Nous sommes tous des néandertaliens - #WikiSurTerre

Retour : Accueil

Cette actualité a été publiée le 26/07/2011 à 19h03 par Tanka.


NOUS SOMMES TOUS DES NÉANDERTALIENS

  • Google+
  • FaceBook
  • Twitter
  • LinkedIn
Nous sommes tous des néandertaliens

 
Voici une nouvelle preuve génétique que Neandertal et nos ancêtres ont fait crac-crac au Proche-Orient.

On a tous en nous quelque chose de... Neandertal, aurait pu chanter Johnny. C'est sans doute une mauvaise nouvelle pour ceux qui pensaient que l'humanité actuelle n'a rien à voir avec cette supposée "brute épaisse", mais une nouvelle preuve du batifolage sexuel entre les deux espèces (ou sous-espèces) humaines vient d'être découverte, cachée dans notre génome.

Il semble en effet avéré que certains hommes et femmes d'aujourd'hui posséderaient dans leur chromosome X (celui qui détermine le sexe avec le Y) des fractions d'ADN héritées de ce cousin ayant disparu voilà 30 000 ans. L'auteur de cette découverte publiée dans la revue Molecular Biology and Evolution est un certain Damian Labuta de l'Université de Montréal.

Mais alors, comme dirait la presse people, où et quand M. Neandertal et Mme Sapiens (à moins que cela ne soit le contraire) ont-ils fait leur escapade amoureuse ? D'après les généticiens, cet échange de partenaires entre les deux branches humaines n'aurait pas eu lieu en Europe, où elles se sont côtoyées il y a quelques millénaires, mais auparavant, au Moyen-Orient.

Échangisme

Un petit rappel des faits est sans doute nécessaire : voilà 400 000 à 500 000 ans, certains des Homo ergaster peuplant l'Afrique commencent à trouver le temps long, ils choisissent alors de courir le monde. Les voyages forment la jeunesse, mais surtout les espèces. Nos touristes finissent par débarquer en Europe où ils évoluent doucement pour se transformer en hommes de Neandertal. La vie est pépère.

Pendant ce temps, les ergaster restés en Afrique continuent à évoluer pour donner naissance, il y a environ 200 000 ans, à l'Homo sapiens, appelé dorénavant homme moderne. Après 130 000 ans de félicité africaine, lui aussi a bientôt des fourmis dans les jambes. Vers - 70 000, les plus aventureux, profitant d'un réchauffement planétaire, prennent la route du Proche-Orient.

Et là, qui trouvent-ils, on vous le donne en mille !, mais les cousins Neandertal, qui, eux, venaient de refluer d'une Europe prise dans les glaces. Mazel Tov ! On échange les partenaires pour fêter ces retrouvailles. De gré ou de force, on ne le sait pas. En tout cas, c'est bien à cette époque que des gènes néandertaliens s'immiscent dans le génome de l'homme moderne.

Confettis néandertaliens

Le biologiste Svante Pääbo (Institut Max Planck, en Allemagne) avait déjà estimé cette présence "étrangère" entre 1 et 4 % de notre génome. Puis quand celui-ci a publié le génome quasi complet de Neandertal, le docteur Labuda a entamé une recherche pour voir si un haplotype (morceau d'ADN composé de plusieurs gènes) du chromosome X de Neandertal pouvait être retrouvé dans l'ADN des hommes d'aujourd'hui. Bingo, Labuda repère effectivement des confettis néandertaliens dans les chromosomes de toutes les populations humaines actuelles, sauf celles d'Afrique subsaharienne ! Ce qui confirme parfaitement que l'échange génétique entre les deux espèces humaines s'est produit hors d'Afrique.

Depuis que je sais qu'il y a quelque chose de Neandertal en quelques-uns de nous, j'essaie de repérer autour de moi ceux qui ont été plus gâtés que les autres. Marine Le Pen ? DSK ?
 

Un article de Frédéric Lewino, publié par Le Point
 

Vous aimez notre travail ? Alors merci de nous soutenir

Lance-toi ! Deviens vite lanceur d'alerte. Rejoins ceux qui ont la rage !

Le site étrange qui dérange même les anges !

Merci de transmettre les meilleurs posts sur Facebook et autres réseaux sociaux.

 





Auteur : Frédéric Lewino

Source : www.lepoint.fr