Nouveau climat marin - L'atelier

Accueil

Cette actualité a été publiée le 24/09/2010 à 16h31 par Fred.

SOMMAIRE de Demain l'Homme - Accès aux derniers articles quotidiens du module principal WikiSurTerre
Nouveau climat marin


Philippe Goulletquer étudie l'influence parfois surprenante de l'évolution du climat sur la vie marine.

Un changement climatique est-il vraiment en cours ?

« Il est avéré. Il se traduit notamment par une dilatation des océans et une élévation du niveau des mers. De 1860 à 1993 la hausse n'a été que de 1,3 mm par an. De 1993 à 2006 elle est passée à 3,3 mm en moyenne, avec accélération au cours des dernières années.

Les prévisions situent la hausse globale entre 18 et 59 cm d'ici 2100 ».

Est-ce la seule évolution constatée ?

« La température de l'eau change aussi.

Dans le golfe de Gascogne elle a augmenté de 1,5° depuis la fin des années soixante-dix ».

Quelles conséquences pour les poissons ?

« Globalement il y a une migration vers le nord. La morue remonte, les bars aussi, l'huître creuse se reproduit désormais plus au nord, le baliste n'est plus rare... On a même retrouvé des poissons volants au large de La Rochelle ! Des migrations en profondeur s'opèrent aussi... ».

Tout cela parce que les eaux se réchauffent ?

« C'est un phénomène en chaîne. Lorsque les proies habituelles migrent, les prédateurs suivent. C'est surtout vrai pour ceux qui se trouvent en limite d'aire de reproduction. Pour les autres, il y a peu de changement. Ils s'adaptent ».

Cela signifie-t-il que des espèces aujourd'hui tropicales vont venir fréquenter nos eaux ?

« Le pronostic reste difficile à élaborer. Peu d'études s'aventurent à décrire ce que sera la situation dans vingt-trente ans.

Mais dans le golfe de Gascogne il est probable que des espèces d'origine portugaise comme le rouget des roches, les Saint-Pierre argenté et rosé deviennent plus fréquentes. Idem pour le petit capitaine en provenance d'Afrique.

Il pourrait aussi y avoir des transferts d'espèces de Méditerranée comme le mérou ».

Les poissons sont-ils les seuls concernés ?

« Non. La diminution dans le sud Bretagne des laminaires, ces longues algues brunes qui abritent de nombreux poissons et crustacés, n'est pas due qu'à la pollution.

À l'inverse, des espèces invasives pullulent, comme le bigorneau perceur introduit accidentellement il y a trente ans.

Les méduses aussi sont plus nombreuses ».

Et le Gulf Stream : va-t-il disparaître ?

« Il va sans doute ralentir. Mais à l'échelle humaine il n'y a pas d'inquiétude à avoir. Il ne disparaîtra pas de sitôt ».

 

Pour en savoir plus sur la situation planétaire

 

........

 

Auteur : Jean-Philippe Lucas

Source : www.presseocean.fr

  • Lire les commentaires
  • Lien utile / source de l'actualité
  • Modifier cette actualité
  • Contacter Fred
  • Recommander cette actualité
  • Imprimer cette actualité
  • FaceBook
  • Twitter
  • Linked in
  • Tumblr
  • FaceBook   Twitter
  • LinkedIn  Tumblr