ON PEUT ENCORE LES SAUVER (1/3) - #WikiSurTerre

Retour : Accueil

Cette actualité a été publiée le 14/08/2009 à 18h11 par Michel Walter.


ON PEUT ENCORE LES SAUVER (1/3)

  • Google+
  • FaceBook
  • Twitter
  • LinkedIn
ON PEUT ENCORE LES SAUVER (1/3)

Information sélectionnée par Michel

Pour de nombreuses espèces menacées d'extinction, tout n'est pas encore perdu. Des solutions existent. Reste à les appliquer.

L'OURS POLAIRE

Ils ne seraient déjà plus que 20 000, dont la majorité au Canada, qui abrite 13 des 19 sous-populations d'ours polaires au monde. L'érosion des glaces marines provoquée par le changement climatique est devenue aujourd'hui la plus grave menace pour leur survie. En effet, entre 1979 et 2006, la surface de la banquise arctique a diminué de 21 %, soit une perte de territoire comparable à la surface totale de l'Alaska. Ces animaux sont aussi menacés par le développement des activités industrielles comme l'essor du commerce maritime, l'extraction pétrolière et gazière ainsi que l'épuisement progressif des ressources marines. Comment sauver les ours polaires ? A moyen terme, la réduction des émissions de gaz à effet de serre devrait ralentir la disparition de leur habitat. Mais, à long terme, seule une protection ciblée de l'environnement polaire pourrait permettre à ce grand prédateur devenu vulnérable d'éviter l'extinction.

LE TIGRE

Tous les experts s'accordent : au cours du siècle dernier, la population mondiale de tigres a chuté de 95 % et seuls 4 000 spécimens subsisteraient dans la nature. Trois sous-espèces se sont éteintes et quatre n'ont pas été vues depuis plus de vingt-cinq ans. Le tigre de Chine du Sud pourrait bientôt disparaître et la population de tigres de Sumatra est la sous-espèce la plus menacée. En 50 ans, plus de 70 % de l'habitat mondial de ces félins a été rayé de la carte. Par ailleurs, la raréfaction de leurs proies a entraîné une augmentation des conflits avec les hommes et le bétail. Pour tenter d'enrayer un phénomène devenu pratiquement incontrôlable, le WWF participe à la création de 13 zones prioritaires réparties dans 11 pays pour tenter de reconstituer des populations sauvages de tigres, de réunifier les zones d'habitat morcelées, de lutter contre le braconnage et le commerce de produits issus des tigres, notamment dans le monde asiatique.

L'ALBATROS

Splendides oiseaux océaniques dont l'envergure peut atteindre jusqu'à 3,5 mètres, les albatros sont parmi les plus menacés. Au moins 18 des 22 espèces sont en danger. Mais l'albatros hurleur de l'île Macquarie et l'albatros d'Amsterdam sont au bord de l'extinction. Sont accusées les activités humaines et, en particulier, la pêche à la palangre et au filet qui utilise comme appâts leurs proies naturelles (encornets et poissons), provoquant de nombreuses prises accidentelles. Mais l'apparition d'espèces invasives sur leurs sites de reproduction, comme les rats et les lapins, favorisés par le réchauffement clima tique, constitue aujourd'hui la plus grande menace pour leurs couvées. Que faire ? Seule la coopération internationale, en raison de la longueur des trajets migratoires des albatros, permettra d'agir en faveur de ces oiseaux et de leur habitat. Leur survie en dépend.

LE RHINOCÉROS DE JAVA

Considérés comme les mammifères les plus rares du monde, les rhinocéros de Java (Rhinoceros sondaicus) sont au bord de l'extinction. Il en resterait aujourd'hui moins de 60 en liberté, quasiment tous dans un seul parc national en Indonésie, et leur nombre est en baisse constante en raison de leur très faible taux de natalité. Seules trois femelles seraient véritablement fertiles. Selon Christy Williams, spécialiste des rhinocéros d'Asie au WWF, «il faut des actions urgentes et immédiates pour installer certains de ces animaux ailleurs, à Java ou à Sumatra. Si nous n'agissons pas rapidement, nous risquons de perdre irrémédiablement cette population ».

La suite dans l'alerte suivante