OGM : Wikileaks ne les a pas oubliés - #WikiSurTerre

Retour : Accueil

Cette actualité a été publiée le 31/12/2010 à 18h30 par Tanka.


OGM : WIKILEAKS NE LES A PAS OUBLIÉS

  • Google+
  • FaceBook
  • Twitter
  • LinkedIn
OGM : Wikileaks ne les a pas oubliés

Au ban des 250.000 notes diplomatiques relâchées au compte goutte par le site internet Wikileaks, certaines abordent la politique américaine en matière d'organismes génétiquement modifiés en Europe.

Ainsi le câble diplomatique du 14 décembre 2007, rédigé par l'ambassadeur américain à Paris en poste à l'époque, Craig Stapleton, suggère à Washington de « renforcer (leur) position de négociation avec l'UE sur les biotechnologies agricoles (les OGM, NDLR) en publiant une liste de représailles » à utiliser contre l'Union européenne, et la France en particulier, si les négociations avec Bruxelles venaient à échouer.

Le diplomate américain soulignait à son autorité de tutelle à Washington, dans ce câble révélé par Wikileaks, que l'Europe était en train de faire machine arrière sur la politique des OGM, la France et son Grenelle de l'Environnement jouant « un rôle de premier plan, avec l'Autriche, l'Italie et même la Commission » européenne.

Pour les américains, c'était la menace d'un outil de pression supplémentaire pour les anti-OGM, qui venait s'ajouter au « principe de précaution », permettant de retarder ou interdire la culture d'un OGM dans un Etat membre. Quelques semaines après, en janvier 2008, la France activait la clause de sauvegarde contre le maïs Bt MON810 de Monsanto devant la Commission européenne, au nom de ce principe de précaution. Début février, la culture du MON810 devenait illégale dans l'Hexagone.

Des représailles contre l'Europe et la France en particulier

Selon l'ambassadeur Stapleton, ce risque justifiait la mise en place d'une liste de représailles commerciales envers la France en cas de résistance prolongée de son gouvernement à l'autorisation de culture des plantes transgéniques sur son sol. Pour lui, cette stratégie américaine, avec un « coût réel pour les intérêts européens » peut « aider à renforcer les voix pro-biotechnologie en Europe ».

« En effet, les partisans des OGM en France - y compris au sein du syndicat agricole (sic) - nous ont dit que les représailles sont la seule façon » d'envisager un retournement de la position française, assure l'ambassadeur de l'époque.

D'après la missive, cette liste devait être suffisamment « douloureuse » pour toute l'Europe, en terme de « responsabilité collective », avec une attention particulière pour les Etats membres les plus récalcitrants, comme la France.

Cette liste devrait être « mesurée plutôt que vicieuse et durable à long terme », indiquait l'ambassadeur américain, présageant d'un combat long et difficile sur la question.

Madrid et Monsanto

Dans un deuxième câble envoyé de l'ambassade américaine à Madrid, datant de mai 2009, et révélé par Wikileaks, on apprend que « des sources industrielles » (Monsanto est nommée un peu plus loin) dénoncent la peur montante autour de la question des OGM parmi l'opinion des Etats membre, orchestrée par une coalition qui cherche à en faire bannir leur culture.

Les représentants de Monsanto auraient même rapporté selon le télégramme publié par Wikileaks, que l'adoption par la France de la clause de sauvegarde contre la culture du MON810, serait le fruit d'un marchandage entre les écologistes et Nicolas Sarkozy, afin que les premiers ferment les yeux sur la politique nucléaire du président français.

Dans cette note également, l'ambassade madrilène relaie l'appel d'un ministre espagnol et de Monsanto à un soutien américain sur la politique en matière de biotechnologies en Espagne (qui représente à elle seule 75 % du MON810 cultivé en Europe) et pour que Washington fasse pression sur la Commission.

Devenez lanceur d'alertes

Combat pacifique pour la Vie





Auteur : B.V.

Source : www.wikileaks.ch

  • Mots clés déclenchant une recherche interne :  
  • OGM - 
  • Wikileaks