Connexion neuronale directe : Les interfaces cerveau-ordinateur remplaceront elles nos smartphones ?

OGM: le gendarme européen accusé de "charlatanisme" par les écologistes - Le Vrai d'UFO's ;o)

Accueil

Cette actualité a été publiée le 30/07/2009 à 19h27 par Michel WALTER.

SOMMAIRE de Demain l'Homme - Accès aux derniers articles quotidiens du module principal WikiSurTerre
OGM: le gendarme européen accusé de "charlatanisme" par les écologistes

BRUXELLES — Deux grandes organisations écologistes ont accusé mercredi l'autorité européenne de la sécurité alimentaire (EFSA) de "charlatanisme" pour avoir rendu un avis favorable à la culture du maïs génétiquement modifié MON810, interdite dans six pays européens.

Greenpeace et Friends of the Earth Europe ont mis en garde dans un communiqué commun la Commission européenne et les gouvernements de l'Union européenne contre le renouvellement de l'autorisation à la culture pour le MON810 --le seul maïs génétiquement modifié cultivé dans l'UE depuis 1998-- car l'avis de l'EFSA souffre de "sérieuses erreurs et omissions".

Fin juin, l'EFSA avait jugé que "le MON810 est sans risque pour la santé humaine et animale et ne constitue pas une menace pour l'environnement, si des mesures appropriées sont prises pour éviter une contamination des lépidoptères (papillons)".

Cet avis a été salué par le semencier américain qui a jugé que rien ne s'opposait plus désormais au renouvellement de l'autorisation de culture pour son OGM. Monsanto fabrique également des herbicides comme le Roundup.

Six pays --France, Allemagne, Grèce, Autriche, Hongrie et Luxembourg-- ont suspendu la culture de cette variété de maïs conçue pour résister à un papillon nuisible, la pyrale, en raison des incertitudes pour la santé et l'environnement de sa dissémination.

La France a rejeté l'avis de l'EFSA en contestant la méthode employée.

Les gouvernements européens ont réclamé la révision et le renforcement des méthodes d'évaluation de l'agence.

"Les méthodologies ainsi demandées étant en cours de révision pour aboutissement en 2010, l'avis rendu par l'EFSA n'a pas pu encore en tenir compte", ont affirmé récemment les ministres français du
Développement durable Jean-Louis Borloo et de l'Agriculture Bruno Le Maire.

Les deux organisations écologistes soutiennent que l'EFSA a "ignoré ou minimisé des recherches démontrant que l'insecticide développé dans le MON810 pourrait être une menace pour les papillons et d'autres inclans".

Elles accusent en outre l'agence d'avoir "utilisé des recherches menées sur une tout autre variété de maïs OGM pour déclarer le MON810 sans risque pour la santé".

Monsanto a en effet demandé des autorisations pour commercialiser dans l'UE plusieurs autres maïs OGM résistants aux inclans et tolérantes aux herbicides.

"L'EFSA souffre d'un sérieux manque d'expertise scientifique ou alors elle joue un jeu politique très risqué avec notre santé et avec l'environnement", a estimé Adrian Bebb, un des responsables de Friends of the Earth.

Plus virulente, l'experte en OGM de Greenpeace, Marta Vétier, a conseillé aux Européens de "rejeter l'avis de l'EFSA, d'interdire la culture du MON810 et de rechercher un autre organisme qui soit capable à délivrer des avis non biaisés et fondés sur la science".

La France a réclamé la révision des méthodes d'évaluation de l'EFSA, jugeant étrange que ses avis soit basés sur les argumentaires et les recherches réalisés par les firmes productrices.

L'EFSA a relativisé les critiques des deux organisations. "Ils expriment leur point de vue", a simplement indiqué un porte- parole de l'agence.

  • Lire les commentaires
  • Lien utile / source de l'actualité
  • Modifier cette actualité
  • Contacter Michel WALTER
  • Recommander cette actualité
  • Imprimer cette actualité
  • FaceBook
  • Twitter
  • Linked in
  • Tumblr
  • FaceBook   Twitter
  • LinkedIn  Tumblr

Commentaires des internautes

Lire tous les commentaires (1) - Laisser un commentaire sur cette actualité

Commentaire laissé par Jean-Lucas PARON le 30/07/2009 à 21h09

Les décisions prises au niveau des institutions européennes ne sont absolument pas démocratiques, ni prises au nom et en faveur des populations : en effet les lobbys sont de facto institutionnalisés et pèsent de tout leur poids financier sur les "décideurs" européens qui s'en remettent à leurs avis ! Comment des organisations telles que Greenpeace ou autres, pourtant elles aussi implantées à Bruxelles, pourraient-elles lutter pour faire entendre leurs voix face au rouleau-compresseur financier des grosses machineries agro-chimiques ?
En fait les membres de ces prétendues commissions indépendantes font partie de ces lobbys industriels... ça pourrait faire rire tellement cette escroquerie paraît être une farce, mais pourtant le simple citoyen-consommateur n'a que ses yeux pour pleurer avant de manger du soja transgénique dûment certifié par une pseudo-commission qui n'est indépendante que de nom.