Océans : source inépuisable de production d'eau douce ? - L'atelier

Accueil

Cette actualité a été publiée le 24/08/2011 à 02h54 par Fred.


OCÉANS : SOURCE INÉPUISABLE DE PRODUCTION D'EAU DOUCE ?

  • FaceBook
  • Twitter
  • Linked in
  • Tumblr
  • FaceBook   Twitter
  • LinkedIn  Tumblr
SOMMAIRE de Demain l'Homme - Accès aux derniers articles quotidiens du module principal WikiSurTerre
Océans : source inépuisable de production d'eau douce ?

 
Un article publié le 5 août 2011 dans le magazine américain Science, évoque le futur des technologies appliquées à la production d'eau douce à partir de l'eau de mer.

Et le moins que l'on puisse dire, c'est que les auteurs[1] dressent un tableau en demi-teinte, entouré des incontournables incertitudes que soulèvent les défis de demain.

Qui ne les connaît pas ? Démographie, changements climatiques et contamination des nappes phréatiques, les sources d'eau naturelle.

À l'heure où cette étude est publiée, 30% de la population mondiale rencontre des difficultés majeures pour subvenir à ses besoins en eau. Un chiffre qui ne manquera pas d'augmenter au cours des prochaines décennies quoiqu'il arrive.

La question posée dans ce rapport est la suivante : la désalinisation de l'eau de mer est-elle une solution durable pour répondre globalement à la pénurie d'eau ?

Pour faire court, la réponse est claire... comme de l'eau de roche : non. La technique reste, dans le meilleur des cas, une solution complémentaire à d'autres plus conventionnelles. Pourquoi un tel revirement vis-à-vis d'une technique pour laquelle on promettait un bel avenir ?

Il n'est pas démontré que les bénéfices recueillis sur le plan strictement social permettent de compenser les effets négatifs liés à l'impact énergétique. À cela, ajoutons des inquiétudes en termes d'environnement, précisent les auteurs. Et pour cause !

Pour répondre de manière durable à la demande, il sera nécessaire de construire davantage d'usines de production de plus en plus importante et, forcément, plus en plus voraces en énergie sans être pour autant plus performantes. En tous cas, bien plus voraces que les méthodes de traitement d'eau classiques tels que le traitement local (méthode appliquée en zone rurale, désertique ou semi désertique), le recyclage et la conservation de l'eau. Malheureusement, ces dernières resteront insuffisantes pour garantir l'accès de l'eau potable à l'échelle planétaire.

En matière de consommation énergétique, Elimelech et Phillip, 2 des 3 contributeurs à cette étude, préconisent deux champs d'investigation pour la réduire et rendre ainsi plus attractive la production de l'eau douce avec l'eau de mer.

Le premier signal doit être envoyé au monde politique dont l'implication sera inévitable au cours des prochaines années pour faire face à la pénurie en eau.

Le second, sur lequel se penche Phillip, concerne le rendement de ces installations en particulier sur la matière de la membrane, un des éléments clé qui permet d'effectuer la séparation du sel et autres composants avec l'eau de mer[2]. Son objectif vise à développer de nouvelles matières, plus performantes afin d'établir le meilleur équilibre entre les différents processus de séparation chimique avec le « couple » eau/énergie.

Finalement, la solution ne passerait-elle pas par une sorte de compromis situé entre prise de conscience collective et ces usines de production appelées à se développer grâce à des technologies de pointe ? Suffiront-elles à enrayer la pénurie d'eau qui guette le monde, ne vont-elles pas entraîner d'autres problèmes dont on ne peut encore mesurer les effets sur l'homme ainsi que l'environnement?

 
[1] William Phillip travaille au département de chimie et génie biomoléculaire à l'Université de Notre Dame. Menachem Elimelech et Robert Goizueta travaillent tous deux à l'Université de Yale

[2] Osmose inverse
 

Un article publié par planetoday.org

 

Lance-toi ! Deviens vite lanceur d'alerte. Rejoins ceux qui ont la rage !

Le site étrange qui dérange même les anges !

 

........

 

Merci de PARTAGER les meilleurs posts partout où vous le pouvez, réseaux sociaux et autres.

 





Source : planetoday.org