OGM : L'opposition gagne du terrain - #WikiSurTerre

Retour : Accueil

Cette actualité a été publiée le 27/02/2011 à 19h52 par Tanka.


OGM : L'OPPOSITION GAGNE DU TERRAIN

  • Google+
  • FaceBook
  • Twitter
  • LinkedIn
OGM : L'opposition gagne du terrain

 
D'après une étude de la fédération internationale des Amis de la Terre, l'opposition aux cultures génétiquement modifiées progresserait non seulement en Europe, mais également dans les pays d'Amérique du Sud jusqu'alors plutôt favorables aux OGM.

« Qui tire profit des plantes génétiquement modifiées ? », le dernier rapport de la fédération internationale des Amis de la Terre ne porte pas franchement bien son nom. Son principal constat est en effet la montée de l'opposition aux OGM dans le monde.

D'après le document, les cultures génétiquement modifiées auraient reculé de 23 % depuis 2008 et concernent aujourd'hui moins de 0,06 % des champs européens.

Une situation qui s'explique en grande partie par la réticence des États à en autoriser la culture. À l'image de la France, six autres pays membres de l'UE (Luxembourg, Allemagne, Autriche, Hongrie, Bulgarie, Grèce) ont en effet activé la clause de sauvegarde qui leur permet de passer outre l'autorisation européenne de culture du maïs MON 810.

Trois d'entre eux ont également interdit la culture de la pomme de terre transgénique Amflora dès sa mise sur le marché au printemps dernier.

Enfin, les citoyens eux aussi sont de plus en plus méfiants envers les OGM, comme le montre le baromètre européen sur les biotechnologies qui recueille 61 % d'opinions défavorables.

Le « sans OGM » gagne l'Amérique du Sud

Mais si l'opposition européenne aux cultures génétiquement modifiées n'a rien de nouveau, c'est du côté des pays d'Amérique du Sud jusqu'alors plutôt pro-OGM que le revirement est le plus sensible. Le gouvernement brésilien vient par exemple de lancer un programme de soja sans OGM, afin d'aider les agriculteurs à avoir accès à des semences classiques.

En Argentine, c'est le glyphosphate, herbicide utilisé sur la majorité des OGM, dont l'usage a été interdit près des habitations en raison de ses conséquences sur la santé humaine.

Enfin, plusieurs districts de l'Uruguay se sont récemment déclarés « sans OGM » contre le volonté du gouvernement central. « Les agriculteurs et les citoyens de l'Amérique du Sud doivent supporter le fardeau de 10 années de culture GM avec leur cortège de catastrophes sanitaires et des coûts qui ne cessent de grimper.

Les promesses sur lesquelles l'industrie des biotechnologies s'est bâtie sont en train de s'écrouler », explique Martin Drago de la Fédération internationale des Amis de la Terre.

 

Nous aider

Lance-toi! Deviens vite lanceur d'alerte. Rejoins ceux qui ont la rage!

Le site étrange qui dérange même les anges!

 





Auteur : Johannes Braun

Source : www.developpementdurablelejournal.com

  • Mots clés déclenchant une recherche interne :  
  • OGM