On a volé les chiffres de la grippe saisonnière - #WikiSurTerre

Retour : Accueil

Cette actualité a été publiée le 02/12/2009 à 01h05 par Phil.


ON A VOLÉ LES CHIFFRES DE LA GRIPPE SAISONNIÈRE

  • Google+
  • FaceBook
  • Twitter
  • LinkedIn
On a volé les chiffres de la grippe saisonnière

Quelques énormités délivrées par Phil'

Nous assistons depuis quelques jours à une véritable surenchère du nombre de cas, ayant lu ce soir dans un grand quotidien, lequel du reste, n'a de grand que le nom, que l'on dénombrerait en France 3 millions de cas.

Rien que ça !

"Question pour un champion" du mensonge : 3 millions de tests ont-ils été effectués pour parvenir à ce résultat ?

Je ne pense pas, ou nous assisterions bel et bien encore à une nouvelle gabegie sans nom : A raison de 250 € le test de dépistage de la grippe H1N1, nous aurions ainsi dépensé la bagatelle de 750 millions d'€uros supplémentaires en sus des 760 millions d'€uros déjà gaspillés en doses vaccinales !

La grande oubliée quant à elle, la grippe saisonnière, qui rappelons-le ici, provoque chaque année entre 250 000 et 500 000 décès de par le monde (elle!), se voit ainsi dépouillée de ces propres statistiques !

On tente ni plus ni moins de nous affoler sans vergogne, en n'hésitant pas à gonfler artificiellement les chiffres du "hachanana" grâce au renfort des habituels syndrômes grippaux saisonniers !

Ah ils tombent bien ceux là, que ferait-on sans eux!

Cette "presse", si tant est qu'on puisse la nommer ainsi, aujourd'hui politiquement correcte, risque fort de se ridiculiser en rejoignant demain la presse "à scandale"!

En effet, ce à quoi n'ont pas pensé ces "imbéciles heureux" que l'on appelle communément des "journaleux", est qu'en rapportant les 110 décès enregistrés en France à ces 3 millions de cas hypothétiques, le taux de létalité du H1N1 entamerait ainsi une chute des plus vertigineuses pour atteindre les 0,0037% !

Plus de pandémie, donc, et plus besoin de vaccins !

Heureusement que le ridicule ne tue pas...

Les vrais chiffres se trouvent ici, sur Terre Sacrée.

Pour en savoir plus sur la situation planétaire