Obama a décidé d'ouvrir l'océan atlantique au forage pétrolier - L'atelier

Accueil

Cette actualité a été publiée le 16/04/2010 à 16h10 par frederic.

SOMMAIRE de Demain l'Homme - Accès aux derniers articles quotidiens du module principal WikiSurTerre
Obama a décidé d'ouvrir l'océan atlantique au forage pétrolier

La décision du président Obama en date du 30 mars d'ouvrir à l'exploration pétrolière et gazière de vastes étendues de l'océan atlantique a déclenché les réactions attendues : les avocats des forages, dont les membres républicains du parlement ont applaudi comme un seul homme tandis que les écologistes se sont plaints.

La question passée inaperçue au cours du débat politique — Obama va-t-il s'assurer le soutien de la frange conservatrice des démocrates à sa législation énergétique ? Les Républicains pourront-ils s'en tenir éternellement à leur philosophie du "forons encore et toujours"— est pourtant des plus pratiques : qu'y a-t-il là-dessous ?

En fait, on n'en sait rien. La côte est était depuis 1981 protégée de toute activité liée à l'exploration pétrolière.

Les dernières données collectées sur la zone, à l'aide d'équipement sismographiques dépassés en comparaison des méthodes modernes, remontent à cette époque.

Avec des données plus précises, on pourrait envisager des forages plus précis, et moins de "puits secs" qui ne produisent pas. Mais elles pourraient mener à une révision à la baisse des réserves projetées.

Le MMS (Minerals Management Service) du département de l'intérieur les estime dans le sud et le milieu de l'Atlantique à 10 milliards de barils de pétrole et de gaz naturel.

Des chiffres toutefois fournis avec un degré de confiance de 5 %.

Demandez ce qui est certain à 95 %, et les estimations chutent à moins de 2 milliards de barils, soit environ 100 jours de consommation au rythme actuel. C'est peu.

"On ne sait pas vraiment ce qu'on pourra trouver là-dessous", admet le secrétaire à l'intérieur Ken Salazar. "Peut-être rien, peut être beaucoup".

La seule certitude, c'est qu'il faudra des dizaines d'années pour le découvrir.

Le consensus, c'est que l'océan atlantique n'est pas aussi complexe d'un point de vue géologique que le Golfe du Mexique, où une couche de sel épaisse de plus d'un kilomètre et demi a piégé des milliards de barils de pétrole et de gaz. (...)

Le lobby pétrolier et ses alliés au congrès n'ont qu'à demi applaudi la décision d'Obama, tout en critiquant sa décision de préserver l'intégralité de la côte pacifique, où l'on estime que se trouvent bien plus de pétrole et de gaz, 22 milliards de barils à en croire les estimations les plus optimistes. (...)

Le premier test grandeur nature du nouveau plan pétrolier d'Obama aura lieu à 50 miles au large de la côte de Virginie, dans un triangle marin de 2,9 millions d'acres que l'état est impatient de voir explorer. (...)

Ce qui n'est pas très clair, c'est si les compagnies pétrolières auront le temps ou non d'engager des tests sismographiques avant la vente des concessions. Un responsable du département de l'intérieur évoquant la question déclarait la chose "peu probable". (...)

Par Matthew Philips

Traduit de l'américain par David Korn

Lire l'article dans sa version américaine sur Newsweek

Source : Nouvelobs.com

Pour lire la suite de cet article, cliquer sur "Lien utile"

Information recueillie par Frédéric

 

Pour en savoir plus sur la situation planétaire

 

........

 

  • Lire les commentaires
  • Lien utile / source de l'actualité
  • Modifier cette actualité
  • Contacter frederic
  • Recommander cette actualité
  • Imprimer cette actualité
  • FaceBook
  • Twitter
  • Linked in
  • Tumblr
  • FaceBook   Twitter
  • LinkedIn  Tumblr