On n'enseigne plus, on manage ! - L'atelier

Accueil

Cette actualité a été publiée le 28/09/2011 à 10h28 par Kannie.


ON N'ENSEIGNE PLUS, ON MANAGE !

  • Google+
  • FaceBook
  • Twitter
  • Linked in
  • Tumblr
  • Google+  FaceBook   Twitter
  • LinkedIn  Tumblr
SOMMAIRE de Demain l'Homme - Accès aux derniers articles quotidiens du module principal WikiSurTerre
On n'enseigne plus, on manage !

 

Jean-Michel, professeur de lettres modernes en Normandie depuis dix ans :

«Je surprendrais peut-être les personnes les plus éclairées, et bienveillantes (ce qui n'est pas commun face au métier que j'exerce) en disant que je n'ai presque jamais enseigné. Aujourd'hui, plus que jamais, et cela fait déjà longtemps, un professeur doit communiquer, gérer, relativiser, négocier, obéir, transiger et se justifier –il n'enseigne pas. Quoi d'étonnant dans un monde où quiconque prétend «qu'enseigner c'est transmettre», se voit taxé de conservatisme insupportable?

Personnellement, je n'ai dû enseigner que trois, quatre heures dans ma vie ; le reste était de la médiation.

Comme je suis têtu et que je crois plus à mes idées qu'aux nouveautés à la mode, je résiste. Je n'ignore pas que c'est peine perdue. Une nouvelle attitude professorale se fait actuellement jour dans mon lycée et, même si l'on en trouve des traces depuis fort longtemps dans le monde éducatif, cette attitude a, ces temps derniers, acquis une importance considérable.

Il s'agit ni plus ni moins de «manager», pour reprendre un terrible mot anglais, les enseignants, mais aussi les élèves. Toute une somme de maximes et d'axiomes non écrits sont aujourd'hui indiscutables.

En voici quelques-uns, justement, enfin écrits :

- Un élève qui obtient de brillants résultats ne le doit qu'à sa propre excellence.
- Un élève qui échoue ne le doit qu'à l'incompétence de son/ses professeurs(s) qui l'ont mal préparé.
- Pour préparer efficacement un élève à un examen, il faut et il suffit de lui donner des devoirs nombreux et répétitifs, et des tartines d'exercices corrigés rapidement par l'enseignant.

Un bon professeur est celui qui effectue du travail supplémentaire pour ses élèves, c'est-à-dire du «soutien», de «l'accompagnement», des «oraux», ou ne serait-ce que des photocopies très précises et détaillées avec le contenu in extenso des données à restituer.

Nous en arrivons donc, ce qui me semble nouveau, au point où l'enseignant qui effectue ses charges de travail ordinaires, c'est-à-dire 18 heures de cours hebdomadaires, plus les corrections, préparations, lectures, gestions de classes, d'élèves, coups de fils aux parents, médiations, convocations aux formations obligatoires, réunions, conseils divers, cet enseignant est considéré comme un fainéant indigne et un tire-au-flanc.

Ce qui est surprenant, ce n'est pas que l'on considère un enseignant de la sorte, mais plutôt que bien des professeurs, désormais, sont persuadés du bien-fondé de cette idée.

Et pour avoir observé, autour de moi, ces enseignants (souvent en matières dites «scientifiques») qui passent leurs journées, même libres, au lycée, à manager des élèves et à combler leur emploi du temps d'heures supplémentaires, j'en ai déduit que ces gens avaient honte de leur «corporation» et qu'ils ne cherchent qu'à montrer au monde, dans un combat perdu d'avance, qu'ils ne sont pas les fonctionnaires paresseux que l'on décrit.

Ces «forçats honteux», comme je les désignerais, sont alors les premiers à critiquer, parfois directement, souvent avec perfidie, leurs propres collègues qui eux croient encore à la disponibilité de leur temps.

Dans de telles conditions, l'enseignement est entré de plein fouet dans une dynamique managériale et capitaliste, où le facteur de concurrence joue à plein.

Là encore, ce n'est pas tout à fait nouveau car il a toujours été bon, chez les professeurs, de critiquer le voisin, ou de dénoncer les méthodes du collègue.

La nouveauté, c'est que tout cela est désormais entouré d'un discours très sérieux, institutionnel, où l'on parle sans fard de «gérer des flux» d'élèves, de «remplir des classes» en «tenant ses chiffres» et donc «d'attirer du public», c'est-à-dire de «développer des performances» pour ne pas «fermer des postes».

Le discours est désormais celui du monde de l'entreprise, même si bien entendu les risques ne sont pas les mêmes... pour l'instant !»

 

Un article extrait de témoignages sur le forum de liberation.fr «Prof, toujours le plus beau métier du monde ?»

 

Lance-toi ! Deviens vite lanceur d'alerte. Rejoins ceux qui ont la rage !

Le site étrange qui dérange même les anges !

 

........

 

Merci de PARTAGER les meilleurs posts partout où vous le pouvez, réseaux sociaux et autres.


 





Auteur : Libération

Source : www.liberation.fr