L'Alphabet du confinement - Mieux vaut en rire ! Merci aux dessinateurs qui donnent la pêche...

Nouvelles menaces sur les baleines - Demain l'Homme

Accueil

Cette actualité a été publiée le 22/04/2010 à 20h25 par laurence.

SOMMAIRE de Demain l'Homme - Accès aux derniers articles quotidiens du module principal WikiSurTerre Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager par mail
Nouvelles menaces sur les baleines

Ce jeudi doit être dévoilé un projet qui pourrait légaliser la chasse commerciale à la baleine pour la première fois depuis 24 ans. Des ONG protestent et lancent une pétition.

«Le sort de ce projet sera déterminé en grande partie par les réactions immédiates du monde face à ce texte », affirme Avaaz qui a lancé une pétition « pour montrer à nos dirigeants que les citoyens demandant la protection des baleines, et non la chasse meurtrière à des fins commerciales » qui croit savoir que beaucoup de gouvernements ont prévu de soutenir le projet et d'autoriser la reprise de la chasse commerciale.

La pétition sera envoyée aux délégués de la Commission baleinière internationale chaque fois que le chiffre de 100.000 signatures supplémentaires sera atteint.

Un consensus international fort a permis de s'opposer à la chasse à la baleine pendant des décennies. Certains pays, comme le Japon, la Norvège et l'Islande continuent à chasser les baleines en ignorant le moratoire international. Ils utilisent une lacune dans cet accord en prétendant que leurs expéditions entrent dans le cadre de la "recherche scientifique".

Un certain nombre de pays suivent attentivement ce processus, avec en arrière-plan l'idée de lancer leurs propres programmes de pêche à la baleine si le projet en discussion est accepté. En effet si le Japon, la Norvège et l'Islande peuvent chasser et vendre les baleines, d'autres risquent de demander "pourquoi pas nous?"

Aujourd'hui, les baleines font face à de nombreuses menaces : pas seulement les harpons des chasseurs, mais aussi le changement climatique, la destruction des écosystèmes en raison de la surpêche et de la pollution, ainsi que les filets prévus pour capturer d'autres poissons. Une nouvelle vague de chasse commerciale à la baleine pourrait décimer ces créatures douées d'une grande intelligence et d'une vie sociale proche de l'humanité. « Nous ne pouvons pas prendre le risque d'un tel recul », prévient Avaaz.

La commission baleinière menacée

La Commission baleinière internationale (CBI), unique organe politique réglementant à la fois la chasse et la protection des cétacés, pourrait bien disparaître si aucun accord n'est trouvé sous peu pour autoriser une reprise des captures commerciales. Et le risque est bien réel, prévient un membre de l'organisme bien au fait des négociations en cours.

«Je pense qu'il y a un gros risque et je ne m'en réjouis pas», a soutenu Geoffrey Palmer, qui préside à Wellington, en Nouvelle-Zélande, un groupe de travail de la CBI chargé de négocier un accord international. «Nous ne pouvons pas nous permettre d'enterrer la CBI parce que sinon, il n'y aura plus aucun outil international pour protéger les baleines», a du même coup prévenu l'ex-premier ministre néo-zélandais.

La Nouvelle-Zélande est d'ailleurs favorable à un retour à une chasse commerciale limitée sur les dix prochaines années, alors qu'elle y était opposée depuis des années. Pour cela, il faudrait toutefois que le Japon, la Norvège et l'Islande réduisent le nombre de leurs prises. Selon M. Palmer, ces trois pays ont augmenté leurs prises au cours des dernières années.«En ce moment, ces pays tuent en moyenne 3000 cétacés par année. Il faudrait diviser ce chiffre par deux, voire plus dans certaines zones de chasse», a-t-il fait valoir.

Un comité de travail de la Commission baleinière a cependant proposé récemment un plan qui autoriserait le Japon à continuer de pratiquer la chasse à la baleine, mais sous un strict contrôle. Les navires qui poursuivent les cétacés seraient suivis par des systèmes de surveillance par satellite, selon ce projet prévoyant aussi des analyses ADN d'échantillons de viande de baleine, souvent vendue au Japon dans les restaurants et le commerce, pour détecter la pêche illégale. Tokyo n'a pas encore statué quant à la possibilité qu'il se rallie à une telle proposition.

La CBI, qui compte 88 pays membres, est divisée en deux camps — «pro» et «anti» chasse — qui comptent chacun un nombre à peu près équivalent de pays. C'est dire la difficulté d'en arriver à une solution négociée. L'organisme souffre d'ailleurs d'une paralysie diplomatique récurrente depuis plusieurs années.

Les partisans de la défense des cétacés rappellent que l'observation des baleines représente une manne économique pour l'industrie touristique. Plus de 13 millions de personnes ont participé à des activités d'observation des baleines l'an dernier dans 119 pays du monde, produisant des ventes de tickets et des recettes touristiques supérieures à 2,1 milliards de dollars américains.

Pour signer la pétition cliquer ici

Source : malango-actualite.fr

Information recueillie par Laurence

 

Pour en savoir plus sur la situation planétaire

 

      

 

  • Lire les commentaires
  • Lien utile / source de l'actualité
  • Modifier cette actualité
  • Contacter laurence
  • Recommander cette actualité
  • Imprimer cette actualité
  • FaceBook
  • Twitter
  • Linked in
  • Tumblr
  • FaceBook   Twitter
  • LinkedIn  Tumblr

Commentaires des internautes

Laisser un commentaire sur cette actualité

Aucun commentaire n'a encore été déposé sur cette actualité.