Nous sommes en 2030 : les Arabes reviennent au nomadisme (1/2) - L'atelier

Accueil

Cette actualité a été publiée le 30/08/2011 à 15h09 par Kannie.


NOUS SOMMES EN 2030 : LES ARABES REVIENNENT AU NOMADISME (1/2)

  • Google+
  • FaceBook
  • Twitter
  • Linked in
  • Tumblr
  • Google+  FaceBook   Twitter
  • LinkedIn  Tumblr
SOMMAIRE de Demain l'Homme - Accès aux derniers articles quotidiens du module principal WikiSurTerre
Nous sommes en 2030 : les Arabes reviennent au nomadisme (1/2)

 

« Vous me demandez mon avis, monsieur, sur l'expédition de Chine. (...) Il y avait, dans un coin du monde, une merveille du monde : cette merveille s'appelait le palais d'Été. (...) Cette merveille a disparu. Un jour, deux bandits sont entrés dans le palais d'Été. L'un a pillé, l'autre a incendié. (...) L'un des deux vainqueurs a empli ses poches, ce que voyant, l'autre a empli ses coffres ; et l'on est revenu en Europe, bras dessus, bras dessous, en riant.. Nous. Européens, nous sommes les civilisés, et pour nous, les Chinois sont les barbares. Voilà ce que la civilisation a fait à la barbarie. » -Victor Hugo, lettre au capitaine Butler 25 novembre 1861

Il y a cent cinquante ans, jour pour jour, l'Angleterre et la France dévastaient la Chine. Cent cinquante ans plus tard, les mêmes protagonistes avec les Etats-Unis et l'Italie pour l'essentiel dévastent la Libye. Mardi 23 août la guerre en Libye bascule et s'accélère. Est-ce à dire que l'Occident voulait en finir et du même coup répondre aux Chinois et aux Russes les deux grands perdants avec le peuple libyen de cette rébellion ?

Au final, il aura fallu six mois, 20 000 sorties et 7 500 frappes aériennes au compteur (sans parler des tirs d'hélicoptères) pour en arriver là. Et un coût de 200 millions d'euros pour la France et de 890 millions de dollars (à la fin juillet) pour le budget américain. C'est donc une expédition lucrative au vu de ce qui est attendu, du même ordre que l'expédition de 1830 en Algérie ; d'après P. Pean, le trésor de la Casbah était de 200 milliards de dollars actuels, il couvrait largement les frais de l'expédition...

On nous confirme que la chute de Tripoli est due aux commandos de l'Otan qui ont fait l'essentiel du sale boulot et ceci en dépit de la résolution des Nations Unies qui interdit les interventions au sol.

Mieux les SAS (Special Air Service), forces spéciales britanniques, se trouvent en Libye pour participer à la traque du colonel Kadhafi, a annoncé jeudi le quotidien The Daily Telegraph, se référant à des sources au ministère de la Défense. « Une fois qu'une récompense d'un million de livres (1,14 millions d'euros) a été offerte pour la capture de Kadhafi, les militaires du 22e Régiment du SAS ont reçu l'ordre du Premier ministre britannique, D. Cameron, de prendre la direction des insurgés à la recherche de Kadhafi, a déclaré une source au ministère britannique de la Défense.

Quelques données sur la Libye : un Oil-dorado convoité

La Libye s'étend sur 1759.540 km2, sa population est estimée entre 6 et 8 millions d'habitants. La Libye a été colonisée par les Turcs au début du XVIe siècle, puis par l'Italie avec la conquête de la Tripolitaine et de la Cyrénaïque entre septembre 1911 et surtout avec l'arrivée de Mussolini, en 1922 avec O. al-Mukhtar, figure emblématique de la résistance libyenne.

La Libye accède à l'indépendance le 24 décembre 1951 et Idriss al Senoussi est proclamé roi. Le 1er septembre 1969, le colonel libyen, Mu'ammar Kadhafi, renverse la monarchie.

Le PIB est de 59,1 milliards de dollars en 2009, les exportations s'élèvent à 45,2 Mds de dollars en 2009 dont 97% sont composées des hydrocarbures. La Libye dispose également de réserves importantes de gaz naturel (1548 milliards de m3) qui sont jusqu'à présent peu exploitées : 28 milliards de m3 (2009).

Le PIB par tête d'habitant dépassait 14.000 dollars en 2010, selon le rapport de la CIA au 1er janvier 2011, la Libye étant le premier pays africain et arabe en termes d'indice de développement humain (IDH de 2010), ayant un IDH à 0,847, ce qui en fait le premier pays du continent africain, le premier du Monde arabe, et le premier du Monde musulman. L'analphabétisme, à titre d'exemple, est passé de 72% de la population en 1969 à moins de 5% aujourd'hui.

La Libye produisait 1,6 millions de barils soit 80 millions de tonnes par an pour des réserves estimées à 6 milliards de tep. Kadhafi devait augmenter la production à 3 millions de barils en 2015.

Nous sommes pratiquement certains que les compagnies occidentales au vu de leurs besoin vont pousser la production pour dépasser les 5 millions de barils (250 millions de tonnes/an) d'ici 2020 voire plus à partir de 2020. Résultat des courses : les réserves de la Libye seraient épuisées d'ici une vingtaine d'années.

Pour le gaz c'est encore plus précoce avec 1500 milliards de m3, la production actuelle n'est que de 30 milliards de m3. On peut parier qu'elle grimpera rapidement à près de 100 milliards de m3 soit, là encore, une extinction des réserves d'ici une vingtaine d'années. Restent les gaz de schiste, là encore les réserves seraient du même ordre que celles de l'Algérie et seraient surtout situées en Cyrénaïque. Elles permettront à l'Occident un sursis de quelques années supplémentaires.

Qui va profiter de la manne pétrolière et gazière du peuple libyen ?

Pour la « répartition du butin », Mustapha Abdel Jalil s'autoproclamant président et sans légitimité, a déclaré au Financial Times que les concessions pétrolières post-Kadhafi seraient allouées sur la base du niveau d'aide que chaque pays a donné aux soi-disant « rebelles ».

L'invitation au pillage était si flagrante qu'elle n'a pas échappé au Russe Vladimir Poutine quand il a qualifié l'invasion de l'Otan d'appel à la croisade médiévale contre la Libye.(...) De fait, les dirigeants occidentaux ont toujours eu la volonté de bien faire comprendre que la destinée de l'Afrique, comme à l'époque de la Conférence de Berlin et du partage de l'Afrique en 1885, se décidait encore de nos jours dans les capitales occidentales.

La chute de Kadhafi rouvrira les portes des plus grandes réserves pétrolières d'Afrique.

« Nous n'avons pas de problème avec les pays occidentaux comme les entreprises italiennes, françaises et britanniques. Mais nous pouvons avoir quelques problèmes politiques avec la Russie, la Chine et le Brésil », a déclaré à Reuters, Abdeljalil Mayouf, directeur de l'information pour la compagnie pétrolière pro-rebelle Agoco.

Environ 75 sociétés chinoises activaient en Libye avant la guerre, employant 36.000 personnes et travaillant sur 50 projets, selon les médias chinois. Aujourd'hui (23 août), la Chine a demandé à la Libye de protéger ses investissements et a argué que leur commerce de pétrole bénéficiait aux deux pays.

Les entreprises russes, dont les compagnies pétrolières Gazprom Neft et Tatneft, avaient, elles aussi, des projets de plusieurs milliards de dollars en Libye.

« Nous avons totalement perdu la Libye », a dit à Reuters, Aram Shegunts, directeur général du Business Council Russie-Libye. « Nos entreprises vont tout perdre car l'Otan les empêchera de travailler en Libye ».

(...)
 

Pour connaître la suite de cet édifiant article publié par Le Grand Soir, cliquer ici





Auteur : Professeur Chems Eddine Chitour Ecole Polytechnique enp-edu.dz

Source : www.legrandsoir.info