Nucléaire en France : y a-t-il de bonnes sécurités ? - L'atelier

Accueil

Cette actualité a été publiée le 28/07/2013 à 21h52 par kannie.


NUCLÉAIRE EN FRANCE : Y A-T-IL DE BONNES SÉCURITÉS ?

  • Google+
  • FaceBook
  • Twitter
  • Linked in
  • Tumblr
  • Google+  FaceBook   Twitter
  • LinkedIn  Tumblr
SOMMAIRE de Demain l'Homme - Accès aux derniers articles quotidiens du module principal WikiSurTerre
Nucléaire en France : y a-t-il de bonnes sécurités ?

Les centrales nucléaires françaises ne résisteraient pas à un Fukushima...
 

Titre initial :
Le spectacle, pour être édifiant, ne prouve rien mais doit conduire à l'amélioration de la sécurité

 

Quarante militants de Greenpeace se sont introduits lundi 15 juillet dans le site de Tricastin. «François Hollande : président de la catastrophe ?», ont notamment projeté les militants écologistes sur les murs de la centrale.

Star Dust revient sur cet événement estimant que les méthodes de Greenpeace permettent d'améliorer les procédures d'intervention :

 
Greenpeace joue sur du velours à monter ce genre d'opérations spectaculaires qui ne prouvent rien en soi, sinon que la France n'est pas un régime totalitaire. Car toute personne un peu informée des questions de sécurité-défense vous dira qu'un point défini comme "névralgique" se défend nécessairement par l'utilisation d'armes létales, après les sommations d'usage.

Quel scandale médiatico-politique cela aurait été si les forces de sécurité de la centrale avaient fait usage de cette "violence autorisée" pour neutraliser les activistes de Greenpeace dès l'intrusion constatée !

Pourtant, dois-je le rappeler, la France est en situation de vigilance rouge renforcée et la mise hors d'état de nuire de terroristes potentiels n'aurait alors rien eu d'illégale.

Qui peut assurer que Greenpeace ne sera pas un jour infiltré par des activistes politiques qui, sous couvert de mener une action similaire, spectaculaire mais pacifique, n'en profiteraient pas pour se livrer à un attentat-suicide ?!

A la vérité, la sécurisation absolue d'un site, quel qu'il soit, et d'autant plus s'il est aussi étendu qu'une centrale nucléaire, est simplement impossible à mettre en oeuvre et aucune protection active ne sera jamais à 100% efficace face à l'action déterminée de kamikazes.

 

 

Il faut en être conscient et le discours officiel a tort de cacher cette réalité : le risque existe, tout comme existe le risque d'un incident/accident nucléaire. D'où les efforts qui doivent être consentis sur les dispositifs de sécurité passive dès la construction des infrastructures, histoire de circonscrire les risques et les conséquences d'attaques graduées à des hypothèses de travail "maitrisables".

D'où les efforts budgétaires qui doivent être consentis, en personnel et en matériels, pour la sécurisation active des sites.

L'activisme de Greenpeace présente l'avantage de tester la réactivité des dispositifs de sécurité comme il permet de travailler sur l'amélioration des procédures d'intervention.

Une situation réelle est toujours plus instructive que toutes les simulations et exercices. Il remet surtout -du moins espérons-le-, de la vigilance au coeur des dispositifs assurant la sécurité des installations sensibles, car il n'y a rien de pire dans ce domaine que la routine.

 

Chacun peut participer au débat :

Nucléaire : les méthodes de Greenpeace sont-elles bonnes ?

 

Un article de Star Dust, publié par newsring.fr et relayé par SOS-planete

 

 

Légende amérindienne : la part du colibri (hymne à la Vie !!!)

Testament oral d'un Ancien à ses enfants et petits-enfants (Version audio en cours de montage pour le mois d'août)

Retrouvez toute l'actualité sur votre mobile

Le site étrange qui dérange même les anges !

 

........

 

Samedi : 5713 visiteurs

 





Auteur : Star Dust

Source : www.newsring.fr