Nucléaire: la Chine se lance dans la surgénération - L'atelier

Retour : Accueil

Cette actualité a été publiée le 12/01/2011 à 21h36 par Jacques.


NUCLÉAIRE: LA CHINE SE LANCE DANS LA SURGÉNÉRATION

  • Google+
  • FaceBook
  • Twitter
  • Linked in
  • Tumblr
  • Google+  FaceBook   Twitter
  • LinkedIn  Tumblr
SOMMAIRE de Demain l'Homme - Accès aux derniers articles quotidiens du module principal WikiSurTerre

La France a abandonné Superphénix, donc la technologie de la surgénération, sur décision du gouvernement de Lionel Jospin. Tout indique que la Chine relance aujourd'hui ces surgénérateurs.

Le 4 janvier 2011, la Chine a annoncé avoir réussi à déclencher une réaction nucléaire à partir de combustible usé.

Cette «nouveauté technologique», selon l'expression employée par les médias chinois, est déjà utilisée à l'échelle industrielle ailleurs dans le monde.

Elle révèle néanmoins la volonté de la Chine de mieux maîtriser le cycle aval du combustible (aujourd'hui trusté à 90% par Areva) et surtout de se positionner sur la construction de surgénérateurs qui pourraient très bien faire leur retour grâce à la génération IV du nucléaire.

Si le recyclage du combustible existe déjà ailleurs dans le monde, pourquoi la Chine a-t-elle voulu faire cette annonce ? Plusieurs méthodes existent pour utiliser les produits de sortie d'un réacteur en tant que combustible :

- La fabrication du MOX est le grand facteur différenciant d'Areva par rapport à ses concurrents. Consistant à mélanger le plutonium produit pendant la réaction de fission et de l'uranium 238 issu du combustible usé, cette méthode est aujourd'hui quasi-monopolisée par Areva qui établit différents partenariats avec ses homologues américains et japonais afin d'étendre ses marchés potentiels.

Aujourd'hui, 22 réacteurs en France sont autorisés à utiliser ce type de combustible et EDF cherche à homologuer d'autres réacteurs à la réception du MOX pour accroitre la part de recyclage dans ses approvisionnements.

- Le ré-enrichissement de l'Uranium de Retraitement (URE) fait parfois polémique quand il est confondu avec le traitement des déchets ultimes.

Envoyé en Russie, qui possède les plus grandes capacités d'enrichissements au monde, l'URE est ré-enrichi en Uranium 235 pour fabriquer un nouveau combustible.

- Enfin, l'utilisation de surgénérateurs attire l'attention de la Chine, qui aurait réussir à produire une réaction à l'échelle expérimentale.

En effet, après avoir expérimenté la surgénération avec le réacteur CEFR, la Chine a signé un contrat avec la Russie pour construire sur son territoire deux surgénérateurs BN-800 dont les travaux devraient commencer au milieu de l'année.

Les surgénérateurs, ou réacteurs à neutrons rapides (RNR), utilisent l'uranium 238 comme combustible. Non enrichi, majoritaire dans l'uranium naturel et surtout régénéré dans la réaction de surgénération, l'uranium 238 est un atome dit fertile car ses isotopes sont fissiles et permettent d'engendrer une réaction nucléaire.

Son utilisation dans un RNR permet donc de l'utiliser pour plusieurs cycles de réactions et donc de prolonger de plusieurs centaines d'années les réserves d'uranium naturel disponibles.

Autrefois abandonnés par les pays les maîtrisant, comme la France avec l'arrêt de SuperPhénix, les surgénérateurs pourraient bien susciter à nouveau l'intérêt des grandes puissances dans un contexte énergétique parfois tendu.

Ayant du mal à profiter des transferts de technologies d'Areva, le géant chinous du nucléaire CNNC a pu montrer sa capacité à agir sur le retraitement du combustible et ainsi se doter d'un argument de poids pour profiter du savoir faire du leader français sur le sujet.

Cette annonce a donc eu principalement pour but d'afficher la volonté de construire des surgénérateurs et de démontrer la capacité à le faire.

La Chine, partie prenante de la génération IV

Au-delà de la volonté d'indépendance vis-à-vis de l'approvisionnement en combustible, la Chine souhaite peut-être également se positionner sur la nouvelle génération à venir du nucléaire.

En effet, la Chine fait, avec d'autres pays, partie du Forum Génération IV, en charge définir le visage des réacteurs de génération IV.

Ce forum a retenu six modèles de réacteurs candidats au futur du nucléaire. Parmi eux, trois surgénérateurs ont été retenu : le Sodium-Cooled Fast Reactor (SFR), le Lead-Cooled Fast Reactor (LFR) et le Gas-Cooled Fast Reactor (GFR).

Actuellement positionné sur le réacteur SFR, la Chine a probablement souhaité prendre de l'avance en expérimentant la surgénération par ses propres moyens.

Une fois les connaissances et la technologie acquises, ses leaders nationaux CNNC et CGNPC auront en main les cartes pour prendre de l'avance sur la nouvelle génération du nucléaire si le modèle de réacteur sélectionné par le Forum Génération IV est bien un surgénérateur.

Ceci fait d'ailleurs sens quand on sait que la plus grande partie de la demande en énergie nucléaire est et sera dans les prochaines années très largement captée par les marchés asiatiques.

Pour en savoir plus sur la situation planétaire
.
.

Devenez lanceur d'alertes





Auteur : Rédaction energie.lexpansion.com

Source : energie.lexpansion.com