La Résistance nait du sentiment d'injustice envers tout être portant vie, quel que soit ce qu'il est

Nourrir l'homme dans la ville : un défi vertical - Le Vrai d'UFO's ;o)

Accueil

Cette actualité a été publiée le 20/03/2010 à 01h15 par Lo.

SOMMAIRE de Demain l'Homme - Accès aux derniers articles quotidiens du module principal WikiSurTerre
Nourrir l'homme dans la ville : un défi vertical

Les terres dévolues à l'agriculture biologique se retrouvent de plus en plus éloignées des consommateurs. Les associations de proximité n'y changent rien. Pour raprocher la source de nourriture saine des bouches citadines, des idées fusent. L'une des plus ambitieuses : des serres verticales auto-suffisantes et propres en plein coeur du tissu urbain.

Réconcilier urbanisation galopante et agriculture biologique : c'est le rêve fou que nourrissent certains professeurs et entrepreneurs. A l'heure où le centre névralgique des affaires et du tissu social a élu domicile dans les centres-villes, les mégapoles sont devenues « the place to be ». La population mondiale croissant, les terres fertiles sont réduites à peau de chagrin. Dévolues à l'agriculture intensive, les parcelles dédiées à l'alimentation biologique ne sont pas légion.

Un rendement gargantuesque !

Cette nouvelle réconciliation prônée en premier lieu par un microbiologiste new-yorkais, Dickson Despommier, pourrait avoir lieu dans les mois à venir. Pour anéantir les émissions de gaz à effet de serre engendrées par le transport des fruits et légumes (de saison !) et créer des serres autonomes, le professeur Despommier a dépensé sans compter.. son temps et son imagination, pendant dix ans! Et le fruit de ses recherches résoudrait nombre de problèmes. Reste à le concrétiser...

Dans l'idéal, la méthode Despommier ferait fleurir des tours de verre en plein coeur urbain. Mais n'imaginez ni bureaux, ni habitations, ni complexes hôteliers ! Ces bâtiments abriteraient un nouveau système agricole, « post-biologique ».

Complètement autonomes, ces serres verticales raprocheraient le consommateur de la production alimentaire biologique. Pas de pesticides, culture hydroponique réduisant la consommation d'eau, déchets recyclés pour produire de l'énergie et eau potable issue de la transpiration des plantes. La formule miracle permettrait de récolter des volumes jusqu'à dix fois supérieurs à une méthode de culture traditionnelle. « Voilà dix ans que j'étudie la question sous tous les angles et je pense que ce concept résout beaucoup de problèmes », confie le professeur.

Potagers sur les toits de la Grosse Pomme

Il semblerait que son avis soit partagé par un certain nombre d'architectes, déjà séduits par l'invention. Tour de bureaux enroulés dans une serre pour les uns, serre verticale en forme de cage thoracique pour d'autres, ou encore complexe habitations-logements-commerces-cultures pour d'autres.

Malgré un coût exorbitant (3 millions de dollars), la ville de Newark, dans la banlieue de New-York, compte bien ne pas laisser passer l'occasion de réconcilier ses habitants avec une nourriture de qualité et de proximité. La municipalité envisage donc le recours à une solution de ce type.

Les Américains, très friands de ce genre d'innovations, multiplient les essais. Et les transforment ! Les premières serres hydroponiques voient le jour sur les toits de New-York et comptent bien produire plusieurs tonnes de fruits et légumes bio.

Un épicier de Manhattan a ouvert la marche et depuis, plusieurs firmes se sont engouffrées dans la brèche. Son potager de 2 800 mètres carrés sur les toits de ses immeubles lui permet d'assurer l'autosuffisance de son restaurant et de ses épiceries fines d'avril à novembre. Le concept s'exportera, l'urbanisation galopante le veut, reste à anticiper la date et le mode de financement.

Albane Wurtz

Source: Développement durable.com

En Suède aussi, le projet murit (cf. illustration):
"Une graine de tomate est plantée au niveau du sol sur une spirale tournante et lorsqu'elle arrive au sommet, 30 jours plus tard, on récupère le fruit »: la serre écologique mise au point par la société suédoise Plantagon permet de produire en pleine ville fruits et légumes bio. "

Lire la suite ici

Info sélectionnée par Lo

SOS-planete

  • Lire les commentaires
  • Lien utile / source de l'actualité
  • Modifier cette actualité
  • Contacter Lo
  • Recommander cette actualité
  • Imprimer cette actualité
  • FaceBook
  • Twitter
  • Linked in
  • Tumblr
  • FaceBook   Twitter
  • LinkedIn  Tumblr

Commentaires des internautes

Laisser un commentaire sur cette actualité

Aucun commentaire n'a encore été déposé sur cette actualité.