Nous allons perdre la moitié du patrimoine culturel de l'humanité - L'atelier

Accueil

Cette actualité a été publiée le 30/10/2011 à 13h44 par Kannie.


NOUS ALLONS PERDRE LA MOITIÉ DU PATRIMOINE CULTUREL DE L'HUMANITÉ

  • Google+
  • FaceBook
  • Twitter
  • Linked in
  • Tumblr
  • Google+  FaceBook   Twitter
  • LinkedIn  Tumblr
SOMMAIRE de Demain l'Homme - Accès aux derniers articles quotidiens du module principal WikiSurTerre
Nous allons perdre la moitié du patrimoine culturel de l'humanité

 

Des 7 000 langues parlées dans le monde, la moitié vont disparaître d'ici une ou deux générations. Emportés par le paradigme de «développement», nous perdons une grande partie de notre patrimoine culturel, affirme Wade Davis, anthropologue canadien.

Au nom de la modernité, des populations sont assujetties, les ressources pillées et les cultures anéanties. La diversité de notre patrimoine culturel est pourtant indispensable pour répondre aux défis auxquels nous serons confrontés, en tant qu'espèce, dans les siècles à venir.

Vous avez créé le terme «ethnosphère». Que recouvre cette notion ? En quoi l'ethnosphère est-elle aujourd'hui menacée, comme la biosphère ?

Wade Davis : L'ethnosphère, c'est la somme des pensées et des intuitions, des mythes, des croyances, des idées auxquelles l'homme a donné vie depuis qu'il est doué de conscience. J'ai créé ce mot pour avoir un principe organisateur de ma pensée.

Les mots ont parfois du pouvoir : il y a trente-cinq ans, personne ne parlait de la biosphère, et maintenant cela fait partie du vocabulaire des écoliers.

Comme la biosphère, l'ethnosphère est aujourd'hui sérieusement mise à mal. Sur les 7 000 langues actuellement parlées dans le monde, la moitié ne sont pas enseignées à des enfants : dans une ou deux générations, nous perdrons la moitié du patrimoine culturel de l'humanité ! Tous les 15 jours, le dernier locuteur d'une langue meurt.

Les mêmes forces qui menacent la biodiversité compromettent la diversité culturelle. La perte de langages est un indicateur d'un processus beaucoup plus important : l'érosion de la culture.

L'anthropologue Margaret Mead s'inquiétait du fait que nous soyons en train de construire une culture moderne informe, sans concurrente. Elle craignait que l'humanité se réveille un jour sans souvenir de tout ce qu'elle a perdu. Que l'imagination humaine soit alors contenue à l'intérieur des limites d'une modalité intellectuelle et spirituelle unique. L'ethnosphère est pourtant le plus beau patrimoine de l'humanité.

Un des plus grands défis de notre civilisation est de comprendre qu'il existe d'autres options culturelles que les nôtres, écrivez-vous.

Sommes-nous frappés de «myopie culturelle» ?

Les généticiens ont montré que nous sommes tous frères et soeurs, issus du même ancêtre africain. En 2 500 générations, nous avons conquis l'ensemble du globe. Et nous exprimons le même «génie humain», selon des voies culturelles différentes. [...]

L'univers social dans lequel nous existons est un modèle parmi d'autres, conséquence de choix effectués par notre lignée culturelle, depuis de nombreuses générations. Notre espèce existe depuis environ 200 000 ans.

La révolution néolithique, qui a apporté l'agriculture et la sédentarité, date de 10 000 à 12 000 ans. On prend pour acquis le paradigme de la modernité technologique, alors qu'il a à peine 300 ans. Il ne représente pas la «vague suprême» de l'histoire, mais seulement une vision du monde.

La façon dont on traite la Terre découle par définition de la façon dont nous pensons la Terre. Dans notre tradition culturelle, la Terre n'est pas vivante, l'homme est un esprit rationnel, et la science est un nettoyage de la «maison des croyances».

Quand nous avons embrassé la tradition rationaliste, nous avons rejeté la plupart des mythes, de la magie, du mysticisme. Quand vous voyez une montagne, vous pensez «mine de charbon» et non «divinité». C'est une question d'éducation, et cela change votre vision du monde.

Mais il n'y a pas de vision fausse ou vraie. L'important est de voir comment notre système de croyances change notre relation à l'environnement naturel. La culture est ce qui donne sens à la vie, ce qui permet de tirer une logique et de mettre de l'ordre dans un monde qui en manque.

Il y a une prétention des Occidentaux à penser qu'ils sont les seuls à accepter ou à créer le changement, et que les peuples qui disparaissent sont ceux qui sont restés immobiles...

Le changement est une constante de l'histoire. Ce n'est pas le changement qui menace l'intégrité des cultures, c'est le pouvoir. Nous considérons que les peuples indigènes ont vocation à disparaître, comme si c'était une loi de la nature, comme s'ils avaient échoué à être modernes. C'est faux. Ce sont des peuples dynamiques, poussés vers l'extinction par des forces extérieures, contre lesquelles ils ne peuvent lutter.

Le premier mensonge du paradigme culturel de «développement», c'est de considérer que tout le monde a envie de vivre de cette manière. Qui ne voudrait pas être américain, se dit-on ? Mais, dans ce pays, les habitants consomment deux tiers de la production mondiale d'antidépresseurs, et versent 400 millions de tonnes de déchets toxiques dans l'environnement. La Californie dépense plus pour ses prisons que pour ses universités. Et les jeunes Américains de 18 ans ont passé en moyenne l'équivalent de deux années devant la télévision !

Comment peut-on affirmer qu'une civilisation si «extrême» soit la meilleure ? Le second mensonge du paradigme de développement est de faire croire que si les gens abandonnent leurs traditions, ils seront –comme par magie– capables d'acquérir notre niveau d'aisance matérielle. Ce n'est pas vrai, ou alors il faut vraiment craindre pour la planète.

Cela ne provoque souvent que désorientation, déception, aliénation. Ce que l'anthropologie montre, c'est que lorsque des gens subissent cette transition, une des conséquences est le chaos.

Pourquoi les peuples sont-ils poussés au changement ?

La «modernité» fournit une justification à l'assujettissement, avec souvent en arrière-fond l'extraction des ressources naturelles.

Les nomades Penan, par exemple, ont une extraordinaire culture et une connaissance inouïe de la forêt. L'État de Malaisie a voulu leur donner des ordinateurs, leur apporter des médicaments, en suivant ce mythe de la modernité. C'est-à-dire nier aux Penan ce qu'ils sont. On leur a dit : «Pour devenir de vrais Malaisiens, vous devez sortir de la forêt.» Et pendant ce temps, on a détruit leur forêt...

En 1993, quand je suis revenu chez les Penan, le gouvernement avait autorisé l'abattage des arbres sur 70 % de leurs terres. Et le reste était menacé par les activités illégales. En une génération, le monde des Penan a basculé. Et une des cultures nomades les plus extraordinaires au monde a été détruite.

La plupart du temps, l'argument de la modernité est utilisé pour faire bouger les gens de leur terre et exploiter leurs ressources. Les génocides sont universellement condamnés, mais les ethnocides, cette destruction du mode de vie d'un peuple, sont appelées «politiques de développement» !

 
(...)
 

Pour lire la suite de ce très bon article, cliquer ICI
 
Le site étrange qui dérange même les anges !

 

........

 





Auteur : Agnès Rousseaux

Source : www.bastamag.net