OGM - Séralini : Curieuse réaction des experts de l'AESA - L'atelier

Accueil

Cette actualité a été publiée le 08/10/2012 à 21h17 par Jacky.


OGM - SÉRALINI : CURIEUSE RÉACTION DES EXPERTS DE L'AESA

  • Google+
  • FaceBook
  • Twitter
  • Linked in
  • Tumblr
  • Google+  FaceBook   Twitter
  • LinkedIn  Tumblr
SOMMAIRE de Demain l'Homme - Accès aux derniers articles quotidiens du module principal WikiSurTerre
OGM - Séralini : Curieuse réaction des experts de l'AESA

 
Face à ce qu'ils considèrent comme des lacunes d'informations, les experts européens font le choix de publier leur avis avant toute discussion avec les experts des Etats membres et les auteurs de l'étude.

Une semaine après avoir reçu mandat de la Commission européenne, les experts européens de l'Agence européenne de sécurité des aliments (AESA) ont, le 3 octobre 2012, rendu un premier avis sur l'étude de toxicologie sur le maïs GM NK603 et l'herbicide RoundUp publiée par Pr. Séralini , le 19 septembre, dans la revue scientifique à comité de lecture Food and Chemical toxicology.

Ce premier avis est annoncé par l'AESA comme étant basé sur la lecture seule de l'article scientifique. Un second avis sera publié après avoir pris en considération les avis des comités d'experts nationaux et discuté directement avec les auteurs.

Cette démarche est assez inhabituelle et n'est pas justifiée : l'AESA a pour habitude de publier ses avis seulement après avoir bouclé l'ensemble des discussions nécessaires pour les formaliser. Cette manière de faire, en deux temps, interroge sur l'objectif de cette institution.

Selon l'avis, les experts européens reprochent aux auteurs un article scientifique flou quant à ses objectifs. Ils considèrent que « sans un énoncé clair des objectifs de l'étude, il est difficile de déterminer si le protocole suivi et la taille des échantillons sont adéquats ». Pourtant, l'équipe de G.-E. Séralini a été claire : il s'agissait d'une étude de toxicologie chronique menée sur deux ans pour tester les effets du maïs NK603, de l'herbicide Roundup et des deux, ensemble.

S'il est vrai que les scientifiques font part de tumeurs apparues lors de l'expérience, il n'en reste pas moins que leur objectif de base était clairement une étude de toxicité. Surtout, le constat posé par l'AESA aurait dû conduire les experts européens à ne rien conclure sans avoir discuté avec les auteurs, comme elle en a l'habitude avec les entreprises pour les dossiers de demande d'autorisation.

Dans le détail, certaines critiques formulées sont étonnantes. Ainsi, les experts considèrent que le choix de la race de rats Sprague-Dawley doit être justifié par les auteurs au regard du protocole choisi.

Inf'OGM rappelle que ces rats sont ceux utilisés par les entreprises et par le Programme national de toxicologie aux Etats-Unis (une des références de l'OCDE qui publie les recommandations pour ce type d'études). Dans aucun dossier de demande d'autorisation d'OGM une telle justification n'est fournie, sans que cela soit remarqué par l'AESA. L'AESA critique aussi le nombre de rats utilisés.

Pour l'AESA, G.-E. Séralini aurait dû en utiliser 50 par groupes / sexe. En effet, 50 rats par groupe /sexe est le nombre conseillé par l'OCDE pour des études de cancérologie.

Si les experts de l'AESA reconnaissent ne pas connaître l'objectif de l'étude, ils présupposent donc qu'il s'agit d'une étude de cancérologie, contrairement à ce que les auteurs affirment eux-mêmes... Alors oui, répétons-le, en choeur d'ailleurs avec Séralini lui-même : pour une étude de cancérologie à long terme, il aurait fallu travailler soit avec plus de rats, soit avec une race moins sujette aux tumeurs, vue l'hécatombe en fin de vie.

Mais il ne s'agissait pas, au départ, de ce type d'étude, mais d'une étude de toxicité. Enfin, les experts européens ne commentent pas les résultats en tant que tels de cette étude et notamment ceux faisant état d'impacts hépatico-rénaux. D'autres lacunes d'informations sont constatées concernant le régime alimentaire ou l'outil statistique, lacunes qui sont aussi présentes dans de très nombreux – pour ne pas dire tous – dossiers de demande d'autorisations de PGM dans l'UE.

 

(...)

 

Pour lire la suite, cliquer ICI

 

Un article de Eric meunier, publié par infogm.org

 

Lance-toi ! Deviens vite lanceur d'alerte. Rejoins ceux qui ont la rage !

Le site étrange qui dérange même les anges !

 

........

 

Contacter notre équipe : vivant12)at(free.fr

Merci de PARTAGER les meilleurs posts partout où vous le pouvez, réseaux sociaux et autres.

 





Auteur : Eric Meunier

Source : www.infogm.org

  • Mots clés déclenchant une recherche interne :  
  • OGM - 
  • Séralini - 
  • AESA