NR soutient la construction d'une Grande Muraille Verte ! - L'atelier

Retour : Accueil

Cette actualité a été publiée le 29/07/2009 à 11h05 par Alain THONONT.


NR SOUTIENT LA CONSTRUCTION D'UNE GRANDE MURAILLE VERTE !

  • Google+
  • FaceBook
  • Twitter
  • Linked in
  • Tumblr
  • Google+  FaceBook   Twitter
  • LinkedIn  Tumblr
SOMMAIRE de Demain l'Homme - Accès aux derniers articles quotidiens du module principal WikiSurTerre
NR soutient la construction d'une Grande Muraille Verte !

Afin de lutter contre l'avancée du désert Sahélo-Saharien, les Etats africains réfléchissent ensemble à une solution commune, ouvrant la voie à une intégration au réseau NatureRights.

L'urgence :

Actuellement, plus des 2/3 de la superficie du continent africain sont couverts de zones désertiques ou fortement dégradées. Depuis 1900, le Sahara a progressé vers le sud de 250 km et ce sur un front de 6000km, au détriment de la zone des steppes du Sahel, poussant ses populations autochtones loin de leurs terres, chassés par la famine.

Le réchauffement planétaire, avec la raréfaction des pluies et la fragilisation les sols, et la surexploitation des terres et forêts par l'homme, avec un élevage intensif et l'abandon du système de jachères du fait de la pression démographique, sont les coupables de cette situation.

A cette urgence économique et sociale s'ajoutent des enjeux environnementaux déterminants. La désertification balaie des écosystèmes et réduit les capacités d'absorption de carbones qui nous font si cruellement défaut. Cette situation critique nécessite une action humaine unie et parfaitement coordonnée, d'une ampleur unique en son genre, et aux ambitions écologiques inégalées.

Le projet :

Après des décennies d'études et de consultations sur le sujet de la désertification, les Etats Africains de la zone Sahélienne se sont réunis autour du projet de la Grande Muraille Verte sous l'impulsion du président Sénégalais Abdoulaye Wade, qui vise une « domestication du désert ». L'objectif de ce projet est de construire une ceinture de végétation multi-espèces, à même d'endiguer l'avancée du désert. Large de 15 km, et reliant Dakar à Djibouti sur une longueur d'environ 7000 km, la Grande Muraille Verte constitue le « Mécanisme de Développement Propre » le plus important jamais entrepris, avec une échéance d'une trentaine d'année pour son aboutissement.

Votre navigateur ne gère peut-être pas l'affichage de cette image.

Les objectifs :

* Politiques : il s'agit de fédérer autour d'une cause commune les Etats d'un continent déchiré. Ainsi, Djibouti, Tchad, Niger, Nigéria, Erythrée, Burkina, Mali, Mauritanie, Sénégal, Ethiopie, Guinée, Soudan se trouvent rassemblés pour la mise en oeuvre d'un chantier commun.
* Sociaux-Economiques : en amont par une politique de Grands Travaux, la Grande Muraille Verte est créateur d'une activité qui en aval favorisera un développement écologique des populations locales, et contrebalancera la dynamique d'exode rurale.
* Environnementaux : la Grande Muraille Verte révolutionne la vision de l'écologie avec une domestication du désert, afin de non seulement protéger mais de valoriser la biodiversité, en opérant une restauration des sols, en développant la capture du carbone, et en créant une nouvelle gestion de l'eau dans la région.

Le rôle d'NR :

Les objectifs de protection et de mise en valeur de l'environnement, de soutien aux projets de développement des populations autochtones, et de création d'une coopération inédite entre les Etats Africains, incarnés par le projet de la Grande Muraille Verte en font un chantier idéal pour la participation de NatureRights, solidaire de ces valeurs.

Afin de servir ces ambitions, NatureRights propose de mettre à contribution ses compétences, en offrant d'une part des sources financements à ces projets locaux, accompagné d'une traçabilité des fonds utilisés, et d'autre part via un système de surveillance et de monitoring de long terme des opérations menées sur le terrain.

Le Président Wade aurait déjà évoqué l'utilisation d'Internet pour le projet de la GMV, rendant pertinente l'utilisation de la plateforme web de NatureRights, qui s'offre par ce biais une nouvelle opportunité d'action.

Evolution du projet :

NatureRights a entamé le dialogue avec les acteurs clés de ce projet, notamment dans le cadre du sommet des financements innovants avec les acteurs africains tels qu'Issouf Baco, ministre nigérian de l'environnement, Mankeur Ndiaye, directeur de cabinet du ministère des affaires étrangères du Sénégal, et Boubackar Seck, directeur de la confédération des ONG.

C'est ensuite auprès des principaux financeurs de l'opération que s'est tourné l'équipe de NatureRights, à savoir la Commission Européenne. Notre principal interlocuteur est membre du « Nature Resources and Global Environmental Surveillance » : Sandrine Jauffret, en charge d'une étude de faisabilité du projet GMV. Sont également en vue d'autres rencontres de responsables européens tels qu'Etienne Coyette de la direction générale pour l'environnement, de même que Jozias Blok et Walter Kennes de la direction générale pour le développement.