes produites « ne terminent pas dans la bouche du consommateur. Dans les pays du Sud, elles pourrissent faute de moyens logistiques adaptés. Plus au Nord, on les gaspille ». Un combat de longue haleine.

Luc Guyau donnera ce lundi à 18 h 30, à Rennes, à l'espace Ouest-France, rue du Pré-Botté, une conférence organisée par la Maison de l'Europe.

Le thème : « Le monde peut-il nourrir le monde et le veut-il ? »

Devenez lanceur d'alertes

Combat pacifique pour la Vie





Auteur : Franck Dubray

Source : www.ouest-france.fr