OGM : Bové prêt à reprendre «un mouvement de désobéissance civile» - L'atelier

Accueil

Cette actualité a été publiée le 02/08/2013 à 15h24 par kannie.


OGM : BOVÉ PRÊT À REPRENDRE «UN MOUVEMENT DE DÉSOBÉISSANCE CIVILE»

  • Google+
  • FaceBook
  • Twitter
  • Linked in
  • Tumblr
  • Google+  FaceBook   Twitter
  • LinkedIn  Tumblr
SOMMAIRE de Demain l'Homme - Accès aux derniers articles quotidiens du module principal WikiSurTerre
OGM : Bové prêt à reprendre «un mouvement de désobéissance civile»

 

Alors que le Conseil d'État a cassé l'interdiction du maïs transgénique en France, le gouvernement se montre toujours opposé à son exploitation. Le député européen évoque une possible réévaluation européenne du maïs MON810 de Monsanto.

Le conseil d'État a annulé l'interdiction de cultiver du maïs transgénique MON810 de la firme Monsanto en France. José Bové, député européen d'Europe Ecologie Les Verts et figure de la lutte anti-OGM attendait cette décision.

Lefigaro.fr : Qu'est ce qui motive la décision du Conseil d'État ?

José Bové : Les règles européennes, qui sont claires. Seuls des arguments scientifiques peuvent interdire l'exploitation d'un OGM. Or Bruxelles ne reconnaît pas les risques du maïs MON810. Les pays qui l'interdisent se retrouvent donc en contradiction avec la règle fixée par l'Union européenne. Il faut réévaluer ce maïs transgénique, seul OGM cultivé en Europe. Certains le demandent et dans ce cas, il y a peu de chance que l'Europe continue à autoriser son exploitation.

Le gouvernement français continue à se montrer opposé à l'exploitation de ces OGM...

Nous avons là un bel exemple de continuité de l'État! L'interdiction par le gouvernement de cultiver le maïs MON810 en France avait déjà été suspendue en 2011 par la justice mais un nouveau moratoire avait ensuite été instauré en mars 2012 par Nathalie Kosciusko-Morizet, alors ministre de l'Écologie. Tous les deux ans, le Conseil d'État casse une décision d'État, elle-même retoquée par les gouvernements en place.

Certaines associations agricoles plaident pour la mise sur le marché de nouveaux OGM qui permettraient notamment de lutter contre la sécheresse. Quelle est votre opinion sur ce type de produits ?

Il y a des gens qui rêvent, qui disent qu'il y a des maïs qui poussent sans eau, mais c'est une escroquerie, ce sont des rêves de laboratoire. C'est comme l'orange bleue de Tintin, ça n'existe pas ! 99,9 % des OGM sont des plantes faites pour résister aux pesticides.

L'objectif est de rendre les OGM moins diaboliques pour pouvoir les faire accepter et les exploiter. Seules quatre ou cinq firmes, dont l'américaine Monsanto, disposent aujourd'hui des brevets d'exploitation des OGM et elles sont mues par une logique de marché captif.

Avec ces produits, elles vendent à la fois leurs pesticides et leurs semences, leur logique est avant tout une logique de marché. Monsanto a d'ailleurs récemment privatisé les droits sur des gènes qui pourraient avoir des vertus écologiques, pour rester seul sur ce marché...

Pensez-vous que des OGM pourront un jour être cultivés en France ?

Si on essaie de nous imposer la culture d'OGM sur le sol français, je suis député mais je suis aussi un citoyen, je pourrais reprendre un mouvement de désobéissance civile...

 

Un article de Mathilde Golla, publié par lefigaro.fr et relayé par SOS-planete

 

Ajout, peu après :
Tel annoncé ci-dessus ! Article déniché par Jacques :

 
Hollande confirme la prolongation du moratoire sur le maïs transgénique

 

France : le Conseil d'Etat met fin (provisoirement ?) à l'interdiction de culture du maïs mon810

 

 

Légende amérindienne : la part du colibri, pour un monde plus humain (hymne à la Vie !!!)

Découvrez nos posts qui font le buzz cet été sur la plage

Testament oral d'un Ancien à ses enfants et petits-enfants (Version audio en cours de réalisation pour le mois d'octobre, avec l'intervention des enfants de la Terre)

L'Actualité sur votre mobile du site étrange qui dérange même les anges !

Moyenne de juillet : 6499 visiteurs par jour

 





Auteur : Mathilde Golla

Source : www.lefigaro.fr